Comparative Korean Studies

Ce mois d’avril 2018 a vu la publication du premier numéro du vingt-sixième volume de la revue Comparative Korean Studies, qui contient un de mes articles (en français, accompagné de sa traduction en coréen réalisée par Jeong Myeong-kyo 정명교) :

« Peurangseueseoui Junggukgwahaksoseorui beonyeokgwa suyong » 프랑스에서의 중국과학소설의 번역과 수용 (La Traduction et la réception de la littérature de science-fiction chinoise en France).

Voici le sommaire de ce numéro, pour celles et ceux que ça intéressent : Lire la suite

Translating Science Fiction, Translation in Science Fiction : Chinese and English

Le Centre for Translation Technology de la Chinese University of Hong Kong (CUHK) organisera, le 1er juin 2018 de 9h à 17h30, un workshop qui aura pour but d’étudier plusieurs questions liant la science, la science-fiction, la traduction, et la relation entre la science-fiction chinoise et américaine. Le programme est disponible ci-dessous : Lire la suite

Le « rêve chinois » et ses doubles

Le nouveau numéro de la revue Monde Chinois, nouvelle Asie vient de paraître. Ce nouveau numéro est consacré à la littérature de science-fiction dans le monde chinois, comme le laisse entendre son titre :

Le « rêve chinois » et ses doubles. Aspects de la littérature de science-fiction dans le monde sinophone.

Ce numéro nous propose donc dix articles pour le dossier, deux traductions, un entretien avec l’autrice Hao Jingfang, et un article dans la catégorie Varia : Lire la suite

Conférence « La Littérature de science-fiction en Chine : une histoire tumultueuse »

Le mercredi 21 février 2018 de 14h à 16h à l’Institut d’Études Européennes (salle Kant) de l’Université Libre de Bruxelles, j’interviendrai pour parler de l’histoire de la littérature de science-fiction en Chine.

La conférence est ouverte à tous !

Site de l’Institut Confucius de l’Université Libre de Bruxelles.

Foire du Livre de Bruxelles (22/02)

Jeudi 22 février 2018 (16h15-17h) : Traduire la science-fiction chinoise d’aujourd’hui

La science-fiction chinoise bénéficie depuis quelques années d’un coup de projecteur inédit. Rencontre avec deux traducteurs en français de cette littérature surprenante : Gwennaël Gaffric & Loïc Aloisio.

Animé par Vanessa Frangville.

Organisé par la Foire du Livre de Bruxelles en partenariat avec la Chaire d’études chinoises de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Pour une science-fiction « chinoise »

Ce n’est que depuis récemment que la science-fiction chinoise a le vent en poupe, malgré son siècle d’existence dans l’Empire du Milieu. Les lecteurs occidentaux semblent porter un grand intérêt à ces ouvrages sortis tout droit de l’imagination des auteurs chinois et y trouver un certain dépaysement. Les auteurs qui forment ce qu’on appelle la « nouvelle génération », mus par l’envie de se démarquer de la science-fiction occidentale, et notamment américaine, promeuvent autant qu’ils s’interrogent sur le concept de science-fiction « chinoise ». Le présent article vise donc à réaliser une tentative de définition de cette science-fiction aux particularités chinoises qui semble séduire de plus en plus en dehors du monde sinisé.

[Lire la suite sur le blog L’Asie en 1000 mots]

Le « roman scientifique » en Chine : prémices d’une science-fiction instrumentalisée

La science-fiction chinoise connaît une visibilité soudaine et importante en Occident ces dernières années, notamment grâce à la reconnaissance que lui a conférée à deux reprises le prix Hugo, en 2015 et 2016, pour la traduction anglaise réalisée par Ken Liu du roman The Three Body Problem (San ti 三体) de Liu Cixin 刘慈欣 (1963-) et de la novella « Folding Beijing » (« Beijing zhedie » 北京折叠) de Hao Jingfang 郝景芳 (1984-). Il n’en a cependant pas toujours été ainsi, le genre restant prisonnier du trou noir dans lequel l’ont laissé aussi bien les études sinologiques et celles consacrées à la science-fiction en général, que la traduction, que ce soit en français ou en anglais, qui a boudé le genre avant ces dernières années. C’est pourquoi il semble intéressant de remonter à ses origines, en se cantonnant pour le présent article à la période s’étendant de la fin de la dynastie Qing jusqu’au début de la République Populaire (1860-1949), afin de mieux comprendre les circonstances l’ayant mené à ce qu’il est aujourd’hui. Pour ce faire, nous allons tout d’abord présenter le contexte dans lequel ce dernier a vu le jour, contexte qui est assez différent de celui qui a vu naître la science-fiction en Europe, ainsi que les diverses influences, aussi bien littéraires que politiques, sociales ou philosophiques, qui sont les siennes. Nous exposerons ensuite les principales thématiques abordées dans les romans à cette époque, pour poursuivre sur une analyse poétique. Pour finir, nous explorerons les textes théoriques traitant de ce genre littéraire dans l’Empire du Milieu. À travers l’étude de ces différents aspects, nous tenterons de mettre en lumière et d’expliquer pourquoi le « roman scientifique », et plus tard la science-fiction, furent l’instrument politique de l’intelligentsia chinoise en premier lieu, puis du gouvernement par la suite, et ce, tout au long de son histoire. Toutes les traductions présentes dans cet article sont le fruit d’une traduction personnelle, sauf mention contraire.

[Lire la suite sur la revue ReS Futurae, revue d’études sur la science-fiction]

Conférence à Genève : Popular Literature in Contemporary China

J’interviendrai, le 16 juin 2017, dans le cadre de la conférence internationale « Popular Literature in Contemporary China : Production, diffusion and genres », organisée par le Département d’Études Est-Asiatiques de l’Université de Genève, qui se déroulera les 16 et 17 juin 2017. Ma communication portera sur le renouveau de la science-fiction chinoise.

Programme de la conférence :

Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie

Le vendredi 2 juin 2017 se tiendra la Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie à 9h à Aix-en-Provence (Campus Schuman, Bât. Multimedia, salle de colloque 1), dont l’appel à communications se trouve ici.

Au programme, pas moins de treize intervenants qui parleront de nouvelles tendances littéraires en Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, en Inde et en Indonésie.

Cette journée, ouverte à tous, se déroulera selon le programme suivant : Lire la suite

Appel à communications pour la journée d’études : « Nouvelles tendances littéraires d’Asie »

La littérature n’est pas morte, et l’internet ne l’a pas tuée, comme le prédisaient encore il y a quelques années les plus pessimistes. Elle se porte au contraire plutôt bien en Asie, justement grâce à l’émergence de nouveaux modes de diffusion et à l’influence que l’internet et les réseaux sociaux ont pu avoir sur un lectorat en attente de nouvelles productions littéraires. Lire la suite

Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas !

[Lire la suite sur le Carnet de Recherches de l’axe Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction de l’IrAsia]

Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC)

Ci-dessous seront répertoriées les traductions en langue française, anglaise, italienne, allemande, espagnole et portugaise des romans et nouvelles de science-fiction chinois. La liste est pour le moment incomplète, mais sera mise à jour au fil des découvertes et des nouvelles publications.

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC) », in SinoSF, 11/10/2016, https://sinosf.hypotheses.org/146.
Lire la suite

Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, https://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler. Lire la suite