Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, https://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler.

Maurice Renard (1875-1939), parmi les premiers, a tenté de définir ce genre qui lui était si cher (nous soulignons) :

« Entre les épaisses ténèbres de l’inconnu et le bloc lumineux de notre savoir, il y a une zone extrêmement captivante qui est le domaine de l’hypothèse, contrée fort mince où sont dardés tous les efforts des savants et des philosophes. Là, s’agitent les personnages du roman d’hypothèse […] Il est téméraire d’intituler anticipation un roman qui s’efforce de deviner l’avenir. On peut dire tout au plus essai d’anticipation tant que la prophétie ne s’est pas réalisée… Ce ne sont d’ailleurs pas les ouvrages de cette sorte qui me semblent les plus intéressants parmi les romans d’hypothèse. D’autres me donnent plus de joie… ce sont les romans qui, prenant pour point de départ une supposition judicieusement choisie, examinent les conséquences qui en découleraient selon la logique. […] Seulement, il ne faut pas que l’auteur commette une seule étourderie. A partir du moment où nous avons accepté sa supposition initiale, il a le devoir d’éviter la moindre erreur de jugement : faute de quoi, l’œuvre retomberait au niveau des contes de fées. Une logique inflexible doit gouverner l’action […] Si le roman d’hypothèse permet à un Wells d’exprimer, sous forme d’apologue, des opinions sociologiques, en revanche beaucoup d’écrivains se sont complus à le travailler sans autre préoccupation que de lui faire exhaler tous les arômes de sa propre nature. Est-ce dire qu’un roman d’hypothèse doive se confiner dans l’enceinte du monde physico-chimique ? Loin de moi cette pensée. Les plus belles œuvres du genre, au contraire, sont celles où flottent, comme des effluves éternelles, les vieilles inquiétudes qui ont toujours obsédé les rêveries humaines, hanté notre esprit, étreint notre cœur. Le vent de la destinée souffle sous la porte du laboratoire. Mais l’essentiel n’est point là. L’essentiel réside dans le brouillard métaphysique qui doit s’élever du récit romanesque. » (Van Herp, 1996 : 40-41).

Voilà une définition bien édifiante et qui pourrait en effet définir de nombreuses œuvres connues sous le vocable de science-fiction. Jacques Van Herp (1923-2004) y ajoute cependant quelques détails :

« Peu de choses sont à ajouter à cette définition pénétrante : la définition du roman est à élargir aux autres modes d’expression et il reste à préciser ce qui était sous-entendu, à savoir que l’hypothèse de départ n’est pas nécessairement scientifique. Cependant, voilà cernée enfin l’essence même de la S.-F. : l’hypothèse, l’étude, non de ce qui est, mais de ce qui pourrait être. C’est la littérature du “Si”, ce que Sturgeon appelle l’“If Fiction”. » (Van Herp, 1996 : 41).

Mais alors que dire des définitions, comme celle de Jean Gattégno (1935-1994), qui excluent par exemple les ouvrages antérieurs à Jules Verne en prétextant que « il n’y a pas à proprement parler de science-fiction tant qu’il n’y a pas de science. » (Gattégno, 1978 : 5) ? Ne serait-ce pas là confondre la science et la technique ? Comment prétendre que la science n’existait pas avant Jules Verne ? Et en ce qui concerne des ouvrages dont l’imagination puisse s’apparenter à de la SF, quid de Somnium, seu Opus posthumum de astronomia lunari1 de Johannes Kepler (1571-1630) ?

Ne serait-ce pas alors le terme de « science-fiction » lui-même qui pose problème et qui pousse à la méprise, étant de moins en moins approprié au sujet qu’il désigne (Van Herp, 1996 : 642), comme le déclare Kingsley Amis (1922-1995) ? Certains ont en effet essayé de le renommer, comme par exemple Robert A. Heinlein (1907-1988) et sa speculative fiction :

« Le but de l’auteur n’est pas de fuir la réalité, mais d’explorer soigneusement et sérieusement l’ensemble fascinant et complexe des possibilités, dormant irrévélées dans le futur de notre race, pour les explorer à la lumière de ce que nous savons actuellement. » (Van Herp, 1996 : 638).

Ou encore Adam Roberts (1965-) et sa technology fiction :

« La SF est mieux définie comme une “fiction technologique” à condition que nous ne prenions pas “technologique” comme un synonyme de “gadgets”, mais dans un sens Heideggerien en tant qu’un mode “d’encadrement” du monde, une manifestation de perspectives fondamentalement philosophiques. En tant que genre, donc, la SF incarne textuellement cet “encadrement”, prenant pour “réserve constante” non seulement les discours sur la science et la technologie, mais aussi la totalité des ouvrages déjà parus de la SF elle-même, la tradition intertextuelle que [mon] étude va examiner. »2 (Roberts, 2005 : 18).

Les théoriciens littéraires ont, quant à eux, tenté de définir la SF sous un autre angle, celui de la lecture et son effet sur le lecteur, comme Darko Suvin (1930-) :

« [La SF est] un genre littéraire ou une construction verbale dont les conditions nécessaires et suffisantes sont la présence et l’interaction de l’éloignement et de la cognition, et dont le dispositif principal est un cadre imaginatif en remplacement de l’environnement empirique de l’auteur. »3 (Suvin, 1988 : 37).

Ou, Richard Saint-Gelais :

« La cohésion et les transformations d’un genre tiennent, dans une part non négligeable, à la lecture. C’est à lecture qu’il revient, en dernière analyse, d’évaluer « l’appartenance » d’un texte à un genre. » (Saint-Gelais, 1999 : 13).

Nous pouvons dire, à la lecture de ces différentes tentatives de définition, que la science-fiction n’a pas encore été, et ne sera certainement jamais, définie de manière convenable et satisfaisante. Puisque « non seulement le sujet mais aussi l’essence de la science-fiction peuvent être protéiformes » (Barron, 1995 : xxiv)4, comme le souligne James Gunn (1923-). Il serait alors préférable de plutôt considérer la SF comme un domaine dans lequel différents genres et sous-genres s’entrecroisent, et qui est composé de nombreux ouvrages de nature hybride (Seed, 2011 : 1), et donc difficilement délimitable. Mais là encore, la définition d’un domaine, à l’instar de celle d’un genre, pose également des problèmes. Roger Bozzetto (1937-) s’y est d’ailleurs risqué dans son ouvrage La Science-fiction :

« [Le domaine de la SF] est constitué de fictions narratives, littéraires ou filmiques, mettant en scène de façon très réaliste, presque naturaliste, des aventures qui ont pour but d’explorer les potentialités de ces mondes inventés, dans un rapport plus ou moins scientifique avec l’horizon dans lequel on les inscrit. Ces aventures sont des moyens d’“expérimentation mentales” dans et par ces “mondes possibles”. A l’aide d’un vocabulaire aux connotations scientifiques ou techniques, elles évoquent des thèmes et des notions en relation avec les éventuels prolongements politiques, ou même théologiques, de la réalité connue. » (Bozzetto, 2007 : 11).

La meilleure des définitions reste peut-être celle de Brian Aldiss (1925-), qui a le mérite de faire clairement ressentir toute la difficulté d’une délimitation d’un genre tel que la SF :

« Tout débat sur la science-fiction implique une généralisation. Le temps n’a jamais existé où “science-fiction” était un produit homogène. […] Des tentatives furent réalisées depuis différents point du compas littéraire afin d’imposer une uniformité. […] La plupart des auteurs se soustrait à de tels stéréotypes. Pourtant, l’enseigne “science-fiction” porte beaucoup de poids, aussi bien avec ses alliés qu’avec ses ennemis. A tout moment, il n’y a que des individus travaillant sous une bannière commune. […] La difficulté—l’infinité de la SF—gît sur le fait inflexible qu’elle est à la fois conventionnelle et quelque chose de plus qu’un genre. C’est un format qui revient aisément dans le genre. Le modèle est flexible, changeant au gré du temps. De nouvelles conceptions sont toujours produites. La SF peut être conventionnelle et innovante en une et même fois. Le domaine de la science-fiction s’épanouit le mieux quand les deux genres d’auteurs, l’iconoclaste et l’iconolâtre, existent sous-tension, l’un se méfiant de l’autre. Mais il existe rarement d’accord étroit, même entre membres d’un même cercle. Certains écrivains ne se ressentent pas comme membres de l’un ou de l’autre cercle, et rejettent la catégorisation. […] La SF ne peut exister sans des avis divergents. »5 (Aldiss, 1986 : 14-15).

Puisqu’une telle tentative semble vaine, il serait donc intéressant de s’attacher plutôt à la vision, et la définition, de ceux et celles qui contribuent à la SF en Chine continentale ; que ce soit les auteurs, les théoriciens, voire même les autorités littéraires (et politiques) du pays. Ainsi, nous serions plus à même d’analyser et de commenter les différents ouvrages de SF venant de Chine continentale qui s’offrent à nos yeux.

Les nombreuses questions apportées à la culture chinoise par la littérature de science-fiction ont très tôt attiré l’attention des domaines littéraires, culturelles, de vulgarisation scientifique, de propagation scientifique et d’éducation jeunesse. Depuis la naissance de ce genre littéraire, de nombreux théoriciens ont déjà exprimé de diverses façons leurs propres réflexions théoriques.

En Chine, Liang Qichao 梁启超 (1873-1929) est peut-être le premier des lettrés à avoir manifesté de l’intérêt pour la littérature de science-fiction. Dans « Lun xiaoshuo yu qunzhi de guanxi » 论小说与群治的关系 (A propos de la relation entre la fiction et le gouvernement des masses), publié en 1902, il décrit de manière assez complète le « nouveau roman », xin xiaoshuo 新小说, et considère que ce genre d’ouvrages possède un rôle d’une extrême importance pour le renouvellement de la culture chinoise. Il différencie une dizaine de types de ce qu’il appelle les nouveaux romans, parmi lesquels se trouve le « roman scientifique philosophique », zheli kexue xiaoshuo 哲理科学小说.

La théorie science-fictionnelle de Liang Qichao peut-être divisée en au moins deux parties, à savoir la profonde recherche philosophique et l’ouverture à un tout nouveau domaine de connaissances. Tout d’abord, les ouvrages de science-fiction doivent prendre à la fois en considération la science et la philosophie, et également avoir pour noyau central des théories scientifiques poussées. Parmi les différenciations de types de romans de Liang Qichao, la science-fiction n’existe pas par elle-même, mais occupe un même espace avec les romans philosophiques. « Le roman scientifique philosophique [est un livre qui] utilise la fiction pour exposer la philosophie et les sciences naturelles6 »7 (Liang Qichao, 1997a : 45), et est capable de transmettre des théories scientifiques et des réflexions philosophiques approfondies. Cet intérêt commun apporté à la science et à la philosophie sera la différence manifeste entre la théorie science-fictionnelle de Liang Qichao et celle des autres théoriciens. A contrario de ceux qui considèrent la science-fiction comme une sorte de petite invention ou de création exposant la vie future, la science-fiction, telle qu’elle est définie par Liang Qichao, est sans aucun doute un genre capable de dévoiler en profondeur les règles profondes de l’univers et de l’existence, maîtrisant la direction de l’évolution de la nature et de la société. Le deuxième point important de la théorie science-fictionnelle de Liang Qichao est qu’il considère que la science-fiction possède des procédés d’expression et des espaces narratifs particuliers, qu’elle « porte une pensée profonde et subtile, et a une structure grandiose »8 (Liang Qichao, 1997b : 47), pour reprendre son annotation faite dans sa traduction du roman de Jules Verne, Deux ans de vacances. Hormis cela, Liang Qichao, dans son roman Xin Zhongguo weilaiji 新中国未来记 (Histoire du futur de la nouvelle Chine) et dans son essai « Shaonian Zhongguo shuo » 少年中国说 (Propos de la jeune Chine), recherche pour la Chine future une possible orientation progressiste et la voie qu’il faudrait suivre.

Lu Xun 鲁迅 (1881-1936) est un autre grand homme de lettres qui s’est très tôt penché sur l’étude, la traduction, la critique et la description de la littérature de science-fiction en Chine. Il écrivit, dans les avants-propos de sa traduction de De la Terre à la Lune, en 1902, que la science-fiction devait adopter la méthode de construction textuelle suivante : « la science pour longitude, les sentiments humains pour latitude »9 ; et précisa qu’elle devait « améliorer la pensée et assister la civilisation. […] Pour guider le peuple chinois vers le progrès, il faut forcément commencer par les romans scientifiques »10 (Lu Xun, 2011 : 3).

D’un point de vue macroscopique, la théorie science-fictionnelle de Liang Qichao s’intéresse plus au renouvellement temporel de l’ancienne culture chinoise, alors que celle de Lu Xun s’intéresse plus à comment l’introduction des sciences et techniques peut atteindre le vulgum pecus. D’un point de vue microscopique, Liang Qichao espère que le texte possède un caractère métaphysique, alors que Lu Xun espère, quant à lui, que la science puisse, à travers l’histoire romanesque, se tresser et s’introduire dans la vie quotidienne. Ainsi, les exposés et mises en pratique importants des deux érudits formèrent un espace culturel aux antipodes. Du côté de Liang Qichao, la science-fiction doit s’élever en suivant la science, arriver à un monde philosophique totalement nouveau, s’introduire et détruire les bases idéologiques de l’ancienne culture chinoise, ainsi qu’ériger pour les Chinois un nouvel horizon empli de clairvoyance et d’imagination. Alors que du côté de Lu Xun, la science doit s’abaisser en suivant les classes sociales, s’introduire autant que possible dans la vie quotidienne et s’infiltrer parmi le peuple. Il n’y a qu’ainsi, si la science devient une idéologie et un outil, qu’elle pourra être acceptée par le peuple chinois. Ainsi, la pensée science-fictionnelle de Lu Xun doit être que les ouvrages de science-fiction ne doivent pas nécessairement porter une grande attention à leur propre création, mais plus se soucier de l’efficacité de leur rôle de diffuseur scientifique.

A l’époque embryonnaire de la science-fiction, il y eut en réalité, en Chine, de nombreux débats et de nombreuses oppositions conceptuelles. Au gré du temps, ces débats et ces conceptions se sont petit à petit complexifiés et diversifiés. Mais la pensée dite « Liang Qichao-esque », qui consiste à considérer la science-fiction comme une littérature riche d’imagination, une littérature capable de trouver plus d’issues et une meilleure voie de développement pour la Chine, s’est amenuisée au gré des débats. Tandis que celle dite « Lu Xunesque », qui insiste sur le fait que la science-fiction doit assimiler la culture occidentale, promouvoir l’esprit scientifique et diffuser des connaissances exactes, s’est graduellement renforcée au fil des discussions, et fit progressivement apparaître le germe de l’hégémonie de la science dans le domaine de la littérature de science-fiction.

Du fait de la traduction et de l’introduction d’encore plus de romans de science-fiction occidentaux modernes, et en particulier de l’auteur britannique H.G. Wells (1866-1946), certains savants chinois ont commencé à réfléchir à la nature protéiforme de la littérature de science-fiction.

En 1940, Gu Junzheng 顾均正 (1902-1980) utilise les romans de Wells pour exprimer sa conception de la science-fiction. Dans la préface de son propre recueil de nouvelle, Zai Beiji dixia 在北极底下 (Sous le Pôle Nord), il déclare notamment qu’après la « Bataille de Shanghai », le roman de l’écrivain anglais, The Shape of Things to Come (La Forme des choses à venir), était déjà devenu très populaire en Chine. Cela reflète en réalité les conditions de la création de science-fiction anglo-américaine. Cependant, le roman de Wells n’est en réalité pas du tout scientifique. L’imagination du roman pousse souvent à la mauvaise compréhension. C’est pour cela que Gu Junzheng s’est efforcé d’écrire des romans de science-fiction qui ne poussent pas à la confusion :

« Prenons la technique d’invisibilité de Wells. La raison pour laquelle cet homme invisible peut devenir invisible, n’est qu’après tout un fait supposé et n’a pas de base scientifique. Nous sommes finalement réduits à le lire comme La Pérégrination vers l’Ouest et L’Investiture des Dieux. L’appeler science-fiction ne correspond vraiment pas à la réalité. […] Alors, ne pouvons-nous pas, et ne voulons-nous pas utiliser ce genre de fiction pour installer un peu plus de choses scientifiques, afin de servir d’aide à la vulgarisation de l’éducation scientifique ? Je pense que ce travail est possible, et est qui plus est valable. »11 (Gu Junzheng, 2011 : 11-12).

En examinant les recherches théoriques sur la science-fiction réalisées entre 1902 et 1949, nous pouvons remarqué un phénomène intéressant. Le domaine de la recherche théorique science-fictionnelle, avant 1949, a déjà instauré l’hégémonie de la science. Bien que Liang Qichao préconisait un rôle philosophique, et Lu Xun un mélange équilibré de science et de sentiments humains, on se rend vite compte qu’arrivé à la fin des années 1940, la plupart des articles mettent l’emphase sur la place prédominante que doit occuper la science dans les textes de science-fiction, et que quasiment aucun texte ne vient contredire ce point de vue.

Après 1949, un plus grand nombre de courts articles de revues et de préfaces d’ouvrages se sont spécialement attaqués aux questions théoriques sur la science-fiction. Wang Shian 王石安 (dates inconnues), dans la postface de l’une de ses traductions, discute de la signification de la littérature de science-fiction en Chine. Le commentaire de Wang Shian renverse totalement les places de la science-fiction et de la science, affirmant que la science-fiction est une lecture qui vient en complément après la lecture de grands ouvrages scientifiques. Il indique également que la science-fiction peut servir d’outils servant à inculquer des connaissances scientifiques, mais qu’elle peut aussi pousser le lecteur à la réflexion et améliorer sa capacité d’innovation et de création. Et c’est pour cela que ce genre de roman a été directement dénommé, en Union Soviétique, « Fiction imaginaire scientifique », traduit en chinois par Kexue huanxiang xiaoshuo 科学幻想小说12. Il indiqua par ailleurs que la science-fiction devait se baser sur des principes scientifiques, mais que la science n’était appliqué que dans l’ouvrage, qu’elle devait amener l’intrigue de l’histoire à une résolution satisfaisante. Il dira finalement que la science-fiction chinoise et les traductions antérieures prennent tous partie pour la bourgeoisie (Wang Shian, 1955 : 336-337). Nous pouvons donc remarquer que l’utilitarisme de vulgarisation scientifique de la science-fiction est déjà introduite par les traducteurs de littérature soviétique.

Au milieu des années 1950, les « postfaces » de traducteurs ou les articles et commentaires concernant des livres de science-fiction publiés dans des revues qui s’imprégnaient des théories sur la science-fiction et de la pensée soviétiques étaient très fréquents.

En 1956, la revue Zhishi Jiushi Liliang 知识就是力量, qui se base sur une version russe, publie la traduction de Zheng Wenguang, « Tantan kexue huanxiang » 谈谈科学幻想 (Parlons de science-fiction), qui expose la théorie fonctionnaliste soviétique de la science-fiction. Il y écrit : « Les manuels scolaires nous racontent des choses utiles, nous apportent des connaissances ; les ouvrages littéraires nous poussent à la réflexion ; les ouvrages de science-fiction nous apprennent à imaginer le futur »13 (Zheng Wenguang, 1956 : 25). Cette description compare la littérature de science-fiction et les manuels de science, mais exprime en réalité la pensée fondamentale des théoriciens soviétiques de la science-fiction selon laquelle la littérature de science-fiction appartient aux ouvrages sérieux. Cependant, Zheng Wenguang précise ensuite : « Il ne faut pas comprendre les romans imaginaires comme des prévisions exactes du futur. Dans de nombreux cas, l’imagination utilise la forme des belles-lettres scientifiques. […] Dans le texte littéraire, l’important est ailleurs, ce que dit l’écrivain au lecteur c’est la raison pour laquelle on est obligé de résoudre ces problèmes, ce qu’il donne aux gens »14 (Zheng Wenguang, 1956 : 25). Cette description montre encore très bien la nature littéraire de la science-fiction. Ce qui est certain, c’est qu’en Union Soviétique la littérature de science-fiction est l’un des genres de la littérature sérieuse, et non pas de la littérature populaire, puisqu’à ce moment-là, l’Union Soviétique était justement en train d’effectuer le grand test du communisme encore jamais réalisé auparavant, « Dans un mouvement aussi grandiose, l’ouvrage de science-fiction accomplissait son immense rôle, il éveillait le désir de l’humanité, indiquant aux scientifiques des sujets de recherches »15 (Zheng Wenguang, 1956 : 25). Concomitamment à la parution de la traduction de Zheng Wenguang fut publié la théorie de la critique soviétique Olga Khuzeev (1909-1982) [Хузе Ольга], Lun Sulian kexue huanxian duwu 论苏联科学幻想读物 (A propos des lectures de science-fiction soviétiques). Ce livre expose de manière plus systématique le cœur de la théorie soviétique sur la science-fiction, qui consiste en la création d’une société de production remarquablement différente de celle capitaliste, en l’exposition des relations entre les personnes de cette société, en la prévision exacte des innovations scientifiques, ainsi qu’en la vulgarisation de connaissances scientifiques pour les enfants et les jeunes. Tout cela influença fortement la direction de développement de la critique de la science-fiction en Chine.

Les traductions d’ouvrages de science-fiction, la large propagation des œuvres d’auteurs tels que Jules Verne, et surtout l’introduction de la théorie et de la pensée science-fictionnelles soviétiques ont joué un rôle des plus importants dans la reconstruction et la recomposition de la théorie science-fictionnelle en Chine. Ce que l’on désigne ici par la « pensée science-fictionnelle soviétique », peut se résumer en ces termes : la littérature de science-fiction doit être le guide ou le précurseur des découvertes scientifiques, et doit décrire le nouvel homme du socialisme et du communisme. En 1958, Zheng Wenguang, dans son article « Wangwang zou zai kexue faming de qianmian—tantan kexue huanxiang xiaoshuo » 往往走在科学发明的前面——谈谈科学幻想小说 (Toujours avancer au-devant des inventions scientifiques—parlons de science-fiction), expose en totalité les effets engendrés par ces conceptions. Il y aborde notamment deux questions.

Premièrement, il définit la science-fiction comme une forme littéraire décrivant le futur, comme une littérature qui se doit d’être intimement liée avec la science. Il écrit : « La science-fiction est une forme littéraire décrivant comment, dans le futur, l’humanité lutte contre la nature »16. Puisque la science-fiction fait de l’imagination une réalité, la science est donc la base de la production science-fictionnelle. La science-fiction doit s’appuyer sur des théories scientifiques, et se doit d’avoir des fondements scientifiques. Ce nonobstant, Zheng Wenguang pense tout de même que ces ouvrages ne doivent pas forcément rechercher de vérifications scientifiques précises :

« Cependant, cela ne veut absolument pas dire que la science-fiction est la plus précise des prévisions concernant l’activité productrice et la vie de l’humanité future. De ce fait, a contrario des scientifiques, l’auteur de science-fiction n’a pas besoin de s’appuyer sur d’innombrables observations, des expériences à répétition, ou des données accumulées durant de nombreuses années, pour établir ses hypothèses scientifiques. Il faut juste qu’il n’aille pas à l’encontre des principes scientifiques de bases, et il a alors complètement le droit d’introduire dans ses ouvrages sa propre imagination, ses propres espérances, et ses propres géniales conjectures. L’imagination est un élément important dont aucun ouvrage littéraire ne peut se passer, et c’est tout particulièrement le cas pour la littérature de science-fiction. »17 (Zheng Wenguang, 1958).

Deuxièmement, Zheng Wenguang indique que l’inspiration suscitée par la science-fiction tire son origine de l’histoire, de l’écriture, des images et de leur force spirituelle. La science-fiction est différente des manuels scientifiques et des lectures de belles-lettres scientifiques ; ce genre d’ouvrages utilise la force inspiratrice des mots et des intrigues et histoires belles et émouvantes, pour dépeindre de manière imagée la puissance sans pareille des sciences et techniques modernes, et pour montrer les radieux et splendides horizons qui s’offrent à l’humanité. Elle éveille et cultive la passion scientifique à l’aide d’une imagination merveilleuse, et appelle les gens à redoubler d’efforts et à avancer vers la science dans leur conquête de la nature.

Ce qu’il y a de clairement évident, c’est que durant ces dix-sept années qui séparent l’établissement de la République Populaire de Chine en 1949 et le déclenchement de la « Grande Révolution Culturelle » en 1966, la théorie science-fictionnelle chinoise a abandonné ce paradigme qui moulait ensemble l’avant-garde culturelle, la critique culturelle, le développement de la philosophie et la transmission scientifique, et ce pour se concentrer essentiellement sur le domaine de réflexion relativement restreint renforcé par la théorie science-fictionnelle soviétique qui « prend pour base la science, et prend pour objectif le développement futur ». La coupure entre ce nouveau paradigme et l’ancien a été essentiellement provoquée par les grandes réformes idéologiques de l’époque, et renforcée par l’influence de la théorie soviétique. Cependant, ce nouveau paradigme n’a pas maîtrisé avec justesse les « relations entre la littérature et l’homme » comprise dans la théorie soviétique, par conséquent, la science-fiction s’est progressivement réduite, en Chine, à une littérature servant à vulgariser les connaissances scientifiques pour les enfants. Ce nonobstant, du fait de l’influence du courant théorique soviétique, ajouté à cela l’introduction de la théorie de la dictature du prolétariat18 et de la théorie de la révolution mondiale marxiste19, la littérature de science-fiction chinoise a encore établi une sorte d’hégémonie de la politique, faisant de l’idéologique une norme critique de la littérature de science-fiction. Ce qu’on entend ici par « l’idéologique » désigne essentiellement une sorte d’adhésion inconditionnelle envers le socialisme et le communisme, et une désapprobation inconditionnelle du capitalisme et de l’impérialisme.

En 1976, année de la chute de la Bande des Quatre, la science-fiction reprit vie après dix années de silence. Durant cette période, Ye Yonglie 叶永烈 (1940-) devint l’auteur de science-fiction le plus productif, à la qualité littéraire la plus élevée et au succès le plus remarquable du continent chinois. Dans Lun kexue wenyi 论科学文艺 (A propos des belles-lettres littéraires) publié en 1980, qu’il écrivit en dehors de son activité de romancier, il consacre tout spécialement un chapitre pour aborder les théories de bases de la littérature de science-fiction. Il y résume non seulement l’histoire de la science-fiction, y présente des auteurs tels que Jules Verne, H.G. Wells, Isaac Asimov (1920-1992) ou encore George Gamow (1904-1968), mais fait des descriptions spécialisées des particularités, de l’imaginaire, de la structure, des personnages et environnements classiques, de l’utilisation du suspens, et de la scientificité de la science-fiction. Pour Ye Yonglie, la littérature de science-fiction doit au moins posséder les trois facteurs essentiels que sont « la science », « l’imagination » et « la fiction », elle utilise le roman pour décrire une imagination scientifique singulière, et porte une idée centrale profonde. Ce qu’elle décrit est imaginaire et non réel, mais cette imagination est scientifique, et non divagante :

« “Fiction imaginaire scientifique”, ces trois mots exposent ses trois particularités : 1. Elle est une “fiction”, elle possède les particularités de la fiction. Elle a une structure, une intrigue, des personnages, et dans un certain degré, elle modèle des images de personnages classiques. […] 2. Elle est une fiction “imaginaire”, elle ne décrit pas la réalité mais décrit comme réel des choses futures ou des choses passées qui ne sont pas arrivées. […] La fiction imaginaire scientifique écrit principalement un imaginaire concernant les sciences et techniques. 3. Elle est une fiction imaginaire “scientifique”, son contenu imaginaire possède une certaine base scientifique, elle s’accorde avec les règles du développement scientifique, puisqu’elle est une imagination scientifique, et non pas une divagation. La fiction imaginaire scientifique prend la forme de la fiction afin de vulgariser des connaissances scientifiques pour le lecteur. »20 (Ye Yonglie, 1980 : 92-93).

A la fin des années 1970 et au début des années 1980, Huang Yi 黄伊 (1929-) a publié deux recueils importants sur la recherche théorique de la science-fiction, à savoir : Zuojia lun kexue wenyi 作家论科学文艺 (Les Écrivains discutent des belles-lettres scientifiques) en deux volumes et Lun kexue huanxiang xiaoshuo 论科学幻想小说 (A propos de la littérature de science-fiction). Ces deux ouvrages compilent les articles théoriques sur la science-fiction, chinois ou étrangers, les plus importants et les plus remarquables ; et a également invité les auteurs à la mode à l’époque pour écrire leur présentation personnelle ou leur théorie.

En 1976, dans son article « Tantan wo dui kexue wenyi de renshi » 谈谈我对科学文艺的认识 (Parlons de ma connaissance des belles-lettres scientifiques), Tong Enzheng 童恩正 (1935-1997) déclare pour la première fois que l’objectif essentiel de la littérature de science-fiction n’est pas la vulgarisation scientifique, mais plutôt de transmettre une sorte de « notion existentielle de la science », kexue de rensheng guan 科学的人生观 :

« Les belles-lettres scientifiques (comprenant la science-fiction, les essais scientifiques, les contes scientifiques, les poèmes scientifiques et le théâtre scientifique) est une variété littéraire assez récente. Elle est apparue et s’est répandue depuis environ plus de cent ans avec l’envol des sciences naturelles. […] Premièrement, concernant le but d’écriture, […] dans les ouvrages des belles-lettres scientifiques, son but n’est pas de présenter un quelconque savoir scientifique concret, mais à l’instar d’autres ouvrages littéraires, de propager une idée, une philosophie, une quête de la vérité, un esprit d’exploration de la vérité de l’auteur. En bref, il diffuse une notion existentielle de la science. Ici, le contenu scientifique est devenu un procédé utilisé comme arrière-plan nécessaire et utile au développement de la personnalité des personnages et de l’intrigue de l’histoire. »21 (Tong Enzheng, 2011 : 24).

Contre toute attente, cette expression reçut les échos des auteurs de tout le pays. Chacun pensait que cette déclaration renversait le joug qui pesait au-dessus de la tête des écrivains, et ouvrait la voie à une création plus libre. Mais les théoriciens trouvaient, quant à eux, que cette vision abandonnant la science et prenant pour centre la fiction ne faisait indubitablement plus de la science-fiction qu’une littérature du « voyage astral », linghunchuqiao 灵魂出窍, et nuisait à sa prospérité :

« La science-fiction est de la science, c’est de la science littérarisée. La science-fiction est un élément composant un ouvrage de vulgarisation scientifique. La science-fiction est un ouvrage de vulgarisation scientifique qui utilise une forme littéraire, un ouvrage de vulgarisation scientifique qui utilise une forme littéraire est de la science-fiction. Si l’on prétend que la science-fiction est différente d’un ouvrage de vulgarisation scientifique qui utilise une forme littéraire, c’est séparer le nom et la réalité d’une chose. Si la science-fiction perd un certain contenu scientifique, alors ça se nomme le voyage astral, et n’est donc plus de la science-fiction. »22 (Lu Bing, 2011 : 387).

Très vite, cette question purement littéraire, ainsi que d’autres, furent tranchées par le pouvoir politique. S’en suivra la fameuse Campagne Anti-Pollution Spirituelle, Qingchu jingshen wuran 清楚精神污染, durant laquelle les étiquettes de « fausse science » et de « anti-science » seront apposées sur la littérature de science-fiction, aussi bien par le monde politique que scientifique, et les auteurs de science-fiction dénigrés :

« Certains ouvrages répandent les superstitions féodales et l’idéologie idéaliste, mettent l’accent sur le meurtre et la pornographie, répandent la pensée putride de la bourgeoisie, certains expriment même des opinions idéologiquement et politiquement erronées […], il y a encore une partie des ouvrages qui prône la vie dépravée, immorale et de débauche de la bourgeoisie occidentale. […] Nous croyons que, sous la direction du Parti, avec l’élimination de la pollution spirituelle présente dans la création de la littérature de science-fiction, cette fleur fraîche à peine éclose pourra avec certitude s’épanouir avec luxuriance. »23 (Feng Feng, 2011 : 395-400).

Il ne faudra pas attendre longtemps pour que des articles à la teinte politique évidente viennent redéfinir le rôle de la science-fiction dans la société et blâmer celles et ceux qui ont laissé leur imagination s’échapper un peu trop loin de la définition du genre que s’était faite le Parti :

« Bien entendu, la science-fiction doit aussi, comme les autres formes d’art, procurer aux gens des choses positives et saines, donner aux gens de l’enthousiasme, doit être capable d’encourager les masses, et plus spécialement les jeunes générations, à une recherche active et un progrès ininterrompu dans la construction du socialisme. Pour ce qui est de l’idéologie erronée, il faut la critiquer ; les divagations qui polluent spirituellement le domaine scientifique ne doivent pas être autorisées, elles doivent être critiquées et empêchées. »24 (Zhou Yang, 2011 :15).

« J’espère que les auteurs de vulgarisation scientifique et les auteurs littéraires se prennent la main et s’activent ensemble pour ériger les belles-lettres scientifiques de la nouvelle époque ; les auteurs de vulgarisation scientifique doivent avancer vers les arts et la littérature, les auteurs littéraires doivent s’avancer dans les sciences et techniques, afin d’ouvrir un nouvel aspect de la création, d’ériger une haute culture spirituelle. Les auteurs de vulgarisation scientifique et les auteurs littéraires, ainsi que les gens de chaque classe doivent étudier L’Anthologie de Deng Xiaoping, afin de consolider le travail du Parti. Tous les théoriciens, les éducateurs, les économistes, les travailleurs politiques, les travailleurs littéraires, les scientifiques, dans lesquels sont bien entendu inclus les vulgarisateurs scientifiques, doivent coopérer étroitement pour ériger la nouvelle culture socialiste. Ils doivent apporter leur contribution à l’édification des quatre modernisations, au redressement de la Chine, et à la libération de l’humanité toute entière. Arrivé au XXIe siècle, les ouvrages de vulgarisation scientifique et les ouvrages de littérature devront doubler et redoubler, et écrire le nouveau chapitre du socialisme et du communisme. Ils devront faire communiquer l’arbre de la connaissance et les fruits de l’intelligence, faire s’épanouir la fleur des belles-lettres scientifiques dans tout le territoire de notre mère-patrie, faire que la lumière des belles-lettres scientifiques illumine le monde entier. »25 (Gao Shiqi, 2011 : 17-18).

Et c’est ainsi que la science-fiction disparut du paysage littéraire chinois pendant plusieurs mois. Il fallut attendre plusieurs années avant que plusieurs articles concernant cette « disparition subite » de la science-fiction soient publiés dans des journaux nationaux. C’est justement suite à plusieurs articles discutant des raisons ayant poussé la science-fiction et l’« enthousiasme pour la science-fiction », kehuan re 科幻热, à disparaître aussi brutalement, publiés entre 1987 et 1988 dans le Renmin Ribao 人民日报 et le Wenyi Bao 文艺报, que Ye Yonglie reprendra la plume en 1989 après avoir stoppé son activité d’écrivain de science-fiction pour expliquer, dans son article « Zhongguo kehuan xiaoshuo de dichao jiqi yuanyin » 中国科幻小说的低潮及其原因 (Le Déclin de la science-fiction chinoise et ses causes), les diverses raisons qui ont, d’après lui, mené à la disparition soudaine et brutale du genre en Chine :

« A partir de fin 1983, l’“enthousiasme pour la science-fiction” s’est rapidement évanoui. De nos jours, la création science-fictionnelle chinoise se trouve déjà dans la régression, et est devenue une “Cendrillon” qui a disparu sans bruit du bal. […] Si, aujourd’hui, la science-fiction est tombée au fond d’un abîme, cela peut dans l’ensemble être attribué à cinq causes : premièrement, l’atmosphère commerciale qui s’intensifie de jour en jour. […] Deuxièmement, les critiques exagérées de la part du monde scientifique. La science-fiction n’est ni une thèse scientifique, ni le schémas précis de l’avenir de la science. […] Troisièmement, le dédain du monde littéraire. […] Quatrièmement, le manque d’œuvres de référence de la littérature de science-fiction chinoise. […] Cinquièmement, l’ingérence excessive du pouvoir politique. »26 (Ye Yonglie, 2011b : 401-402).

Après cette réponse, Ye Yonglie conclura son article avec divers conseils donnés aux prochains auteurs chinois de science-fiction, dans lesquels nous pouvons voir transparaître sa définition de la science-fiction :

« Après avoir “raccrocher les pointes”, j’ai pu entreprendre avec calme une réflexion. Premièrement, la science-fiction est une fiction. Cela va sans dire, mais cette importante notion a justement été négligée. […] Deuxièmement, notre science-fiction manque de réflexions et de philosophie profondes, manque d’intensité pour éveiller les foules. […] Troisièmement, la littérature de science-fiction doit avoir une imagination riche. Il faut juste que l’imagination science-fictionnelle n’aille pas à l’encontre des principes scientifiques déjà connus par les gens, qu’elle puisse se justifier, et c’est bon. Nous ne pouvons pas estimer l’imagination science-fictionnelle avec des critères propres à la thèse scientifique. […] Par ailleurs, en ce qui concerne la compréhension étroite et unilatérale de la fonction de la science-fiction, elle entrave également le développement de la création science-fictionnelle. Beaucoup de personnes préconisent que la science-fiction soit un “outil de vulgarisation scientifique”, un “support du savoir”. En réalité, la science-fiction ne se charge pas, et ne peut pas se charger de vulgariser quelque connaissance scientifique. »27 (Ye Yonglie, 2011b : 402-403).

Depuis les années 1990, la littérature de science-fiction chinoise s’est quasiment libérée de la pression politique, et a dû faire face à la vague de l’économie de marché, avançant désormais sur une voie plus prospère.

Depuis lors, la publication d’ouvrages théoriques sur la science-fiction a considérablement augmenté ; la plupart étant des traductions de théories science-fictionnelles étrangères.

Pour ce qui est des théories chinoises à proprement parler, nous pouvons mentionner quelques ouvrages clefs, comme par exemple Xiangxiangli xuanyan 想象力宣言 (Manifeste sur l’imagination) de l’auteur Han Song 韩松 (1965-), Kehuan xiaoshuo de yuyan yu zhenxiang 科幻小说的预言与真相 (Les Prévisions de la science-fiction et la réalité) de Zheng Jun 郑军 (1969-), Kepu yu kehuan fanyi lilun, jiqiao yu shijian 科普与科幻翻译理论、技巧与实践 (Théorie, techniques et mise en pratique de la traduction de vulgarisation scientifique et de science-fiction) de Guo Jianzhong 郭建中 (1938-), ou encore Kehuan leixingxue 科幻类型学 (Étude de genre science-fictionnel) de Yang Peng 杨鹏 (1972-).

L’ouvrage de Han Song, l’un des principaux auteurs de la nouvelle génération, est très critique à l’égard du despotisme qui bride l’imagination des gens, et également envers les différentes critiques faite par le passé à ce genre littéraire qu’il affectionne tant. Parmi les divers essais compilés dans cet ouvrage, nous retrouvons une esquisse assez originale de définition du genre :

« Je suis vraiment d’accord avec les propos de Wu Yan, la science-fiction est une littérature de l’évasion. La science-fiction passe par l’évasion pour influencer et porter attention à la réalité. Quant à sa signification pratique, comme par exemple qu’elle ait amené à l’invention des sous-marins ou au lancement d’un satellite de communication, c’est un résultat involontaire, un sous-produit. En d’autres termes, ce n’est pas pour inventer quelque chose que les auteurs de science-fiction font appel à leur imagination. La science-fiction est une littérature du “non-agir”. »28 (Han Song, 2000 : 256-257).

Wu Yan 吴岩 (1962-), cité ci-dessus par Han Song, contribuera grandement à la théorisation, au développement, ainsi qu’à l’enseignement de la science-fiction en Chine. Il publiera notamment deux ouvrages primordiaux, Kehuan wenxue lungang 科幻文学论纲 (Thèse sur la littérature de science-fiction) [2008] et Kehuan wenxue lilun he xueke tixi jianshe 科幻文学理论和学科体系建设 (Théorie littéraire de la science-fiction et construction du système disciplinaire) [2011], théorisant en profondeur le genre, ce qui est assez rare dans l’Empire du Milieu. Dans son article « Lun kehuan xiaoshuo de gainian » 论科幻小说的概念 (A propos du concept de science-fiction), publié en 2004, il expliquera en ces termes la difficulté éprouvée par tous les théoriciens souhaitant donner une définition à la science-fiction :

« La science-fiction est un ouvrage littéraire aisément identifiable mais difficilement définissable. […] La difficulté de la définition de la science-fiction vient essentiellement du fait qu’elle est une littérature qui dépasse les catégories et extrêmement extensible. Et pour ce qui est de la base existentielle de ces ouvrages—la science, elle n’a elle-même pas de frontières délimitées. »29 (Wu Yan, 2011 : 63).

Dans ce même article, suite à un sondage effectué auprès d’un panel de lecteurs de science-fiction, Wu Yan déterminera cependant six facteurs définissant le mieux ce genre littéraire, à savoir : l’« état littéraire » [wenxue zhuangtai yinsu 文学状态因素] (comprenant la littérarité, l’intérêt, l’attrait, l’incitation à la réflexion et l’humour), la « caractéristique d’exploration » [tansuo tezheng yinsu 探索特征因素] (comprenant l’exploration, le spectaculaire, le futur et l’imagination), la « connotation scientifique » [kexue neihan yinsu 科学内涵因素] (comprenant la scientificité et l’anticipation), la « méthode cognitive » [renzhi fangshi yinsu 认知方式因素] (comprenant l’étrange, le merveilleux, le miraculeux, l’extraordinaire, le mystérieux), l’« esthétique » [shenmei yinsu 审美因素] (comprenant l’inattendu et la singularité) et l’« avertissement » [jingshi yinsu 警世因素] (comprenant la terreur) (Wu Yan, 2011 : 68-69). Il utilise d’ailleurs ces six éléments clefs pour différencier la science-fiction d’autres genres littéraires, ce qui laisse malgré tout entrevoir une certaine définition du genre :

« Bien que la science-fiction possède des similarités avec d’autres genres littéraires, elle affiche néanmoins des différences évidentes. Ces différences peuvent être démontrées en combinant entre eux les facteurs. Concrètement, du fait de l’existence des deux facteurs que sont la science et l’avertissement, la science-fiction se différencie clairement des contes pour enfants ; du fait des facteurs que sont la science, la cognition et la recherche, la science-fiction se différencie immédiatement de la fantasy ; en raison des facteurs que sont la littérarité et l’esthétique, la science-fiction se différencie des lectures de vulgarisation scientifique. Par ailleurs, du fait du rôle des trois facteurs que sont la science, la recherche et la cognition, elle possède la particularité de faire face à l’inconnu et à l’avenir. […] En d’autres termes, la science-fiction dépend de la littérature, elle doit être un genre littéraire concernant le domaine des phénomènes merveilleux en lien avec la recherche et la science, et jouer un rôle d’avertissement. L’originalité de la science-fiction se trouve dans le fait qu’elle passe par l’imagination pour ouvrir la grande porte permettant à l’humanité d’accéder à l’univers. »30 (Wu Yan, 2011 : 69).

Nous pouvons remarquer que la recherche sur la science-fiction chinoise de ces dernières années, que ce soit du point de vue du nombre ou de la qualité des théories, est très différente de celle antérieure. Le domaine de recherche sur la science-fiction chinoise est justement en train de développer totalement des aspects comme la structure du texte science-fictionnel, la fonction sociale de la science-fiction, le lien existant entre la science et la science-fiction, ou encore celui s’étant tissé entre la science-fiction et l’économie de marché.

La recherche sur la science-fiction récente met en effet l’emphase sur la connexion indéniable existante entre la théorie littéraire contemporaine et la science-fiction.

Est aussi apparue une série de nouveaux et fascinants débats, comme par exemple celui opposant Ge Hongbing 葛红兵 (1968-) et Wang Quangen 王泉根 (1949-) sur la place légitime (ou non) de la littérature de science-fiction dans le domaine de la littérature jeunesse ; l’un arguant que :

« Mettre la science-fiction dans la grande enseigne de la littérature pour enfants et en faire une sous-classe de la littérature pour enfants n’est certainement pas rationnel. Premièrement, la science-fiction n’est pas du tout la propriété des enfants, les adultes ont aussi le droit de lire de la science-fiction. Ensuite, mettre la science-fiction dans la grande enseigne de la littérature jeunesse est l’une des raisons importantes ayant entraîné l’infantilisation de la science-fiction chinoise, et est aussi un important facteur ayant limité le développement de la science-fiction chinoise. Considérer la science-fiction comme de la littérature pour enfants a eu pour résultat l’abandon aux exigences de la littérature pour enfants de la structure de l’intrigue, de la personnalité des personnages et des descriptions de l’instinct naturel propres à la science-fiction. Elle exige une pureté et un avantage éducatif, il ne peut y avoir un personnage à la personnalité un tantinet complexe, possédant à la fois la bonté et le vice ; il ne peut y avoir des descriptions à caractère adulte ; ce qui lia les pieds et les poings de la science-fiction, et restreignit l’amplitude et la profondeur qui était la sienne lorsqu’elle reflétait la vie et la société. »31 (Ge Hongbing, 2011 : 186).

Tandis que l’autre répondra que « dans le contexte spécifique de la culture et de la littérature chinoises, la graine de la science-fiction ne peut qu’être planté dans la terre de la littérature pour enfants, faute de quoi elle ne peut non seulement pas arriver à se développer, mais même son droit à l’existence pourrait être remis en question »32 (Wang Quangen, 2011 : 189). Il argumentera ensuite, exposant l’apport de la littérature pour enfants à la science-fiction, en disant que la science-fiction n’a « jamais eu de place » dans le monde littéraire contemporain, que « son destin est plein de troubles et de malchances », que « la publication d’ouvrage de science-fiction est compliquée » dans la Chine actuelle, et que seule la littérature pour enfants a ouvert grands ses bras à ce genre littéraire bien mal loti, qui sans elle serait « depuis bien longtemps déjà fané et flétri ». Il nuancera cependant son propos en abordant le sujet de l’indépendance de la science-fiction par rapport à la littérature pour enfants :

« Bien que la science-fiction et la littérature pour enfants ont un lien vital assez étroit, […] à l’instar d’un enfant qui grandit tôt ou tard, “placer” la science-fiction pendant une longue période dans le cercle de la littérature jeunesse n’est cependant pas une solution. La science-fiction doit achever son indépendance, devenir elle-même un genre littéraire. »33 (Wang Quangen, 2011 : 192).

Comme l’écrivait André Malraux (1901-1976), « l’art ne naît de la vie qu’à travers un art antérieur » (Malraux, 1951 : 309). C’est pourquoi comprendre l’évolution de la théorie science-fictionnelle en Chine est primordial pour aborder les diverses œuvres composées durant les différentes périodes qui rythment l’histoire du genre dans l’Empire du Milieu, ainsi que pour considérer cette nouvelle génération d’auteurs qui semble vouloir s’émanciper et se démarquer de ses prédécesseurs. En effet, « pas un peintre n’est passé de ses dessins d’enfant à son œuvre. Les artistes ne viennent pas de leur enfance, mais de leur conflit avec des maturités étrangères : pas de leur monde informe, mais de leur lutte contre la forme que d’autres ont imposée au monde » (Malraux, 1951 : 279). Nous voilà donc un peu plus armés pour examiner et estimer cette littérature sinisée encore assez méconnue en Occident.


Bibliographie

Aldiss, Brian W., Trillion Year Spree : The History of Science Fiction. New York : Avon Books, 1986 (1973), 512 p.

Barron, Neil (éd.), Anatomy of Wonder : A Critical Guide to Science Fiction (Anatomie du merveilleux : un guide critique de la science-fiction). New Jersey : R.R. Bowker, 1995, 912 p.

Bozzetto, Roger, La Science-fiction. Paris : Armand Colin, coll. « Les classiques du fonds », 2007, 127 p.

Feng Feng 冯凤, « Kexue huanxiang xiaoshuo chuangzuo de qitu—san nian kehuan xiaoshuo chuangzuo zhong de yixie buliang qingxiang » 科学幻想小说创作的歧途——三年科幻小说创作中的一些不良倾向 (La Fausse route de création de science-fiction—Quelques tendances néfastes dans ces trois années de création de science-fiction), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 395-400.

Gao Shiqi 高士其, « Yong xiandai kexue zhishi fengfu wenxue » 用现代科学知识丰富文学 (Enrichir la littérature avec le savoir scientifique moderne), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 16-19.

Gattégno, Jean, La Science-fiction. Paris : Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », n. 1426, 1978 (1971), 128 p.

Ge Hongbing 葛红兵, « Bu yao ba kehuan wenxue de miao zhi zhong zai ertong wenxue de tuli » 不要把科幻文学的苗只种在儿童文学的土里 (Il ne faut pas seulement planter la graine de la littérature de science-fiction dans la terre de la littérature jeunesse), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 186-188.

Gu Junzheng 顾均正, « Zai Beiji dixia, xu » “在北极底下”序 (Sous le Pôle Nord, préface), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 11-13.

Han Song 韩松, Xiangxiangli xuanyan 想像力宣言 (Manifeste sur l’imagination). Chengdu : Sichuan Renmin, 2000, 420 p.

Liang Qichao 梁启超, « Lun xiaoshuo yu qunzhi zhi guanxi » 论小说与群治之关系 (A propos de la relation entre le roman et la gouvernance des masses). 14 novembre 1902, [En ligne] : http://www.ebaomonthly.com/window/reading/leang_01.htm

Liang Qichao 梁启超, « Zhongguo weiyi zhi wenxue bao Xin Xiaoshuo » 中国唯一之文学报《新小说》 (Xin Xiaoshuo, le seul journal littéraire de Chine) [Xinmin Congbao, 1902, n. 14], in Chen Pingyuan 陈平原, Xia Xiaohong 夏晓红 (éds.), Ershi shiji Zhongguo xiaoshuo lilun ziliao 二十世纪中国小说理论资料 (Matériaux de théories romanesques de la Chine du XXe siècle). Beijing : Beijing Daxue, vol. 1, 1997a, pp. 41-46.

Liang Qichao 梁启超, « Shiwu xiao haojie yihou yu » “十五小豪杰”译后语 (Postface de Deux ans de vacances), in Chen Pingyuan 陈平原, Xia Xiaohong 夏晓红 (éds.), Ershi shiji Zhongguo xiaoshuo lilun ziliao 二十世纪中国小说理论资料 (Matériaux de théories romanesques de la Chine du XXe siècle). Beijing : Beijing Daxue, vol. 1, 1997b, pp. 47-48.

Lu Bing 鲁兵, « Linghunchuqiao de wenxue » 灵魂出窍的文学 (La Littérature du voyage astral), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 387-388.

Lu Xun 鲁迅, « Yuejie lüxing bianyan » ‹月界旅行›辨言 (Avants-propos de De la Terre à la Lune), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 3-5.

Malraux, André, Les Voix du silence. Paris : Gallimard, coll. « La Galerie de la Pléiade », 1951, 657 p.

Manfrédo, Stéphane, La Science-fiction. Aux frontières de l’homme. Paris : Gallimard, coll. « Découvertes », 2000, 144 p.

Roberts, Adam, The History of Science Fiction (L’Histoire de la science-fiction). New York : Palgrave MacMillan, 2005, 368 p.

Ruaud, André-François, Colson, Raphaël, Science-fiction : les frontières de la modernité. Saint-Laurent-d’Oingt : Éditions Mnémos, 2014, 399 p.

Saint-Gelais, Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction. Québec : Éditions Nota Bene, coll. « Littératures », 1999, 395 p.

Seed, David, Science Fiction : A Very Short Introduction (Science-fiction : une très brève introduction). New York : Oxford University Press, 2011, 147 p.

Suvin, Darko, « Science Fiction and Utopian Fiction : Degrees of Kinship », in Positions and Presuppositions in Science Fiction. New York : MacMillan, 1988.

Tong Enzheng 童恩正, « Tantan wo dui kexue wenyi de renshi » 谈谈我对科学文艺的认识 (Parlons de ma connaissance des belles-lettres scientifiques), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 24-25.

Van Herp, Jacques, Panorama de la science-fiction : les thèmes, les genres, les écoles, les auteurs. Bruxelles : Claude Lefrancq, coll. « Volumes », 1996, 663 p.

Wang Quangen 王泉根, « Gai ba kehuan wenxue de miao zhong zai nali ?—jian lun kehuan wenxue duli chenglei de yinsu » 该把科幻文学的苗种在哪里?——兼论科幻文学独立成类的因素 (Où devons-nous planter la graine de la littérature de science-fiction ? — à propos des facteurs permettant à la littérature de science-fiction de devenir un genre indépendant), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 189-193.

Wang Shian 王石安 (postface), in Fa Aohuotenikefu·奥霍特尼柯夫 [Вадим Охотников/Vadim Okhotnikov (1905-1964)]Tansuo xin shijie 探索新世界 [В мире исканий (1952)] (A la recherche du nouveau monde). Shanghai : Chaofeng, 1955, 342 p.

Wu Yan 吴岩, « Lun kehuan xiaoshuo de gainian » 论科幻小说的概念 (A propos du concept de la science-fiction), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 63-70.

Ye Yonglie 叶永烈, Lun kexue wenyi 论科学文艺 (A propos des belles-lettres scientifiques). Beijing : Kexue Puji, 1980, 272 p.

Ye Yonglie 叶永烈, « Zhongguo kehuan xiaoshuo de dichao jiqi yuanyin » 中国科幻小说的低潮及其原因 (Le Déclin de la science-fiction chinoise et ses causes), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011b, pp. 401-404.

Zheng Wenguang 郑文光, « Tantan kexue huanxiang » 谈谈科学幻想 (Parlons de science-fiction), in Zhishi Jiushi Liliang, janvier 1956, p. 25.

Zheng Wenguang 郑文光, « Wangwang zou zai kexue faming de qianmian—tantan kexue huanxiang xiaoshuo » 往往走在科学发明的前面——谈谈科学幻想小说 (Toujours avancer au-devant des inventions scientifiques—parlons de science-fiction), in Collectif, Zenyang bianxie ziran kexue tongsu zuopin 怎样编写自然科学通俗作品 (Comment composer des ouvrages populaires de sciences naturelles). Beijing : Kexue Puji, 1958, pp. 158-162.

Zhou Yang 周扬, « Kexue he wenxue yao jiehe » 科学和文学要结合 (La Science et la littérature doivent s’unir), in Wang Quangen 王泉根 (éd.), Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, pp. 14-15.


  1. Disponible en traduction française : Kepler, Johann, Le Songe, ou astronomie lunaire (Michèle Duclos, trad.). Nancy : Presses Universitaires de Nancy, coll. « Textes oubliés », 1984, 226 p. []
  2. SF is better defined as “technology fiction” provided we take “technology” not as a synonym for “gadgetry” but in a Heideggerean sense as a mode of “enframing” the world, a manifestation of a fundamentally philosophical outlook. As a genre, therefore, SF textually embodies this “enframing”, taking as its “standing reserve” not only the discourses of science and technology, but also the whole backlist of SF itself, the intertextual tradition that [my] study will go on to examine. []
  3. [SF is] a literary genre or verbal construct whose necessary and sufficient conditions are the presence and interaction of estrangement and cognition, and whose main device is an imaginative framework alternative to the author’s empirical environment. []
  4. Not only the subject matter but the essence of science fiction may be protean. []
  5. All discussion of science fiction involves generalization. The time has never existed when “science fiction” was a homogeneous commodity. […] Attempts have been made from various points of the literary compass to impose uniformity […] Most writers evade such stereotypes. Yet still the trade mark “science fiction” carries much weight with friends and foes alike. At any time, there are only individuals working under a common banner. […] The difficulty—the infinitude of SF—lies in the obdurate fact that it is both formulaic and something more than a genre. It is a mode which easily falls back into genre. The model is flexible, changing with the times. New designs are forever produced. SF can be conventional and innovative at one and the same time. The science fiction field flourishes best when both kinds of writer, the iconoclast and the inconolater, exist in tension, one set distrusting the other. But there is rarely close agreement even between members of the same set. Some writers do not feel themselves to be members of either set, and reject categorization. […] SF cannot exist without divergent opinions. []
  6. L’expression « sciences naturelles », en chinois gezhi xue 格致学, était utilisée à la fin des Qing par ceux qui parlaient des « sciences occidentales », xixue 西学, pour désigner la physique, la chimie et autres sciences naturelles. []
  7. 哲理科学小说是一种专借小说以发明哲学及格致学 []
  8. 寄思深微,结构宏伟 []
  9. 经以科学,纬以人情 []
  10. 改良思想,补助文明 […] 导中国人以进行,必自科学小说始 []
  11. 即以威尔斯的隐身术而论,究竟那个隐身的人何以能够隐身,却只有假定的事实而没有科学的根据,结果我们只能把它当《西游记》、《封神榜》看,称之为科学小说,实在是名不副实的。[…] 那末我们能不能,并且要不要利用这一类小说来多装一点科学的东西,以作普及科学教育的一助呢?我想这工作是可能的,而且是值得尝试的。 []
  12. Le terme anglo-saxon « science fiction » ne comporte pas le terme « imaginaire », et devrait donc se traduire directement kexue xiaoshuo 科学小说 en chinois. En effet, en anglais comme en français, le terme « fiction » comporte les significations « imaginaire », « irréel » et « factice », contrairement au terme « xiaoshuo » 小说. Il n’y a que dans le terme russe que le mot « imaginaire » est incorporé. []
  13. 教科书叙述着有益事物,给我们知识,文艺作品使我们思考,科学幻想作品则教我们去想象未来。 []
  14. 不应该把幻想小说理解为未来的精确预言。在许多情况下,幻想是运用了科学文艺形式。[…] 在文学读物中,重要的是另一回事,作家告诉读者的是,为什么必须解决这些问题,它给人们一些什么? []
  15. 在这样伟大的行动中,科学幻想作品完成了它巨大的作用,它启发着人类的愿望,向科学家指出研究课题 []
  16. 科学幻想小说就是描写人类在将来如何对自然作斗争的文学式样。 []
  17. 然而,这绝对不是说,科学幻想小说是未来人类的生产活动和生活的最精确的预言。因而,科学幻想小说的作者就无需像科学家那样依靠千百次观测、反复的实验、穷年累积的计算去建立科学的假说,只要不违反基本的科学原理,作家完全有权利在作品中加进自己的想象,自己的愿望,自己的天才臆测。想象力,这是一切文学作品中不可缺少的重要因素,在科学幻想小说中尤其如此。 []
  18. La « dictature du prolétariat » est un concept du marxisme désignant la phase transitoire de la société entre le capitalisme et le communisme. []
  19. La « Révolution mondiale » est un concept de Karl Marx, qui consiste essentiellement à l’instauration d’une révolution socialiste internationale. []
  20. 科学幻想小说”这六个字,说明了它的三个特点:一、它是“小说”,它具有小说的特点。它有构思、有情节、有人物,并在一定程度上塑造典型人物形象。[…] 二、它是“幻想”小说,它不是描写现实,而是把未来或过去未曾实现的事情当作现实来描写。[…] 科学幻想小说主要是写科学技术方面的幻想。三、它是“科学”幻想小说,它的幻想内容是有一定科学依据的,是符合科学发展规律的,因而它是科学的幻想,不是胡思乱想。科学幻想小说通过小说形式,向读者普及科学知识。 []
  21. 科学文艺(包括科学幻想小说、科学散文、科学童话、科学诗、科学戏剧等)是文艺中较为年轻的一个品种,它大致是近一百多年来随着自然科学的飞跃发展而出现和流行的。[…] 首先,在写作目的上,[…] 在科学文艺作品中,它的目的却不是介绍任何具体的科学知识,而与其它文艺作品一样,是宣扬作者的一种思想,一种哲理,一种实事求是的态度,一种探索真理的精神,概括起来讲,是宣传一种科学的人生观。在这里,科学内容又成了手段,它是作为展开人物性格和故事情节的需要而充当背景使用的。 []
  22. 科学文艺是科学,是文艺化的科学。科学文艺是科普著作的一个组成部分。科学文艺是采用文艺形式的科普著作,采用文艺形式的科普著作就是科学文艺。说科学文艺有别于采用文艺形式的科普著作,这是将一事物的名与实隔离开来了。科学文艺失去一定的科学内容,这就叫做灵魂出窍,其结果是仅存躯壳,也就不成其为科学文艺。 []
  23. 一些作品散布封建迷信和唯心主义,渲染凶杀、色情,散布资产阶级的腐朽思想,有的甚至发表一些思想政治观点有错误的议论。[…] 还有一部分作品宣扬西方资产阶级灯红酒绿、放浪形骸的糜烂生活。[…] 我们相信,在党的领导下,通过清除科幻小说创作中的精神污染,科幻小说这枝初放的鲜花,一定会更茂盛地开放。 []
  24. 当然,科学幻想也应当同其它艺术形式一样,给人以积极、健康的东西,给人以鼓舞,能够在社会主义建设中鼓励广大人民特别是青少年一代努力探索,不断上进。对于错误的思想应当批评;胡思乱想,在科学领域中搞精神污染,是不允许的,应当予以批评和制止。 []
  25. 我希望科普作家和文艺作家携起手来,共同为建设新时代的科学文艺而努力;科普作家要走进文艺里去,文艺作家要走进科学技术中去,打开创作的新局面,建设高度的精神文明;科普作家和文艺作家,以及各阶层的人们都要学习《邓小平文选》,以整顿党风。所有的理论工作者,教育工作者,经济工作者,政治工作者,文学艺术工作者,科学技术工作者,当然也应当包括科普工作者在内,要密切配合建设社会主义新文化。为四化建设,为振兴中华,为解放全人类作出贡献。到了二十一世纪科普作品和文艺作品也要翻两番,谱写出社会主义,共产主义的新篇章。让知识之树和智慧之果交流。让科学文艺之花开遍祖国大地。让科学文艺之光照耀全世界。 []
  26. 1983年底起,“科幻热”迅速消退。如今,中国科幻小说创作已处于低潮,成了舞会上悄然隐退的“灰姑娘”。[…] 眼下,中国科幻小说跌入低谷,究其原因,大致上可以说有五条:第一、商业气氛日浓。[…] 第二、来自科学界的过苛的批评。科幻小说不等于科学论文,也不是科学未来的准确蓝图。[…] 第三、文学界的不重视。[…] 第四、中国科幻小说缺乏力作。[…] 第五、过多的行政干预。 []
  27. 挂鞋”之后,使我能够冷静进行一番反思。首先,科幻小说是小说。这本是不言而喻的,但是,恰恰这一重要概念,却被忽视了。[…] 其次,我们的科幻小说缺乏深刻的思想内涵和哲理,缺乏振聋发聩的力度。[…] 再次,科学幻想小说要有丰富的幻想力。科学幻想只要不悖于人们已知的科学原理,能够自圆其说,也就可以了,不能以科学论文的尺度,去衡量科学幻想。[…] 另外,对于科幻小说功能的狭隘、片面的理解,也阻碍着科幻小说创作的发展,很多人提倡科幻小说是“科普的工具”,“知识的载体”。其实,科幻小说不担负,也不可能担负着普及某些科学知识的任务。 []
  28. 我很同意吴岩的话,科幻是一种逃避的文学。科幻是通过逃避来关注和影响现实的。它对于实际的意义,比如导致潜水艇的发明或者通讯卫星的发射,是一种无意间的结果,是一种副产品。也就是说,科幻作家并不是为了发明什么才去想像的。科幻是一种“无为”的文学 。 []
  29. 科幻小说是一类容易指认却不容易定义的文学作品。[…] 科幻小说定义的困难性,主要来自于科幻作品是一种跨门类的、极端富于广延性的文学作品,而作为这种作品的存在基础——科学,本身也没有划定的疆界。 []
  30. 虽然科幻小说与一些相关文类具有相似性,但也有着明显的区别。这些区别可以用因素之间的相互组合来进行证明。具体来讲,由于有科学和警世两个因素的存在,科幻文学便与童话作品明显地区分开来;由于有科学、认知和探索因素,科幻小说立刻与奇幻小说区分开来;因为有文学、审美等因素,科幻小说便与科普读物区分开来;此外,由于科学、探索、认知三个因素作用,使它具有面对未知和面对未来的特点。[…] 换言之,科幻小说隶属于文学,应该是文学中的一个关于探索与科学相关的神奇现象领域的、具有警世作用的文类。科幻小说的独特之处在于,它通过想象力打开了人类通向宇宙的大门。 []
  31. 把科幻小说放在儿童文学大楼中作为儿童文学的子类肯定是不合理的。首先,科幻并不是儿童的专利,成人也有读科幻的权利;其次,把科幻小说放在儿童文学大楼中是导致中国科幻小说儿童化的一个重要原因,也是制约中国科幻小说发展的重要因素。科幻小说被看成儿童文学的结果是,科幻小说的情节结构、人物性格、情性描写等都被赋予儿童文学的特殊要求,它要求纯净且有教益,不能有稍稍复杂的善恶兼具的人物性格,不能有成人的性情描写,这就束缚了科幻小说的手脚,使其反映社会生活的广度和深度受到限制。 []
  32. 在中国文化与中国文学的特殊背景下,科幻文学的苗还只能种在儿童文学的土里,否则不但得不到发展,甚至连生存权也会成问题。 []
  33. 科幻文学与儿童文学虽然有着相当紧密的生命联系,[…] 但是,就像孩子迟早要长大一样,科幻文学长期“寄养”在儿童文学圈里毕竟不是办法。科幻文学理应独立门户,自成文类。 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *