Le « roman scientifique » en Chine : prémices d’une science-fiction instrumentalisée

La science-fiction chinoise connaît une visibilité soudaine et importante en Occident ces dernières années, notamment grâce à la reconnaissance que lui a conférée à deux reprises le prix Hugo, en 2015 et 2016, pour la traduction anglaise réalisée par Ken Liu du roman The Three Body Problem (San ti 三体) de Liu Cixin 刘慈欣 (1963-) et de la novella « Folding Beijing » (« Beijing zhedie » 北京折叠) de Hao Jingfang 郝景芳 (1984-). Il n’en a cependant pas toujours été ainsi, le genre restant prisonnier du trou noir dans lequel l’ont laissé aussi bien les études sinologiques et celles consacrées à la science-fiction en général, que la traduction, que ce soit en français ou en anglais, qui a boudé le genre avant ces dernières années. C’est pourquoi il semble intéressant de remonter à ses origines, en se cantonnant pour le présent article à la période s’étendant de la fin de la dynastie Qing jusqu’au début de la République Populaire (1860-1949), afin de mieux comprendre les circonstances l’ayant mené à ce qu’il est aujourd’hui. Pour ce faire, nous allons tout d’abord présenter le contexte dans lequel ce dernier a vu le jour, contexte qui est assez différent de celui qui a vu naître la science-fiction en Europe, ainsi que les diverses influences, aussi bien littéraires que politiques, sociales ou philosophiques, qui sont les siennes. Nous exposerons ensuite les principales thématiques abordées dans les romans à cette époque, pour poursuivre sur une analyse poétique. Pour finir, nous explorerons les textes théoriques traitant de ce genre littéraire dans l’Empire du Milieu. À travers l’étude de ces différents aspects, nous tenterons de mettre en lumière et d’expliquer pourquoi le « roman scientifique », et plus tard la science-fiction, furent l’instrument politique de l’intelligentsia chinoise en premier lieu, puis du gouvernement par la suite, et ce, tout au long de son histoire. Toutes les traductions présentes dans cet article sont le fruit d’une traduction personnelle, sauf mention contraire.

[Lire la suite sur la revue ReS Futurae, revue d’études sur la science-fiction]

Conférence à Genève : Popular Literature in Contemporary China

J’interviendrai, le 16 juin 2017, dans le cadre de la conférence internationale « Popular Literature in Contemporary China : Production, diffusion and genres », organisée par le Département d’Études Est-Asiatiques de l’Université de Genève, qui se déroulera les 16 et 17 juin 2017. Ma communication portera sur le renouveau de la science-fiction chinoise.

Programme de la conférence :

Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie

Le vendredi 2 juin 2017 se tiendra la Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie à 9h à Aix-en-Provence (Campus Schuman, Bât. Multimedia, salle de colloque 1), dont l’appel à communications se trouve ici.

Au programme, pas moins de treize intervenants qui parleront de nouvelles tendances littéraires en Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, en Inde et en Indonésie.

Cette journée, ouverte à tous, se déroulera selon le programme suivant : Lire la suite

Appel à communications pour la journée d’études : « Nouvelles tendances littéraires d’Asie »

La littérature n’est pas morte, et l’internet ne l’a pas tuée, comme le prédisaient encore il y a quelques années les plus pessimistes. Elle se porte au contraire plutôt bien en Asie, justement grâce à l’émergence de nouveaux modes de diffusion et à l’influence que l’internet et les réseaux sociaux ont pu avoir sur un lectorat en attente de nouvelles productions littéraires. Lire la suite

Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas !

[Lire la suite sur le Carnet de Recherches de l’axe Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction de l’IrAsia]

Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC)

Ci-dessous seront répertoriées les traductions en langue française, anglaise, italienne, allemande, espagnole et portugaise des romans et nouvelles de science-fiction chinois. La liste est pour le moment incomplète, mais sera mise à jour au fil des découvertes et des nouvelles publications.

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC) », in SinoSF, 11/10/2016, http://sinosf.hypotheses.org/146.
Lire la suite

Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, http://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler. Lire la suite

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie IV]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie IV] », in SinoSF, 11/02/2016, http://sinosf.hypotheses.org/97.

 

Le bonheur de la science fait le malheur de l’imagination

Comme le fait très justement remarquer Jacques Gernet, « la vie intellectuelle de cette époque [de la fin des Qing au début du XXe siècle] est étroitement mêlée à l’histoire politique. […] Cette intrusion massive de traditions profondément étrangères à celles de la Chine n’est qu’un des aspects de l’aliénation du monde chinois. En outre, elle est indissociable du contexte d’humiliation et de désarroi qui caractérise toute cette période »1.

Trois périodes se profilent en effet au cours de l’histoire intellectuelle de la première moitié du XXe siècle, et ce, parallèlement aux étapes importantes de l’histoire politique. La première, dont nous avons déjà parlé plus haut, et qui correspond à la période s’étendant de la fin du XIXe siècle jusqu’à la disparition de la dynastie Qing (1911), se distingue par une forte volonté d’adaptation, ce qui renvoie aux tendances réformistes prédominantes du moment. Les acteurs majeurs de cette première période étant, pour la plupart, des intellectuels issus des anciennes classes lettrées vouées à disparaître. La seconde période, quant à elle, est caractérisée par l’irruption d’innombrables influences occidentales et la grande détresse ambiante du fait d’un environnement politique, intellectuel et social en proie à un grand tumulte. Le tohu-bohu intellectuel qui en découle s’apaisera progressivement par la suite avec la dictature de Chiang Kai-shek [Jiang Jieshi 蒋介石] (1887-1975), troisième période durant laquelle l’imitation aveugle de l’Occident s’inclinera peu à peu devant la pensée marxiste. L’art et la littérature devenant alors des outils au service de la révolution. Lire la suite

  1. Gernet, Jacques, Le Monde chinois, tome 3 : l’époque moderne, XXe siècle. Paris : Pocket, « Agora », 2006, p. 65. []

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie III]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie III] », in SinoSF, 04/02/2016, http://sinosf.hypotheses.org/80.

 

Le roman scientifique—demain est une autre Chine (Partie II)

Les personnages-types de la science-fiction de la fin des Qing

Dans les romans traditionnels antiques chinois, de nombreux personnages éclatants virent le jour, et de nombreux personnages-types représentatifs s’accumulèrent. Cependant, ce nouveau genre romanesque qu’est la « science-fiction » n’avait jamais été décrite dans les créations traditionnelles chinoises, ce qui donna par conséquent naissance à des personnages-types assez particuliers. Dans la science-fiction de la fin des Qing, de nombreux personnages-types spécifiques à la « science-fiction » furent nouvellement crées, grâce auxquels l’intrigue science-fictionnelle des romans pouvaient se poursuivre.

Les héros, sous les plumes de Verne et de Wells, que ce soit dans Robur le Conquérant (1886), Vingt mille lieues sous les mers, L’Île du Docteur Moreau (1896) ou L’Homme invisible (1897), ces hommes qui s’efforcent de changer le destin de l’humanité, sont tous seuls au monde, fiers, distants et indomptables. Lire la suite

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie II]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie II] », in SinoSF, 28/01/2016, http://sinosf.hypotheses.org/70.

Le roman scientifique—demain est une autre Chine (Partie I)

Alors qu’auparavant, lorsque « la Voie ne [réussissait] pas à s’imposer, il [fallait] s’embarquer sur un radeau et partir en mer »1, les Chinois peuvent désormais « flotter portés par le vent »2. Plusieurs personnages du roman Yueqiu zhimindi xiaoshuo 月球殖民地小说 (Histoire de la colonie lunaire), souvent considéré comme le premier roman chinois de science-fiction, ne cessent de rêver à leur venue sur la Lune, qui est, en comparaison avec la Chine corrompue, l’incarnation d’un pays idéal. Dans le rêve de Yu Tailang 玉太郎, le Palais Lunaire possède un « asile pour Terriens », Diqiu qiliu gongsuo 地球栖流公所, la salle intérieure sert aux offrandes pour trois grands saints, Bouddha au centre, Confucius à l’est et Washington à l’ouest. Le jour où la Voie n’a pas réussi à s’imposer, les sages des mers de l’est et de l’ouest se sont déjà tous réunis ici. Cependant, en observant d’un point aussi élevé le monde, jusqu’à toute l’immensité de l’univers, on se rend tout naturellement compte de l’absurdité de l’adage ancien selon lequel la Chine était l’Empire central sous le ciel.

En d’autres mots, la science-fiction de la fin des Qing a ouvert, à partir d’une nouvelle conscience spatiale, un regard moderne sur la Chine traditionnelle. La fin des Qing étant une période durant laquelle la Chine est sujette à d’importants troubles et changements politiques, la science-fiction de cette époque reflète donc les perspectives historiques réelles et décrit le ressenti de la crise existentielle de l’espace géographique des Chinois à la fin des Qing. Elle permet, par conséquent, de comprendre la psychologie sociale ainsi que l’esprit ambiant de cette époque historique particulière. Lire la suite

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie I]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie I] », in SinoSF, 21/01/2016, http://sinosf.hypotheses.org/46.

Introduction

Cette première série de billets s’efforcera de présenter les caractéristiques et les aspects idéologiques que la science-fiction de la période s’étendant de la fin de la dynastie Qing 清 (1644-1911) jusqu’aux années 1930-1940, possède. La connaissance du monde extérieur depuis les dynasties Ming 明 (1368-1644) et Qing, a poussé l’intelligentsia chinoise à briser le vieil adage selon lequel « toutes les choses hors du monde, le saint les met de côté et n’en discute pas »1, et par conséquent à renverser la conscience géo-centrée liée à l’image du monde de Zou Yan 邹衍 (324-250), le « Grand Neuf-Continents », Da Jiuzhou 大九州2.

L’extension, à l’aide de moyens de transports s’élevant dans les cieux ou s’enfonçant dans les mers, d’un espace encore inconnu, ainsi que l’amélioration de la maîtrise spatiale, représentent pour l’intelligentsia de la fin des Qing une sorte d’idéal noble, puisqu’elle essaie de mener la Chine vers un monde nouveau. S’envoler vers les huit planètes du système solaire, accoster les grands continents et voguer sur les vastes océans de la planète Terre, voilà des voyages que l’on pouvait désormais entreprendre à sa guise. L’exploration du Pôle Sud, les voyages sous-marins, les aventures planétaires devinrent par conséquent des sujets fréquents dans ces romans. Lire la suite

« Cendrillon » retourne au bal

L’histoire que je vais vous conter ici narre le destin d’une grande dame éprouvée par la séculaire caresse du temps. Les vicissitudes de l’existence ne l’ont, en effet, point épargnée, cette dernière se voyant cahotée par les lubies versatiles des bien-pensants et de quelques pédants. A l’instar de son homologue maintes fois contée, sa vie fut plus que tumultueuse, mais, contrairement à celle-ci, son histoire ne s’est guère fait entendre des oreilles occidentales. Ainsi, je vais tâcher de la restituer brièvement ci-dessous.

[Lire la suite sur le Carnet de l’axe de recherche de Littératures d’Extrême-Orient, Textes et Traduction]