Pour une définition de la SF

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Pour une définition de la SF », in SinoSF, 26/04/2016, http://sinosf.hypotheses.org/123.

Il est temps désormais de s’attaquer à cette pierre d’achoppement que représente la définition d’un genre aussi vaste et divers que la science-fiction (SF). Nombreux sont les chercheurs et auteurs s’étant jetés dans cet écueil, et dont les conclusions n’ont fait que corroborer une réalité indéniable : la SF, à l’instar de n’importe quel autre genre, est d’une complexité qu’on ne saurait condenser en une formule compendieuse ou en de simples ramifications dichotomiques. Pour reprendre les mots de Gilles Deleuze (1925-1995), « penser à la science-fiction de temps en temps est une chose ; penser la science-fiction en est une autre, bien plus difficile » (Manfrédo, 2000 : 116).

En effet, depuis sa naissance, la science-fiction n’a cessé de vouloir s’affirmer et se définir à travers les plumes de ses théoriciens et praticiens dans un « prurit définitoire » (Ruaud & Colson, 2014 : 6), pour reprendre les termes de Gérard Klein (1937-). Nombre de ces définitions sont en partie justes, mais toutes incomplètes pour refléter dans les moindres détails ce genre au combien diversifié et qui ne cesse de se renouveler. Lire la suite

Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie IV]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie IV] », in SinoSF, 11/02/2016, http://sinosf.hypotheses.org/97.

 

Le bonheur de la science fait le malheur de l’imagination

Comme le fait très justement remarquer Jacques Gernet, « la vie intellectuelle de cette époque [de la fin des Qing au début du XXe siècle] est étroitement mêlée à l’histoire politique. […] Cette intrusion massive de traditions profondément étrangères à celles de la Chine n’est qu’un des aspects de l’aliénation du monde chinois. En outre, elle est indissociable du contexte d’humiliation et de désarroi qui caractérise toute cette période »1.

Trois périodes se profilent en effet au cours de l’histoire intellectuelle de la première moitié du XXe siècle, et ce, parallèlement aux étapes importantes de l’histoire politique. La première, dont nous avons déjà parlé plus haut, et qui correspond à la période s’étendant de la fin du XIXe siècle jusqu’à la disparition de la dynastie Qing (1911), se distingue par une forte volonté d’adaptation, ce qui renvoie aux tendances réformistes prédominantes du moment. Les acteurs majeurs de cette première période étant, pour la plupart, des intellectuels issus des anciennes classes lettrées vouées à disparaître. La seconde période, quant à elle, est caractérisée par l’irruption d’innombrables influences occidentales et la grande détresse ambiante du fait d’un environnement politique, intellectuel et social en proie à un grand tumulte. Le tohu-bohu intellectuel qui en découle s’apaisera progressivement par la suite avec la dictature de Chiang Kai-shek [Jiang Jieshi 蒋介石] (1887-1975), troisième période durant laquelle l’imitation aveugle de l’Occident s’inclinera peu à peu devant la pensée marxiste. L’art et la littérature devenant alors des outils au service de la révolution. Lire la suite

  1. Gernet, Jacques, Le Monde chinois, tome 3 : l’époque moderne, XXe siècle. Paris : Pocket, « Agora », 2006, p. 65. []