Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, http://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler. Lire la suite

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie I]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie I] », in SinoSF, 21/01/2016, http://sinosf.hypotheses.org/46.

Introduction

Cette première série de billets s’efforcera de présenter les caractéristiques et les aspects idéologiques que la science-fiction de la période s’étendant de la fin de la dynastie Qing 清 (1644-1911) jusqu’aux années 1930-1940, possède. La connaissance du monde extérieur depuis les dynasties Ming 明 (1368-1644) et Qing, a poussé l’intelligentsia chinoise à briser le vieil adage selon lequel « toutes les choses hors du monde, le saint les met de côté et n’en discute pas »1, et par conséquent à renverser la conscience géo-centrée liée à l’image du monde de Zou Yan 邹衍 (324-250), le « Grand Neuf-Continents », Da Jiuzhou 大九州2.

L’extension, à l’aide de moyens de transports s’élevant dans les cieux ou s’enfonçant dans les mers, d’un espace encore inconnu, ainsi que l’amélioration de la maîtrise spatiale, représentent pour l’intelligentsia de la fin des Qing une sorte d’idéal noble, puisqu’elle essaie de mener la Chine vers un monde nouveau. S’envoler vers les huit planètes du système solaire, accoster les grands continents et voguer sur les vastes océans de la planète Terre, voilà des voyages que l’on pouvait désormais entreprendre à sa guise. L’exploration du Pôle Sud, les voyages sous-marins, les aventures planétaires devinrent par conséquent des sujets fréquents dans ces romans. Lire la suite