Le « rêve chinois » et ses doubles

Le nouveau numéro de la revue Monde Chinois, nouvelle Asie vient de paraître. Ce nouveau numéro est consacré à la littérature de science-fiction dans le monde chinois, comme le laisse entendre son titre :

Le « rêve chinois » et ses doubles. Aspects de la littérature de science-fiction dans le monde sinophone.

Ce numéro nous propose donc dix articles pour le dossier, deux traductions, un entretien avec l’autrice Hao Jingfang, et un article dans la catégorie Varia :

Sommaire

  • « Éditorial : Chine et Science-Fiction : de la Nouvelle Chine à la nouvelle vague » par Emmanuel Dubois de Prisque, Jean-Yves Heurtebise.

Dossier

  • « Histoire et enjeux de la science-fiction sinophone » par Gwennaël Gaffric.

    Cet article introductif introduit brièvement l’histoire mouvementée de la science-fiction dans le monde sinophone (Chine, Hong Kong et Taïwan) en insistant sur sa dimension transculturelle et sur le rôle joué par la traduction. Je reviens aussi sur le renouveau de la science-fiction chinoise dans la Chine d’aujourd’hui et la valeur en termes de soft power que lui accorde l’état chinois aujourd’hui. J’évoque aussi les nouveaux espaces de création et de lecture pour la science-fiction en Chine et je termine en soulignant la pertinence des contributions de ce numéro tant pour comprendre l’histoire des sociétés dans lesquelles ces œuvres ont vu le jour que pour une étude globale de la science-fiction.

  • « Discourses of Science-Fictional Futuribility in Late Qing Fiction » par Lorenzo Andolfatto.

    L’objectif de cet article est de souligner, en se référant aux mots de Georg Lukács, le « rapport intime » entre la catégorie littéraire de la science-fiction et le contexte historique de la fin-de-siècle chinois. En appuyant sur la notion de « novum » de Suvin comme trope permettant de définir le roman de la science-fiction, ainsi que sur sa reformulation par Csicsery-Ronay Jr. comme un « signum novi » qui offre des discours de futurabilité j’essaie de revenir sur l’émergence du genre kexue xiaoshuo 科學 小說 à la fin des Qing en tant que novum en soi, c’est-à-dire une nouvelle forme d’écriture dont l’appel révolutionnaire était fondé sur sa capacité à engendrer des discours de futurabilité fonctionnels pour l’émancipation de la Chine semi-coloniale du joug impérial occidental. Cet argument repose sur la lecture du roman scientifique Le Nouvel âge (Xin jiyuan 新紀元) de Bihe Guan Zhuren 碧荷管主人 (1908), dont la genèse textuelle et la construction narrative en font l’un des premiers exemples de l’écriture de la science-fiction en chinois.

  • « Science as Institutional Formation in The New Era and Journey to Utopia » par Nathaniel Isaacson.

    L’émergence de la science-fiction en Chine a été conditionnée par une reconnaissance de la complicité potentielle du genre avec l’imagination impériale, et un désir de l’employer comme moyen de créer des contre-narratifs. Les lecteurs de la fin de la dynastie Qing y cherchaient du réconfort alors que leur nation se transformait de grand pays hégémonique au trou paumé en train de s’effondrer. Les intellectuels de la même époque se tracassaient de comment réconcilier l’occidentalisation, la modernisation et les technologies étrangères et le cadre épistémologique chinois. Bien avant que les critiques de l’Orientalisme se soient établis comme pierre angulaire des études postcoloniales, The New Era (1908) de Biheguan Zhuren et Journey to Utopia (1906) de Xiaoran Yusheng ont exprimé une compréhension implicite qu’il avait profondément conditionné la géopolitique du début du vingtième siècle. Cet article souligne un phénomène particulier à la science-fiction de ce moment historique : dans la mesure où la science-fiction a abordé le sens de « la science », il était souvent le cas que les intellectuels l’ont dépeinte comme le produit de certaines institutions modernes. C’est-à-dire, The New Era et Journey to Utopia présentent des descriptions merveilleuses de technologies imaginaires, mais les deux romans font aussi très attention aux institutions abstraites et concrètes dédiées à la production et à la diffusion des connaissances ainsi que les modes d’organisation social – surtout le temps. De plus, ces institutions et structures figuraient en bonne place dans la science-fiction de la fin de la dynastie Qing et constituaient un axe crucial dans une lutte socio-Darwinienne pour la survie nationale.

  • « Histoire de la traduction de 1984 de George Orwell dans le monde sinophone » par Gwennaël Gaffric.

    Il existerait aujourd’hui en langue chinoise plus de vingt traductions différentes du célèbre 1984 de George Orwell et plus d’une cinquantaine d’éditions différentes. Pour la première fois traduit en chinois en 1950 à Taïwan, il n’est introduit officiellement en Chine que près de trente ans plus tard. Chacune des versions aujourd’hui accessibles possède son histoire et son contexte spécifiques. Dans cette contribution, nous proposerons d’analyser l’histoire tumultueuse des traductions et de la réception du roman 1984 en Chine et à Taïwan. Afin de saisir au mieux le contexte à la fois politique, intellectuel et littéraire de ces traductions, l’angle d’approche privilégié sera principalement l’étude du paratexte des différentes versions de 1984 en langue chinoise. L’interprétation de 1984 et notamment de la figure de Big Brother s’avère ainsi extrêmement différente d’un contexte socio-historique à l’autre et donne lieu à des appropriations radicalement distinctes, entretenant du même coup toute la force de l’ambiguïté métaphorique de l’œuvre originale. Cette contribution s’attachera ainsi à explorer les représentations et les fantasmes sinophones de cette œuvre majeure du XXe siècle et sa portée sur les cercles littéraires chinois et taïwanais durant ces six dernières décennies.

  • « An ideal Chinese Society ? Future China from the Perspective of Female Science Fiction Writer Hao Jingfang » par Frederike Schneider-Vielsäcker.

    Cette contribution propose un examen de la critique sociale et politique à l’œuvre dans la littérature féminine contemporaine chinoise de science-fiction. Je défends l’idée que ces écrits posent un défi aux visions du futur de la société chinoise, de même qu’ils offrent des pistes de suggestion pour une société plus juste. À travers l’analyse détaillée de la novelette « Pékin plié » (2014) et de la nouvelle « Planètes invisibles » (2010) de Hao Jingfang, cet article examine les divergences entre l’image officielle d’une « société harmonieuse » et du « rêve chinois » et les perceptions de l’auteur.

  • « Entretien avec Hao Jingfang » réalisé par Gwennaël Gaffric.

    Cet entretien réalisé en novembre 2017 avec l’auteure chinoise contemporaine Hao Jingfang (1984) revient sur ses trajectoires d’écriture, depuis son intérêt pour le genre science-fictionnel jusqu’à la diversification des thématiques qui parcourent ses œuvres. À la lumière des expériences et des ressentis de Hao Jingfang, il est possible d’avoir un aperçu le contexte sociopolitique dans lequel écrivent les jeunes auteurs chinois de science-fiction nés dans les années 1980. L’entretien revient aussi sur les différentes interprétations de la nouvelle « Pékin plié » ayant reçu le prix Hugo pour la meilleure novelette en 2015 dans sa traduction anglaise, ainsi que sur les projets futurs de Hao Jingfang.

  • Traduction : Han Song, « Contrôle de sécurité », traduit du chinois par Loïc Aloisio.

    Cette nouvelle (Anjian 安检, Contrôle de sécurité) a paru pour la première fois en 2014 dans le journal Nanfang Renwu Zhoukan 南方人物周刊 et fut inspirée par le renforcement des contrôles de sécurité dans le métro de Pékin.

  • « Han Song : pour un retour sur Terre de la science-fiction » par Loïc Aloisio.

    Han Song 韩松 (1965-) est un auteur important de la nouvelle vague d’auteurs de science-fiction qui est apparue à la fin des années 1980 en Chine continentale. Il est notamment connu pour ses œuvres plus sociales, engagées, sombres, et parfois même obscures et difficilement déchiffrables pour le lecteur lambda. Il est également de plus en plus traduit en Occident (trois traductions en français et neuf traductions en anglais). Le présent article se propose donc d’étudier les diverses thématiques de prédilection et le style si singulier de cet auteur atypique, à travers l’analyse de plusieurs de ses nouvelles, romans et essais théoriques sur la science-fiction ; présentant ainsi l’un des auteurs phares de cette science-fiction, qui fascine autant qu’il déconcerte parmi les lecteurs chinois.

  • « Les romans de science-fiction de Liu Cixin » par Song Mingwei (traduit du chinois par Gwennaël Gaffric).

    Cet article propose une introduction aux romans et aux nouvelles de science-fiction de Liu Cixin, un auteur chinois ayant joué un rôle majeur dans la revitalisation de ce genre dans la Chine du XXIe siècle. Cette contribution examine l’œuvre de Liu Cixin dans le contexte de l’histoire du genre en Chine. Liu et d’autres écrivains de la même génération ont été à l’origine du lancement d’une nouvelle vague de SF à un moment où le genre connaît une popularité sans précédent ces dernières années. La majeure partie de cet article analyse le style de cette nouvelle vague, à travers l’exemple de Liu Cixin, son meilleur représentant. Il présente aussi quelques œuvres majeures de Liu Cixin et théorise, à travers les romans de Liu, l’esthétique et la politique de la nouvelle vague. La trilogie du Problème à trois corps, les plus célèbres romans de Liu Cixin, sont discutés ici avec une attention particulière à sa description sublime de l’univers. Cette contribution explore la poétique de la nouvelle vague, en concluant qu’elle est une continuation de l’esprit culturel d’avant-garde ayant émergé dans les années 1980. Le roman Chine 2185 de Liu Cixin, encore jamais publié, est reconnu comme étant à l’origine de la nouvelle vague et son analyse montre l’importance des caractéristiques de la nouvelle vague qui seront plus tard à la base de l’écriture d’un roman aussi populaire que le Problème à trois corps.

  • Traduction : Liu Cixin, « Extrait de La Forêt sombre », traduit du chinois par Gwennaël Gaffric.

    L’extrait ci-dessous est la traduction en français du premier chapitre du roman de Liu Cixin La Forêt sombre (Hei’an senlin 黑暗森林), publiée en chinois en 2008.

  • « Aux frontières de l’identité : pronoms, classificateurs et focalisation narrative dans Membrane de Chi Ta-wei » par Coraline Jortay.

    Dans un genre comme la science-fiction encore largement dominé par la production anglophone, quels peuvent être les apports narratifs et stylistiques de langues telles que le chinois ? Quel en est l’impact sur le traitement des thématiques et des représentations littéraires au regard des conventions du genre ? Prenant pour point de départ les spécificités du système des classificateurs et du système pronominal en langue chinoise, et leur mobilisation dans le court roman taïwanais Membrane (Mo 膜), de l’écrivain, traducteur et théoricien du ku’er (酷兒) Chi Ta-wei (紀大偉), notre contribution s’attachera à montrer comment ces catégories participent de la thématisation du queer dans Membrane. En effet, si l’univers d’androïdes du roman émerge à la croisée d’un imaginaire mondialisé et de l’évolution des réalités socio-politiques à Taïwan dès la fin des années quatre-vingt, la réflexion que Membrane propose sur l’hybridité et la versatilité des identités sexuelles et biologiques semble pris dans des contradictions qu’une analyse poussée des mécanismes linguistiques mis en jeu dans le roman permet d’éclairer. Mis en regard d’une double chronologie de la littérature ku’er et de science-fiction à Taïwan et d’un aperçu exploratoire des procédés de ce type en science-fiction anglophone, ce roman permet alors de nourrir une réflexion plus globale sur l’apport des littératures de langues tierces au genre science-fictionnel.

  • « La Science-Fiction en Chine : une évidence politique ? » par Jean-Yves Heurtebise.

    L’émergence dans la Chine moderne (fin du XIXe et début du XXe siècle) puis le renouvellement dans la Chine contemporaine (fin du XXe siècle et début du XXIe siècle) de la littérature de science-fiction de langue chinoise en Chine continentale pourrait sembler plus encore qu’un fait littéraire remarquable, une évidence politique singulière. Notre but sera de montrer l’existence d’une analogie structurelle entre, d’un côté, la pratique oraculaire du politique en Chine et, de l’autre, l’exercice littéraire d’anticipation du futur. Le discours de pouvoir suppose une forme de performativité rituelle où l’avenir, comme puissance indéterminée de changement, devient l’objet à sacrifier. D’où l’évidence politique du roman de science-fiction qui peut mettre en scène le rêve d’une renaissance chinoise au sein d’un récit où le futur est déjà deviné et déterminé ; d’où aussi la nécessité pour le régime d’en contrôler la production ; d’où enfin la difficulté pour les écrivains d’échapper à cet horizon d’attente « nationaliste » et leur mérite singulier quand ils y parviennent.

  • « De Solaris à Gaïa et retour » par Paul-Antoine Miquel.

    L’objectif de ce travail est d’étudier la relation entre un texte de science-fiction célèbre de Stanislas Lem et une hypothèse scientifique énoncée dans un style très inhabituel et en un sens pourtant propre à notre époque : l’hypothèse Gaïa de James Lovelock (1979). Nous voudrions faire apparaitre l’idée que la science-fiction est une sorte de cas-limite, un réactif qui renouvelle la fonction esthétique. Et nous voudrions montrer pourquoi ce qui rapproche Gaïa de Solaris engage la recherche scientifique dans des directions qui sont nouvelles, au niveau heuristique, méthodologique et même ontologique.

Varia

  • Varia : « Le futur de la Chine et son avenir » par Emmanuel Dubois de Prisque.

    Le Parti communiste prend son « rêve chinois » pour la réalité future, mais l’avenir de la Chine reste ouvert.

 

Je vous invite donc à le lire au plus vite !

Cliquez ICI pour le lire sur Cairn.info


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.