Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas !

[Lire la suite sur le Carnet de Recherches de l’axe Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction de l’IrAsia]

Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC)

Ci-dessous seront répertoriées les traductions en langue française, anglaise, italienne, allemande, espagnole et portugaise des romans et nouvelles de science-fiction chinois. La liste est pour le moment incomplète, mais sera mise à jour au fil des découvertes et des nouvelles publications.

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Inventaire des Traductions des Œuvres de Science-Fiction Chinoises (ITOSFC) », in SinoSF, 11/10/2016, http://sinosf.hypotheses.org/146.
Lire la suite

Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, http://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler. Lire la suite