Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie IV]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie IV] », in SinoSF, 11/02/2016, http://sinosf.hypotheses.org/97.

 

Le bonheur de la science fait le malheur de l’imagination

Comme le fait très justement remarquer Jacques Gernet, « la vie intellectuelle de cette époque [de la fin des Qing au début du XXe siècle] est étroitement mêlée à l’histoire politique. […] Cette intrusion massive de traditions profondément étrangères à celles de la Chine n’est qu’un des aspects de l’aliénation du monde chinois. En outre, elle est indissociable du contexte d’humiliation et de désarroi qui caractérise toute cette période »1.

Trois périodes se profilent en effet au cours de l’histoire intellectuelle de la première moitié du XXe siècle, et ce, parallèlement aux étapes importantes de l’histoire politique. La première, dont nous avons déjà parlé plus haut, et qui correspond à la période s’étendant de la fin du XIXe siècle jusqu’à la disparition de la dynastie Qing (1911), se distingue par une forte volonté d’adaptation, ce qui renvoie aux tendances réformistes prédominantes du moment. Les acteurs majeurs de cette première période étant, pour la plupart, des intellectuels issus des anciennes classes lettrées vouées à disparaître. La seconde période, quant à elle, est caractérisée par l’irruption d’innombrables influences occidentales et la grande détresse ambiante du fait d’un environnement politique, intellectuel et social en proie à un grand tumulte. Le tohu-bohu intellectuel qui en découle s’apaisera progressivement par la suite avec la dictature de Chiang Kai-shek [Jiang Jieshi 蒋介石] (1887-1975), troisième période durant laquelle l’imitation aveugle de l’Occident s’inclinera peu à peu devant la pensée marxiste. L’art et la littérature devenant alors des outils au service de la révolution.

Mais, bien entendu, nous n’allons pas tenter ici de retracer au détail près les innombrables transformations d’une situation aussi complexe. Nous nous contenterons donc, pour le moment, d’exposer le lien existant entre ce contexte politique si particulier et l’évolution des courants de pensée et littéraires chinois à cette époque.

De la Révolution Chinoise (1911) au Mouvement de la Nouvelle Culture (1918)

La révolution de 1911, aussi connu sous le nom de Xinhai geming 辛亥革命, est la conséquence de la déliquescence inexorable d’une dynastie Qing sur le déclin, devenue soumise et tributaire des grandes puissances étrangères.

De plus en plus de Chinois font leurs études à l’étranger, que ce soit au Japon, en Europe, ou même aux États-Unis. La Chine décadente de l’époque fait naître en leur cœur un certain sentiment de honte. Les legs du passé que sont les mœurs et coutumes traditionnelles, ainsi que les lettres et arts classiques de l’ancien système des lettrés prend alors, à leurs yeux, la forme d’un grotesque simulacre. Il fallait donc, de ce fait, abandonner la tradition et éveiller les consciences afin de faire sortir la nation de sa déchéance.

Cela se manifeste tout d’abord par la fondation de nombreuses revues et sociétés littéraires, qui elles-mêmes entraîneront plus tard la jeunesse des écoles et la nouvelle intelligentsia plus ou moins occidentalisée. La première à voir le jour, en 1915, sous l’initiative de Chen Duxiu 陈独秀 (1879-1942), est la célèbre revue Xin Qingnian 新青年, qui possédait un sous-titre français : La Nouvelle Jeunesse. Le premier article signé par Chen Duxiu est intitulé « Jinggao qingnian 敬告青年 » (Appel à la jeunesse), et confronte les traditions et les valeurs confucéennes chinoises à la modernité occidentale. Ce dernier incite également cette jeunesse à suivre six propositions permettant de se libérer de tels carcans2 : être indépendant et non servile (zizhu de er fei nuli de 自主的而非奴隶的), être progressiste et non conservateur (jinbu de er fei baoshou de 进步的而非保守的), être entreprenant et non reclus (jinqu de er fei tuiyin de 进取的而非退隐的), être cosmopolite et non isolé du reste du monde (shijie de er fei suoguo de 世界的而非锁国的), être utilitariste et non théorique (shili de er fei xuwen de 实利的而非虚文的), être scientifique et non fantaisiste (kexue de er fei xiangxiang de 科学的而非想象的). En 1917 sera publié l’article « Wenxue gailiang chuyi 文学改良刍议 » (Suggestions pour une réforme littéraire) de Hu Shi 胡适 (1891-1962) qui préconise une réforme en profondeur des usages littéraires, avec notamment l’abandon de la langue classique au profit d’une langue plus simple et plus directe proche de la langue parlée, le baihua 白话3. La même année, Chen Duxiu discutera du développement d’une littérature révolutionnaire dans son article « Wenxue geming lun 文学革命论 » (Théorie révolutionnaire sur la littérature)4.

Du fait du poids grandissant de jour en jour de la réputation de « Monsieur Science », Sai xiansheng 赛先生, dans la société chinoise à la veille du Mouvement du 4 mai, les romans scientifiques se sont vus confier la mission sacrée de « en un laps de temps imperceptible, obtenir une partie des connaissances et du savoir, briser les superstitions héritées, améliorer la pensée, assister la civilisation »5.

De la révolution chinoise de 1911 jusqu’au Mouvement de la nouvelle culture de 1918, Xin wenhua yundong 新文化运动, la création et la traduction de la science-fiction continua de se développer. Cependant, d’après les matériaux disponibles de nos jours, la grande majorité ne dépassa pas le domaine de la science-fiction de la fin des Qing. S’il est vrai que « depuis le moment de son introduction, la science-fiction fut pour les intellectuels chinois une épée à double tranchant, capable de populariser un savoir scientifique plus que nécessaire, mais étant également complice de la volonté impériale de pouvoir. »6, le « rêve de monarchie constitutionnelle », junzhu lixian meng 君主立宪梦, maintes fois mentionné par les romanciers de la fin des Qing était cependant déjà devenu à cette époque un sujet extrêmement absurde, alors que le « rêve du renforcement du pays par la science », kexue qiangguo meng 科学强国梦, était quant à lui un sujet important pouvant continuer d’exister à cette période, se rapprochant en outre encore plus du savoir et de la pensée scientifiques, cet élan contenant la direction future faisant de la science-fiction de la simple vulgarisation scientifique.

Les deux drapeaux que sont la science et la démocratie utilisés par les leaders du mouvement de la nouvelle culture possèdent, dans un certain sens, certaines similarités avec le sujet principal de la science-fiction de la fin des Qing. Les personnalités du Mouvement du 4 mai, Wusi yundong 五四运动, voulaient discuter de la « science » d’un ton grave et solennel, les gens qualifiant même l’attitude admirative des penseurs des vingt premières années du XXe siècle envers la science de « scientisme », wei kexue zhuyi 唯科学主义. Cette pensée croyait que tous les aspects de toutes les choses de l’univers pouvaient être connues à travers des méthodes scientifiques.

En tant que phénomène culturel s’étant déjà appuyé sur la tradition antique pour correspondre à la pensée scientifique occidentale, il était très difficile pour la science-fiction de la fin des Qing d’être considérée, et avait aussi grand mal à recevoir les bonnes grâces des revues de la nouvelle culture, et était encore moins préconisée par ces dernières.

Étant ceux mettant en pratique la nouvelle littérature, xin wenxue 新文学, mise en marche par le mouvement de la nouvelle culture, les hommes de lettres modernes pouvaient probablement, à l’origine, écrire de la science-fiction sous un nouvel esprit d’époque, en utilisant les nouvelles conceptions et théories littéraires, ainsi que l’esprit scientifique et individualiste de nature instructive moderne. Cette probabilité s’appuie ici sur plusieurs grands fondements :

Premièrement, parmi les hommes de lettres modernes, nombreux sont ceux qui partirent faire des études à l’étranger pour étudier les sciences naturelles modernes occidentales.

Deuxièmement, dans leur jeunesse, de nombreux auteurs modernes ont déjà utilisé leur savoir ainsi que leur capacité en langues étrangères pour s’adonner à la littérature de vulgarisation scientifique, à l’écrit d’informations sur les sciences et techniques, ainsi qu’à la traduction de science-fiction occidentale.

Enfin, de nombreux hommes de lettres modernes ont déjà, à des époques différentes, tenté d’introduire des éléments science-fictionnels dans leurs romans, voire même tenté d’écrire de la science-fiction, mais sans véritable succès, ne restant plus que quelques ouvrages épars.

Au début de la Première Guerre Mondiale, le Japon s’accapare les territoires que détenait l’Allemagne au Shandong. Au début de l’année 1915, l’Empire du Japon adresse au président chinois de l’époque, Yuan Shikai 袁世凯 (1859-1916), vingt-et-une demandes, ershiyi tiao yaoqiu 二十一条要求, cherchant à faire de la Chine un protectorat japonais, et qui sont considérées comme faisant partie des « traités inégaux », bu pingdeng tiaoyue 不平等条约. Ce dernier se voit notamment obligé de reconnaître l’emprise japonaise sur la Mandchourie, la Mongolie et la province du Shandong. Au début de l’année 1916, quelques mois avant son décès, Yuan Shikai commence à rencontrer des résistances de la part de ses alliés, ce qui mènera à la période des Warlords, ou Seigneurs de la Guerre (1916-1928), junfa shidai 军阀时代, durant laquelle une dizaine d’anciens officiers de ses armées du nord deviendront des chefs d’armée indépendants.

Le Mouvement du 4 mai 1919

Lors de la conférence de paix de Paris, il est décidé que les colonies allemandes seront partagées entre le Royaume-Uni, la France, la Belgique, l’Afrique du Sud, les États-Unis et le Japon. Ce dernier se verra octroyer les droits et les territoires acquis en Chine par l’Allemagne, ce qui suscitera une vive émotion en Chine, et qui provoquera l’indignation dans le milieu des écoles, chez l’intelligentsia et une majorité de la bourgeoisie chinoise, puisque la Chine était elle-même entrée en guerre auprès des Alliés contre l’Empire Allemand, et comptait donc récupérer sa souveraineté sur ces territoires occupés. S’en suivra un mouvement qui gagnera toutes les grandes villes et qui mènera à des grèves et des manifestations d’envergure, ce qui sera décisif pour le développement de courants politiques et littéraires radicaux. On assiste à un foisonnement de cercles politiques et littéraires, ainsi qu’à une abondance de revues. Les influences occidentales s’accroissent de plus en plus, ce qui entraîne une recrudescence de traductions d’ouvrages occidentaux, ainsi que l’apparition et le développement d’un nouveau roman, inspiré des modèles européens.

La pousse naissante de la littérature scientifique ayant germé à la fin des Qing et au début de la République n’a cependant pas continuer de grandir durant la période du Mouvement du 4 mai, et est au contraire entrée dans une « période de silence », chenmo qi 沉默期. Les chercheurs d’autrefois ont également garder le silence face à cette période. En réalité, ce « vide » renferme de nombreuses significations pour l’histoire littéraire.

En 1925, Lu Xun lança dans son texte un appel : « Si nous pensons aux jeunes dans les écoles, ils n’ont effectivement pas grand chose à lire, je pense qu’il faudrait qu’il y ait au moins une revue scientifique populaire, qui soit simple et intéressante. »7.

La théorie et la traduction et création de la littérature scientifique pour jeunes de la période du Mouvement du 4 mai n’est pas du tout « vide ». Cependant, en comparaison avec la fin des Qing et les années 1930, il est encore impossible de changer la réalité de son silence relatif. Les raisons concernent, principalement, les quelques aspects ci-dessous :

Premièrement, la jeunesse désignée par le Mouvement du 4 mai est principalement des « petits enfants », youer 幼儿, d’environ 3 à 10 ans. Sa littérature jeunesse désigne principalement la « littérature de l’école primaire ». Zhou Zuoren 周作人 (1885-1967) dans son célèbre texte Ertong de wenxue 儿童的文学 (La littérature pour enfants) indique :

« Tout enfant est fétichiste, il croit que l’herbe et les arbres peuvent penser, que les chiens et les chats peuvent parler, c’est une chose juste évidente. Nous voulons le corriger, lui dire que l’herbe et les arbres sont des végétaux, que les chiens et les chats sont des animaux, qu’il ne peuvent ni penser ni parler. Cela ne présente non seulement aucun avantage, mais est au contraire nuisible. »8.

Même s’il est spécifié dans les notes de rédaction de la revue Kexue 科学 qu’elle n’utilise les histoires scientifiques que pour susciter l’intérêt pour la science des enfants, et qu’elle n’exige en rien aux enfants de recevoir des connaissances de vulgarisation scientifique, et qu’elle met tout particulièrement l’emphase sur son côté romanesque, qu’elle confie « la réception d’une éducation scientifique » au « futur », cela peut aussi être considéré comme l’influence de la propre théorie littéraire de la jeunesse de l’époque.

Deuxièmement, les limites du niveau de création. Les gens de l’époque ne peuvent pas encore maîtriser avec aise les diverses formes littéraires pour enfants, ajouté à cela les connaissances scientifiques dures, voilà qui est encore plus difficile, même si arrivé aux années 1930-1940 ce problème subsiste encore.

D’ailleurs, cela a un lien avec la tendance erronée des courants de pensées scientifiques du Mouvement du 4 mai. Des savants, lorsqu’ils parlent des raisons de l’incapacité de l’appel scientifique de la période du 4 mai pour entraîner la création de science-fiction, mettent en évidence ceci : la connaissance scientifique du mouvement du 4 mai se développe dans deux directions : l’une est l’inondation du « scientisme », l’autre est la sérieuse recherche scientifique spécialisée. La première possède une attitude admirative sans réserve envers la science, une foi aveugle en la toute-puissance de la science, et dirige la science pour modifier la société et la politique. La seconde est quant à elle hautement spécialisée, poursuit des thèses et des concepts scientifiques sérieux et lucides, elle ne peut être acceptée que par des spécialistes, et n’a pas du tout de résultats immédiats sur la propagation et la vulgarisation des connaissances scientifiques.

Malgré le foisonnement intellectuel sus-mentionné, et comme le signale Jacques Gernet :

« Cette effervescence intellectuelle est, dans ses profondeurs, beaucoup plus trouble et plus complexe qu’un jugement superficiel ne pourrait le laisser croire : elle ne se résume pas en un sursaut patriotique inspiré par les idées occidentales (science, démocratie, individualisme, nationalisme). Née de l’aliénation du monde chinois, elle traduit le déracinement et l’inadaptation d’une jeunesse et d’une intelligentsia qui ressentent très profondément les contradictions dont elles sont elles-mêmes les victimes. Tout autant que la volonté d’action, c’est la fuite devant une situation sans issue, le désespoir, le repli sur soi-même et un romantisme morbide qui s’expriment dans les options philosophiques et les œuvres littéraires. »9

Après le mouvement du 4 mai, la science-fiction recula. Bien que le prestige de la science se renforça, à tel point que l’accessoire prit le pas sur l’essentiel, rendant la culture traditionnelle comme inutile, l’imagination devint cependant un élément facultatif. Comme déjà mentionné plus haut, la littérature chinoise du XXe siècle a beaucoup de mal à s’échapper de la réalité pour procéder à la fantaisie science-fictionnelle. La plupart du temps, le destin de l’humanité concernant le futur manque d’intérêt, ce qui engendra une des raisons du manque d’imagination et d’innovation de la littérature moderne.

Les Années 1930-1940

Le début des années 1930 voit se dérouler un des événements majeurs dans l’histoire de la Chine contemporaine : l’invasion et l’occupation japonaises des provinces du Nord-Est de la Chine. L’invasion de la région de la Mandchourie est l’un des événements les plus importants de cette période, puisqu’elle aura des répercutions sur la vie politique chinoise ainsi que sur le sort du régime de Chiang Kai-shek.

« Depuis l’incident de Shenyang de l’année 20 de la République [1931], et après par la lutte sanglante de Songhu [Shanghai] contre les Japonais lors de l’année 21 [1932] qui suivit, tout le pays, du gouvernement au peuple, poussait un cri identique : « la science sauve la nation ! », « rattrapons le retard sans perdre de temps ! ». La littérature est le reflet d’une époque, et le changement des lectures pour enfants vers une grande attention portée à la culture générale scientifique, prend aussi à moitié son impulsion des courants de l’époque. »10.

Utiliser une forme littéraire populaire et simple pour vulgariser et diffuser la culture générale scientifique auprès des masses est devenu la revendication unanime de toute la société.

A contrario des connaissances appartenant au « futur » des romans scientifiques de la fin des Qing, cette période porte son attention sur la vulgarisation et la diffusion du savoir scientifique du « présent ».

Le monde d’aujourd’hui ne permet déjà plus au gens (y compris aux enfants) de « rêver », et ce n’est pas non plus le changement d’un rêve en un autre rêve, mais c’est affronter et répondre à la réalité en abandonnant le rêve.

« Lorsque l’éducation passa du modèle de « déversoir » à celui de « l’étude en autodidacte dirigée » et « d’unité entre professeur et étudiant », celle-ci dit en réalité clairement : toute l’éducation se centralise sur le « faire » et est une « éducation expérimentale ». La science est une chose expérimentale, les profondes théories scientifiques sont inutiles pour les enfants. Le remplacement de ces dernières par des contes scientifiques devrait en réalité se produire avec la tendance, et non pas occasionnellement. »11.

Sous l’amorçage de divers éléments comme le sauvetage, l’éducation et le besoin des enfants, la littérature scientifique pour enfant arriva graduellement jusqu’au niveau pratique.

Mao Dun 茅盾 (1896-1981) était déjà en 1935 entré dans le vif de la question en disant :

« La majeure partie des « lectures scientifiques pour enfants » que nous avons actuellement ne prête nullement attention à la « littératurisation », leur langue narrative est trop fade, voire même « mi-classique, mi-vernaculaire ». Les enfants s’endormiront à la lecture. »12.

Durant cette période, de plus en plus d’intellectuels chinois se tournent vers le marxisme et se rapprochent des communistes. De nombreuses publications marxistes voient le jour entre 1935 et 1945, avec des auteurs tels que Karl Marx (1818-1883), Friedrich Engels (1820-1895), Vladimir Lénine (1870-1924) ou encore Nikolaï Boukharine (1888-1938). La littérature chinoise en subit également les influences, puisqu’elle devient petit à petit une arme au service de la révolution.

Dans le vent de traductions et d’imitations des auteurs étrangers de cette étape, la tendance à l’imitation de l’Union Soviétique se fait de plus en plus évidente, l’auteur soviétique Mikhail Il’in [Михаи́л Ильи́н] (1895-1953), du fait du socialisme de ses œuvres, reçut les bonnes grâces des auteurs de gauche.

Le déclin du régime nationaliste est notamment marqué par la grande invasion japonaise en 1937, ainsi que par le bombardement de Shanghai, qui seront également les causes de la montée en puissance de mouvements de résistance au Japon.

« Les raisons pour lesquelles j’ai écrit ces sketchs scientifiques, et qui ont pour sujet principal la lutte contre les Japonais et le sauvetage de la nation, sont : d’un côté, diffuser le savoir scientifique aux lecteurs ; d’un autre côté, éveiller les masses, défendre la mère-patrie, défendre la nation. En même temps, il ressemble à une dague plantée dans le cœur de l’ennemi, démasquant, attaquant et se moquant avec force des autorités du Guomindang et de l’envahisseur japonais. »13.

Si nous disons qu’à la fin des Qing c’est la science et la littérature qui se sont mutuellement choisies, alors dans les années 1930-1940 c’est principalement la science qui choisit la littérature. La montée de la littérature scientifique n’est principalement pas promue d’un angle littéraire, mais part plutôt d’un angle scientifique et considère la littérature comme un outil et un manteau scientifique.

Ce n’est que dans les années 1930 qu’il a été décidé d’emprunter le chemin de la vulgarisation scientifique. Cette lourde responsabilité est principalement assumée par les « sketchs scientifiques », kexue xiaopin 科学小品. En résumé, la fin des années 1930-1940 propagea la tradition science-fictionnelle de la fin des Qing, mais hérita de l’idéal de la vulgarisation scientifique et l’appliqua consciencieusement par une mise en pratique de traduction et de création concrète.

Malgré cela, cette période vit tout de même la parution de quelques œuvres de science-fiction assez originales, comme par exemple Maocheng ji 猫城记 (La Cité des chats) de Lao She 老舍 (1899-1966) publié en 1932, ou encore Tie yu de sai 铁鱼的腮 (Les Branchies du poisson de fer) de Xu Dishan 许地山 (1893-1941) paru en 1942. Il y a également le recueil de nouvelles de Gu Junzheng 顾均正 (1902-1980) paru en 1939, Zai Beiji dixia 在北极底下 (Sous le Pôle Nord), contenant les trois nouvelles Zai Beiji dixia, Lundun qi yi 伦敦奇疫 (L’Étrange épidémie de Londres), ainsi que Heping de meng 和平的梦 (Le Rêve de paix) qui reflète notamment les inquiétudes d’une Seconde Guerre Mondiale approchant.

La satire et les métaphores de Mao cheng ji sont assez évidentes. L’astronaute de Lao She découvre une civilisation d’intelligents « hommes-chats », mao ren 猫人. A l’instar de Utopia (1516) de Thomas More (1478-1535), ce roman satirique explore un nouveau monde, au travers duquel il dépeint de manière accablante la Chine des années 1910-1920 qui, comme vu plus haut, était la Chine des Seigneurs de la Guerre, de Sun Yatsen [Sun Yixian 孙逸仙/Sun Zhongshan 孙中山] (1866-1925), de la montée du Guomindang [Kuomintang] et du Parti Communiste Chinois, et de la chute de la dynastie Qing. C’était également une Chine dévastée par les répercussions des Guerres de l’Opium (1839-1842, 1856-1860), économiquement colonisée par les étrangers, dont le peuple était dépendant de l’opium et appauvri.

L’aliment de base de la société des hommes-chats vient des « arbres enivrants », mishu 迷树14, introduits cinq cents ans auparavant par les étrangers et cultivés pour leurs « feuilles enivrantes », miye 迷叶15, auxquelles la société entière est dépendante (ceci fait donc allusion à l’introduction en Chine de l’opium par l’Angleterre et des conséquences sociales de l’addiction généralisée à l’opium au XIXe siècle). Ce qui a pour résultat une complète déchéance de la société et l’avènement d’un « âge du pillage », qiangjie de shidai 抢劫的时代16.

Bien que Da Xie 大蝎 (Grand Scorpion), un homme-chat ami de l’astronaute, ait recruté l’astronaute afin de surveiller et garder la « forêt enivrante », milin 迷林17, le peuple des chats est terrifié par les étrangers. Cette ambivalence reflète, d’un côté, la longue histoire du regard ego-centré de la Chine comme l’Empire du Milieu, supérieur à tous les « barbares » étrangers ; et d’un autre côté, le siècle des « traités inégaux » et de la colonisation économique par les puissances européennes après les Guerres de l’Opium.

Le roman se conclut avec une invasion étrangère, celle d’une armée de nains, allusion à l’envahisseur Japonais, et la destruction du pays des chats. Les étudiants sous l’influence de « l’Immortel Papy Ma », Ma zu daxian 马祖大仙18 (probablement une allusion à Karl Marx, en chinois Makesi 马克思), proposent d’apaiser les tensions avec les étrangers en tuant leurs propres pères et l’Empereur. Cependant, les ennemis, ne les considérant pas comme leurs semblables, les massacrent sans aucune pitié :

« D’innombrables hommes-chats nus courent sur le sable chaud, tous semblent poussés au bord de la folie par la panique, courant à la hâte de toutes leurs forces, tel un groupe, une terre, un monde de sauvages fous d’épouvante. »19

Mais ces derniers s’attaquent également entre eux, les soldats ennemis trouvant les deux derniers survivants du pays des chats au beau milieu d’un combat à mort :

« Les soldats nains ne les ont pas tués, mais les ont enfermés tous les deux dans une grande cage en bois. Ils continuèrent donc leur combat à l’intérieur de la cage, jusqu’à se mordre l’un l’autre jusqu’à la mort. Ainsi, les hommes-chats ont eux-mêmes accompli leur extinction. »20

L’astronaute retourne finalement vers « ma grande, glorieuse et libre Chine »21 à bord d’un vaisseau français qui passait par là.

Mao cheng ji met tout son cœur à révéler et critiquer profondément la face obscure de la Chine de l’époque, et est donc l’image de l’inquiétude éprouvée par l’auteur envers son pays et son peuple.

La nouvelle Heping de meng prend quant à elle comme toile de fond la guerre américano-japonaise. Elle présente une pensée principale nettement anti-envahisseurs, écrite en pleine guerre sino-japonaise. Lundun qiyi utilise la guerre entre l’Allemagne et l’alliance anglo-américaine comme toile de fond. Les œuvres de Gu Junzheng porte une grande attention au caractère scientifique de ses histoires, et n’hésite pas à décrire et expliquer, dans des passages entiers, des principes scientifiques.

Tieyu de sai utilise comme toile de fond la vie de réfugiés durant la guerre sino-japonaise. L’auteur y décrit le scientifique patriote, Monsieur Lei , qui a inventé une technologie extrêmement importante pour la défense nationale : les « branchies du poisson de fer », mais il ne parviendra pas, malgré tous ses efforts, à se dévouer au service de son pays. Le roman s’achève avec le professeur Lei et son invention, s’enfonçant ensemble dans les flots jusqu’au fond de l’océan.

En 1946 s’engage la guerre civile chinoise, qui est la continuité des conflits entre les nationalistes et les communistes interrompus par la guerre contre le Japon, dont le fameux épisode de la « Longue Marche » (1934-1935), changzheng 长征, reste un épisode marquant et est encore aujourd’hui une des grandes épopées du communisme chinois. Les communistes sortiront victorieux de cette guerre civile, poussant le gouvernement nationaliste à fuir et à trouver refuge à Taïwan. Le 1er octobre 1949 est ainsi proclamée la République Populaire de Chine et sera le début d’une toute nouvelle ère.

Pour résumer, bien que ces trois périodes portent un grand intérêt à la « science », et qu’elles ont toutes pour slogan le « sauvetage du pays par la science », kexue jiuguo 科学救国, la signification et l’orientation de la « science » dans la littérature scientifique de chaque période sont différentes. D’une vue d’ensemble, la littérature scientifique pour enfants, de la fin des Qing, en passant par le Mouvement du 4 mai, jusqu’aux années 1930-1940, a avancé de l’inconscience jusqu’à une conscience primaire, d’une « science-fiction » vague jusqu’à une « vulgarisation scientifique » concrète, de changer le « rêve » des citoyens jusqu’à sauver d’un péril la « réalité ».


  1. Gernet, Jacques, Le Monde chinois, tome 3 : l’époque moderne, XXe siècle. Paris : Pocket, « Agora », 2006, p. 65. []
  2. Cf. Chen Duxiu 陈独秀, « Jinggao qingnian 敬告青年 » (Appel à la jeunesse), in Xin Qingnian, n. 1, septembre 1915, [En ligne] : https://zh.wikisource.org/zh/%E6%95%AC%E5%91%8A%E9%9D%92%E5%B9%B4 []
  3. Cf. Hu Shi 胡适, « Wenxue gailiang chuyi 文学改良刍议 » (Suggestions pour une réforme littéraire), in Xin Qingnian, n. 5, 1917, [En ligne] : https://zh.wikisource.org/wiki/%E6%96%87%E5%AD%B8%E6%94%B9%E8%89%AF%E8%AC%85%E8%AD%B0 []
  4. Cf. Chen Duxiu 陈独秀, « Wenxue geming lun 文学革命论 » (Théorie révolutionnaire sur la littérature), in Xin Qingnian, n. 6, 1917, [En ligne] : https://zh.wikisource.org/wiki/%E6%96%87%E5%AD%A6%E9%9D%A9%E5%91%BD%E8%AE%BA []
  5. « 于不知不觉间,获一斑之智识,破遗传之迷信,改良思想,补助文明 », Cf. Lu Xun 鲁迅, « Yuejie lüxing, bianyan 月界旅行·辨言 » (De la Terre à la Lune, argumentation), in Wang Quangen 王泉根, Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, p. 3. []
  6. « From the moment of its introduction, sf was for Chinese intellectuals a double-edged sword, capable of popularizing much-needed scientific knowledge, but also complicit with the imperial will to power. », Cf. Isaacson, Nathaniel, « Science Fiction for the Nation : Tales of the Moon Colony and the Birth of Modern Chinese Fiction », in Science Fiction Studies, n. 40, p. 48 []
  7. « 单为在校的青年计,可看的书报实在太缺乏了,我觉得至少还该有一种通俗的科学杂志,要浅显而且有趣的。 », Cf. « Tongxun – er 通讯·二 », in Lu Xun quanji 鲁迅全集. Beijing : Renmin Wenxue, vol. 3, 1981, p. 25. []
  8. « 儿童没有一个不是拜物教的,他相信草木能思想,猫狗能说话,正是当然的事;我们要纠正他,说草木是植物猫狗是动物,不会思想或说话。这事不但没有什么益处,反是有害的 », Cf. Zhou Zuoren 周作人, « Ertong de wenxue 儿童的文学 », 1920, [En ligne] : http://blog.caixin.com/archives/57433 []
  9. Gernet, Jacques, Le Monde chinois, tome 3 : l’époque moderne, XXe siècle. Paris : Pocket, « Agora », 2006, p. 72. []
  10. « 自民国二十年沈阳事变,接着二十一年淞沪抗日血战以后,全国朝野都有一致的呼声:’科学救国!‘’迎头赶上!‘文学是时代的反映;而儿童读物的转变到注重科学常识,一半也由时代的浪潮冲激的罢。 », Cf. Chen Bochui 陈伯吹, « Ertong duwu de jiantao yu zhanwang 儿童读物的检讨与展望 », in Ertong wenxue lilun xuanji 1913-1949 儿童文学理论选集1913-1949, pp. 324-325. []
  11. « 教育由于’注入式‘转变到’自学辅导‘与’教学做合一‘的时候,教育实在是明白地说:一切的教育当以’做‘为中心,而是’实验的教育‘了。科学是实验的东西,高深的科学论文于儿童是无能为力的,科学童话替代它负责,实在是应需要与潮流而产生,不是偶然的。 », Cf. Chen Bochui 陈伯吹, « Ertong duwu de jiantao yu zhanwang 儿童读物的检讨与展望 », in Ertong wenxue lilun xuanji 1913-1949 儿童文学理论选集1913-1949, p. 206. []
  12. « 现在我们所有的‘科学的儿童读物’大半太不注意‘文艺化’,叙述的文字太干燥,甚至‘半文半白’,儿童读了会被催眠。 », Cf. Mao Dun 茅盾, « Guanyu « ertong wenxue » 关于“儿童文学” », in Ertong wenxue lilun xuanji 1913-1949 儿童文学理论选集1913-1949, p. 219 []
  13. « 我写这些科学小品的目的,是以抗战救亡为主题:一方面,向读者普及科学知识;一方面唤起民众,保卫祖国,保卫民族。同时,它也像把匕首,刺向敌人的心脏,给国民党当局和日本侵略者以有力的揭露、打击和嘲讽。 », Cf. Gao Shiqi 高士其, Gao Shiqi kepu chuangzuo xuanji – Zixu 高士其科普创作选集·自序. Kexue Puji, 1980. []
  14. Cf. Lao She 老舍, Mao cheng ji 猫城记 (La Cité des chats). Beijing : Renmin Wenxue, 2008, p. 21. []
  15. Cf. Lao She 老舍, ibid.. []
  16. Cf. Lao She 老舍, ibid.. p. 22. []
  17. Cf. Lao She 老舍, ibid.. p. 23. []
  18. Cf. Lao She 老舍, ibid.. p. 139 []
  19. « 在一片热沙上奔跑着无数的裸体猫人,个个似因惊惧而近乎发狂,拼命的急奔,好似吓狂了的一群,一地,一世界野人。 », Cf. Lao She 老舍, ibid.. p. 147. []
  20. « 矮兵们没有杀他们俩,把他们放在一个大木笼里,他们就在笼里继续作战,直到两个人相互的咬死;这样,猫人们自己完成了他们的灭绝。 », Cf. Lao She 老舍, ibid.. p. 159. []
  21. « 我的伟大的光明的自由的中国 », Cf. Lao She 老舍, ibid.. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *