Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, http://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler. Lire la suite

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie III]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie III] », in SinoSF, 04/02/2016, http://sinosf.hypotheses.org/80.

 

Le roman scientifique—demain est une autre Chine (Partie II)

Les personnages-types de la science-fiction de la fin des Qing

Dans les romans traditionnels antiques chinois, de nombreux personnages éclatants virent le jour, et de nombreux personnages-types représentatifs s’accumulèrent. Cependant, ce nouveau genre romanesque qu’est la « science-fiction » n’avait jamais été décrite dans les créations traditionnelles chinoises, ce qui donna par conséquent naissance à des personnages-types assez particuliers. Dans la science-fiction de la fin des Qing, de nombreux personnages-types spécifiques à la « science-fiction » furent nouvellement crées, grâce auxquels l’intrigue science-fictionnelle des romans pouvaient se poursuivre.

Les héros, sous les plumes de Verne et de Wells, que ce soit dans Robur le Conquérant (1886), Vingt mille lieues sous les mers, L’Île du Docteur Moreau (1896) ou L’Homme invisible (1897), ces hommes qui s’efforcent de changer le destin de l’humanité, sont tous seuls au monde, fiers, distants et indomptables. Lire la suite