Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie III]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie III] », in SinoSF, 04/02/2016, http://sinosf.hypotheses.org/80.

 

Le roman scientifique—demain est une autre Chine (Partie II)

Les personnages-types de la science-fiction de la fin des Qing

Dans les romans traditionnels antiques chinois, de nombreux personnages éclatants virent le jour, et de nombreux personnages-types représentatifs s’accumulèrent. Cependant, ce nouveau genre romanesque qu’est la « science-fiction » n’avait jamais été décrite dans les créations traditionnelles chinoises, ce qui donna par conséquent naissance à des personnages-types assez particuliers. Dans la science-fiction de la fin des Qing, de nombreux personnages-types spécifiques à la « science-fiction » furent nouvellement crées, grâce auxquels l’intrigue science-fictionnelle des romans pouvaient se poursuivre.

Les héros, sous les plumes de Verne et de Wells, que ce soit dans Robur le Conquérant (1886), Vingt mille lieues sous les mers, L’Île du Docteur Moreau (1896) ou L’Homme invisible (1897), ces hommes qui s’efforcent de changer le destin de l’humanité, sont tous seuls au monde, fiers, distants et indomptables.

Lorsque les Chinois de la fin des Qing commencèrent à écrire de la science-fiction, une telle image des scientifiques comme décrite à l’instant, cachée derrière la surprise suscitée par les véhicules volants et les sous-marins, a eu beaucoup de mal à obtenir une juste reconnaissance, ce qui a aussi un rapport avec l’autre destin représenté par les scientifiques dans l’histoire de Chine. Joseph Needham (1900-1995) cite d’ailleurs, à ce sujet, Franz Kühnert (1852-1918) :

« Une autre raison probable pour laquelle de nombreux Européens considèrent les Chinois comme tellement barbares vient du soutien qu’ils donnent à leurs astronomes—personnes considérées comme complètement inutiles par nous autres mortels Occidentaux cultivés. Or là-bas ils se classent parmi les Chefs de Services et les Secrétaires d’État. Quelle affreuse barbarie ! »1

Il existe en effet, en Chine, un lien étroit entre les astronomes et le pouvoir dynastique. Pendant longtemps l’astronomie a appartenu aux sciences impériales et mandarinales, ce qui correspondait aux besoins du régime monarchique d’un aussi grand pays agricole et féodal. Il n’y avait aucune rivalité entre les scientifiques et les organismes du pouvoir religieux, mais il existait au contraire une confluence entre les scientifiques et l’idéologie, toute la signification derrière les activités scientifiques consistant à « observer le ciel afin de comprendre les changements du temps ; observer les hommes afin de gouverner l’empire sous le ciel en les éduquant »2. Quant aux taoïstes et moïstes experts en alchimie et techniques physiques et mécaniques, leur position n’était souvent pas très élevée, mais leur savoir pouvaient cependant se conserver et perdurer de diverses manières. D’après les recherches de Joseph Needham, les techniciens les plus nombreux de la Chine antique étaient des mandarins inférieurs3 :

« Nous arrivons maintenant au dernier de nos groupes de techniciens, et l’un des plus nombreux, à savoir les officiels secondaires—hommes qui étaient suffisamment cultivés (même s’ils étaient d’origines modestes) pour entrer dans les rangs de la bureaucratie, mais dont les talents ou les personnalités particuliers contrariaient tout espoir d’une brillante carrière. Ils étaient le genre d’hommes qui auraient pu devenir célèbres en science ou en ingénierie dans un monde post-Renaissance. »4

La science-fiction de la fin des Qing modela de nombreuses images d’inventeurs scientifiques et techniques, qui étaient, qui plus est, presque tous d’origine chinoise, ce qui a une signification toute particulière pour cette période de la fin des Qing durant laquelle la science n’en était qu’à son commencement. L’exploitation et la réalisation, par des Chinois, des objets science-fictionnels révèlent ainsi, à un certain degré, une certaine confiance scientifique. Prenons donc maintenant comme objet d’étude ces inventeurs scientifiques Chinois présents dans les romans de science-fiction de la fin des Qing, afin de rechercher les particularités types affichées par ce genre de personnages.

Outre l’utilisation de l’étude à l’étranger pour signaler directement la prise en exemple des études occidentales par les inventeurs scientifiques, une partie de ces inventeurs font preuve de leur riche savoir occidental à travers leurs discussions et leurs opinions.

Lors de la confrontation entre les armes science-fictionnelles dans Xin jiyuan 新纪元 (La Nouvelle ère), au moment où chaque nouveau type d’armes voit le jour, un résumé de cette invention est immédiatement fait, et d’après ces notes nous pouvons savoir que chacun de ces objets vient d’inventions étrangères qui furent par la suite améliorées par des Chinois. On retrouve donc là aussi les traces de la prise en exemple des études occidentales.

Dans les romans de science-fiction de la fin des Qing, il existe encore un type d’inventeur prônant de toutes ses forces la culture scientifique traditionnelle, qui attribue le mérite de ses inventions scientifiques à l’inspiration procurée par la tradition, et qui est extrêmement critique envers la science occidentale. Ce genre de personnages, comme par exemple l’inventeur scientifique du « monde civilisé » de Xin shitou ji 新石头记 (Le Rêve dans le pavillon rouge rénové), ne cesse de mettre l’accent sur le fait que toutes ses inventions sont toutes créées originalement et spontanément, et que la motivation le poussant à inventer vient directement de « l’idéal » des gens des temps anciens.

Une situation similaire apparaît à travers le personnage de l’inventeur scientifique de Xin yesou puyan 新野叟曝言 (Les Humbles propos du vieillard rustique rénové), Wen Reng 文礽, qui réaffirme à plusieurs reprises dans le roman que son savoir tire son origine du Daxue 大学 (La Grande étude), et qui précise :

« La Grande étude contient le chapitre « obtenir du savoir dans l’observation des choses », tout le monde le néglige, mais moi je ne suis pas disposé à le laisser passer à la légère. »5

Les inventeurs scientifiques de ces deux livres attribuent totalement le mérite de leurs inventions au modèle et à l’éducation de la culture traditionnelle, et ont en revanche une attitude méprisante envers la science occidentale. C’est pourquoi Xin shitou ji fait une satire envers le retard des sciences et techniques occidentales, alors que Xin yesou puyan réfute la science occidentale à l’aide de la théorie des « origines chinoises de la science occidentale », xixue zhong yuan 西学中源6.

Face à l’attaque des études occidentales, les auteurs de la fin des Qing ont eu du mal à ne pas tenir compte de tels changements, leur attitude concernant ces études occidentales a décidé de la divergence, dans la science-fiction de la fin des Qing, des voies de la connaissance des inventeurs scientifiques. Soit ils étaient des imitateurs du modèle des études occidentales demandant modestement conseils, soit des savants chinois traditionnels sauvegardant leur culture. Bien qu’ils entretenaient, face aux études occidentales, deux attitudes extrêmes, ces inventeurs avaient cependant une grande connaissance, aussi bien l’un que l’autre, de la science occidentale.

La science-fiction de la fin des Qing, pour ce qui est de la révélation du caractère des personnages, a cependant réussi à construire des particularités distinctes de la personnalité du personnage de l’inventeur scientifique. Entre les nombreux inventeurs scientifiques, chacun a un développement de personnalité singulier. Cependant, si l’on regarde avec attention l’expression de cette personnalité complexe, on s’aperçoit que, contre toute attente, une même tendance fait son apparition comme d’un commun accord. La personnalité-type de ce groupe de personnages reflète la même position préétablie embrassée par les auteurs de science-fiction de la fin des Qing lorsqu’ils ont donné leur personnalité aux inventeurs scientifiques, et montre également les espoirs et les connaissances qu’avaient les gens de l’époque concernant ces mêmes inventeurs. Parmi les particularités de cette personnalité des inventeurs scientifiques, le « patriotisme » et la « bienveillance » sont les plus remarquables.

A la fin des Qing, la science-fiction est un nouveau genre littéraire introduit à des fins purement utilitaristes à une époque changeante, et apporte avec elle une intention de guide et d’éveilleuse de conscience au début de sa création. Par conséquent, l’expression révèle, à travers ses thèmes et son idéologie, une épaisse teinte politique, qui se reflète sur la personnalité des personnages et qui forme une puissante personnalité patriotique aspirant au sauvetage de la nation. En observant les inventions science-fictionnelles de la science-fiction de la fin des Qing, les motivations et l’utilisation de ses inventions ont quasiment toutes pour but de renforcer la défense nationale et d’améliorer les moyens d’existence du peuple, et bien peu ont simplement été créées pour le plaisir et le divertissement personnel.

D’un côté, cela correspond à l’image patriotique des inventeurs scientifiques qui tentent d’exposer leur quête pour une nation riche et puissante, dans laquelle ils se vouent corps et âme, que les auteurs de science-fiction s’efforcent de modeler. Par conséquent, il apparaît dans Xin jiyuan un tas d’inventeurs scientifiques allant volontiers au combat et y contribuant avec leurs inventions pour le pays.

Lorsque Pu Yuhuan 璞玉环 dans Yueqiu zhimindi xiaoshuo 月球殖民地小说 (Histoire de la colonie lunaire) voyageait et étudiait au Japon, « lorsque chaque saison amenait son lot de cérémonies et de fêtes chinoises, elle voulait absolument suspendre le drapeau chinois, y écrivait dessus combien d’années s’étaient écoulées depuis la naissance de Confucius, et les mots longue vie à la mère patrie en marge. Elle réunissait de nombreux camarades pour ouvrir une réunion, et faisait un discours dans lequel elle parlait des principes du patriotisme et de l’amour pour ses compatriotes »7. Dans Xin Faluo xiansheng tan 新法螺先生谭 (L’Histoire du Nouveau Monsieur Fanfaron), lorsque le Nouveau Monsieur Fanfaron « raffine son âme pour la changer en une force motrice lumineuse incroyable »8, il illumine en premier lieu la Chine de cette forte lumière, espérant profondément pouvoir éveiller « les dix-huit provinces de ma mère patrie, le peuple de ce magnifique pays qui fut le plus tôt civilisé. Je pense que je peux les guider de ma lumière et pourrai forcément les réveiller de leurs illusions, essuyer leurs yeux somnolents, les redresser pour qu’ils puissent partir de plus belle et concevoir un autre monde civilisé, pour rendre confus les Occidentaux, et rendre la race jaune souveraine »9. Malheureusement, chez ses compatriotes « tout mouvement de groupe cessa »10, même s’ils ne dormaient pas, ils se cramponnaient aux nuits printanières « et se souciaient guère de cette lumière éblouissante »11, ce qui avait profondément déçu le Nouveau Monsieur Fanfaron, et qui avait fait immédiatement naître en lui l’idée de tout détruire. Cependant, cette colère fut finalement un élan inconscient, lorsqu’il apprit que 65% des citoyens avaient été corrompus par de la morphine, son sentiment d’inquiétude pour le pays refit naître sa mission de sauvetage du pays, « éveiller le peuple, voici ma responsabilité »12, exposant une ferme idée de sauvegarde de la nation. De par diverses actions et hauts faits, cela révèle le dessein des auteurs de science-fiction chinoise de mettre soigneusement l’emphase sur la personnalité patriotique des inventeurs scientifiques.

Les inventions impliquant de l’armement militaire dans la science-fiction de la fin des Qing sont assez nombreuses, les armes science-fictionnelles pouvant servir à lutter contre l’envahisseur et à se défendre. D’un autre côté, elles cachaient une force néfaste, destructrice et meurtrière assez puissante. De ce fait, l’invention et l’utilisation des armes science-fictionnelles est un point crucial pour le développement de la science-fiction. Les auteurs de science-fiction de la fin des Qing n’ont quasiment pas réfléchi aux inventeurs scientifiques fabriquant et utilisant des inventions science-fictionnelles pour faire le mal, les inventions des romans étant toutes utilisées dans un cadre légitime, voire même selon une norme de profit et de défense nationaux, ainsi que dans l’intérêt des peuples. Cette tendance, outre l’attention concentrée sur la supériorité technologique dans l’introduction des études occidentales à l’époque, ainsi que l’influence et la reconnaissance du « sauvetage du pays par la science », a également été restreinte par les particularités caractérielles des inventeurs scientifiques. Ce qui a empêché l’utilisation abusive des armes science-fictionnelles est justement la personnalité bienveillante et pleine de bonté des inventeurs scientifiques. A propos de cela, la science-fiction de la fin des Qing passe par l’opposition entre la Chine et l’étranger, afin de faire ressortir toute la bienveillance et la bonté des inventeurs chinois. Comme par exemple dans Xin shitou ji, dans lequel l’utilisation de canons au chlore par l’Occident est vivement critiquée :

« Récemment, ces pays cruels ont complètement fait preuve d’un mauvais état d’esprit, et ont fabriqué une sorte de canon au chlore, en enfermant du chlore à l’intérieur des obus. L’obus à peine tiré, on ne sait combien de personnes mourront à l’explosion. Le plus ridicule c’est qu’après l’avoir fabriqué, ils ont affiché ce visage hypocrite, ont dit qu’il était défendu de l’utiliser. Mais lorsqu’ils virent qu’ils ne pourraient remporter la victoire lors de la bataille, ils l’ont ressorti, et se sont de nouveau confondus en explications, en disant qu’ils ne l’utiliseraient qu’une seule fois, de manière temporaire. Ayant fait une chose aussi cruelle, ils osent encore prétendre qu’ils sont civilisés ! »13

Les romans scientifiques de la fin des Qing concernent souvent les transformations apportées par le progrès scientifique sur la société et la vie des hommes. Ces changements provoquèrent inévitablement l’apparition dans les romans d’un nouveau type de personnage. Cependant, la tradition historique influença de façon indéniable la compréhension et la représentation de l’image du « scientifique » de la science-fiction de la fin des Qing. L’image de ces « scientifiques » peut plus ou moins se diviser en trois catégories :

1. Des chefs politiques : les personnalités de la fin des Qing connaissent en général l’importance de la science. L’idéal politique qu’ils conçoivent est un pays géré par des élites savantes qui maîtrisent la science moderne. Bien que l’Empereur ne peut tomber en désuétude, son pouvoir est ici souvent postiche, ou ne sert tout au plus qu’en tant que soutien aux décisions éclairées, c’est par conséquent un mélange de nouveau et d’ancien.

Le personnage de Wen Reng dans Xin yesou puyan de Lu Shi’e 陆士谔 (1878-1944), qui prétend que son savoir vient entièrement du principe selon lequel « l’obtention de connaissances se trouve dans l’observation des choses » se trouvant dans l’ouvrage Da xue, représente la psychologie des conservateurs embrassant l’espoir de redresser le néo-confucianisme. Ce qui le pousse donc à construire le vaisseau « Lion Éveillé », Xing shi 醒狮, à l’aide des principes scientifiques du Livre des transformations, Yijing 易经 ou Zhouyi 周易, et à soumettre les « soixante-douze pays » européens. Il assumera successivement les postes de « généralissime conquérant de l’Europe », Zheng Ou dayuanshi 征欧大元帅, de « ministre inspecteur de l’Europe », Ouzhou zongjian dachen 欧洲总监大臣, ou encore de « gouverneur de Jupiter », Muxing dudu 木星都督.

Le personnage de Xin jiyuan, le « généralissime commandant de la marine et de l’armée de terre » Huang Zhisheng 黄之盛, est, d’après les dires de l’auteur, né à Haizhou 解州 dans la province du Shanxi, « qui est justement l’endroit où L’Empereur Jaune, à l’antiquité, avait vaincu les barbares et capturer et tuer Chi You »14, c’était également l’endroit qui avait vu naître des grands personnages tels que Guan Yu 关羽 (?-220 av. J.C.), Zhang Shougui 张守珪 (684-740) et Sima Guang 司马光 (1019-1086). Il est professeur de chimie dans l’école de cette région. Ce dernier a déjà étudié dans des écoles d’astronomie, agricole, de la marine militaire, de l’armée de terre, et de langues de toutes les nations.

Le magnat de l’électricité dans Dian shijie 电世界 (Monde électrique), Huang Zhenqiu 黄震球, représente justement l’image d’un « premier ministre scientifique » qui ne cesse de s’inquiéter pour son pays et pour son peuple. Les découvertes de nouveaux éléments chimiques, l’utilisation de nouveaux matériaux ou de nouvelles sources d’énergie, ou encore les prises de décisions éclairées de Huang Zhenqiu concernant l’exploitation de la technologie correspondent plus à l’image du scientifique semblable à ceux des romans occidentaux, seuls et souffrants, que ceux présents dans les deux romans cités plus haut. En effet, ce dernier finira même par faire ses adieux à la Terre, et s’envoler à bord de son dirigeable vers Vénus.

2. Des membres d’un organisme scientifique : les « organismes scientifiques » visibles par les Chinois à la fin des Qing ne sont que des entités telles que les Instituts Polytechniques ou Le Bureau de construction de machines du Jiangnan, Jiangnan zhizao ju 江南制造局, possédant des services dont la nature consiste en l’éducation, la traduction ou encore la manufacture. Souvent, ces services ne sont pas directement administrés par le pouvoir impérial, mais concerne plutôt un gouverneur local de même autorité15. Ils ne possèdent pas vraiment une capacité d’innovation scientifique, mais mettent plutôt l’emphase sur la diffusion de l’industrie et de la science. La science-fiction de la fin des Qing ne peut bien entendu pas satisfaire une telle fonction, mais s’efforce de créer un groupe de scientifiques ne cessant d’exploiter de nouvelles technologies « devançant la tendance mondiale ». Ils se manifestent sous deux identités : le premier est un professeur, le second est un haut dignitaire ou conseiller d’un haut fonctionnaire.

Le « monde civilisé », décrit dans les vingt derniers chapitres de Xin shitou ji, est rempli de toutes sortes d’écoles et de musées, les inventions particulières citées dans le livre prenant toutes naissances entre les mains des professeurs et docteurs de ces organismes. Dans le chapitre 38, il est dit que trois docteurs, Dong Fangfa 东方法, Duo Yishi 多艺士 et Hua Zili 华自立, ont collaboré pour innover, et qu’après la construction d’un prodigieux canon électrique en utilisant du verre pur, ils ont conjointement écrit une lettre au gouverneur de l’infanterie lui expliquant les caractéristiques et les propriétés de cette invention. Mais ce n’est qu’après des tests publics que l’autorisation d’utiliser une telle invention put être donnée par le mandarin. Nous pouvons donc remarquer que les professeurs étaient à l’époque perçus comme des conseillers de commandant en chef, et qu’ils devaient tous servir des mandarins supérieurs.

3. Des scientifiques lambda embrassant d’autres aspirations : il est aussi apparu dans les romans de science-fiction de la fin des Qing l’image de scientifiques indépendants de tout pouvoir politique, cependant, ils ne sont pas du tout des savants comme on l’entend dans leur sens moderne, mais sont plutôt des « partisans de la révolution », geming dang 革命党, ayant d’autres aspirations politiques et ne pouvant accepter le régime actuel.

Les époux Yu Tailang 玉太郎 dans Yueqiu zhimindi xiaoshuo, lui en tant que grand homme japonais et elle en tant que représentante de la nouvelle femme chinoise de la fin des Qing, possèdent un idéal politique similaire à celui de Long Menghua 龙孟华. Leur vision s’agrandit suivant l’élévation dans les cieux de leur dirigeable, se rendant compte de l’insignifiance de l’humanité, du vide entourant le slogan « renverser les Qing, rétablir les Ming », les personnages flottant comme leur dirigeable sans avoir de lieu fixe, sans avoir d’endroits où s’en retourner.

Le personnage principal de Nüwa shi 女娲石 (La Pierre de Nüwa), Jin Yaose 金瑶瑟, est une révolutionnaire étant déjà partie étudier à l’étranger. D’autres femmes scientifiques viendront s’ajouter durant le roman, telles que Qin Ainong 秦爱浓 et Tang Cuixian 汤翠仙. Celles-ci parleront de leurs idéaux respectifs concernant toutes sortes de changements sociaux, comme par exemple l’insémination artificielle16, ou encore le lavage de cerveaux de tout le peuple17.

Pour synthétiser les trois catégories d’images des personnages mentionnées ci-dessus, la science-fiction de la fin des Qing ne manifeste pas le moindre intérêt envers l’image des scientifiques ne s’adonnant corps et âme qu’aux inventions scientifiques et à la recherche du savoir, atteignant un degré d’étrangeté s’éloignant du sens commun, comme sous les plumes de Verne et de Wells. Les réalisations du monde des hommes et l’exploration du monde naturel se doivent de se développer et d’avancer ensemble, même si le Nouveau Monsieur Fanfaron, semblable aux personnages des mythes, faisant l’expérience de la montée au ciel et de la descente sous terre, ne peut non plus jamais oublier l’aspiration de « concevoir un autre monde civilisé, pour rendre confus les Occidentaux, et rendre la race jaune souveraine ». C’est justement la particularité des personnages de scientifiques de ces romans de science-fiction.

Le scientifique sous la plume des romanciers de science-fiction de la fin des Qing est une paire d’yeux qui regarde le monde, l’un des yeux cherche le secret de la science, l’autre est à la recherche de la voie vers la puissance du pays.

Pour les inventeurs scientifiques, bien que leur savoir ne vient que de l’étude extérieure, le contenu de ce qu’ils étudient est une science non-traditionnelle qui remplace cependant clairement les sciences et techniques traditionnelles. Le contenu de leur nouvelle étude n’est pas du tout ce que la culture traditionnelle peut procurer directement, par conséquent, la science-fiction de la fin des Qing explique intentionnellement les voies d’obtention du savoir des inventeurs scientifiques, ce qui convient pour afficher les particularités des connaissances des inventeurs scientifiques, qui se résument en deux points.

Comme vu plus haut, les inventeurs suivant le modèle de l’Occident, ou bien étant inspiré par les études occidentales, puis inventant de nouvelles inventions techniques et scientifiques représentent l’image commune de la plupart des inventeurs scientifiques de cette science-fiction. La méthode la plus directe pour prendre exemple des sciences occidentales est justement de partir voyager et étudier à l’étranger.

Par conséquent, la science-fiction de la fin des Qing illustre à plusieurs reprises le fond du savoir des inventeurs scientifiques par l’étude dans un pays étranger, comme par exemple Pu Yuhuan dans Yueqiu zhimindi xiaoshuo qui participe à l’invention du ballon dirigeable et qui fabriqua elle-même le « vêtement de lumière électrique multicolore », wucai dianguang yi 五彩电光衣. Elle est justement une étudiante « souhaitant de tout son cœur que l’Orient parte étudier »18. Le magnat de l’électricité, Huang Zhenqiu, dans Dian shijie est aussi un « étudiant voyageur » qui « fait le tour de la Terre pour rentrer dans son pays »19.

Dans la science-fiction de la fin des Qing, la production et l’avancement de l’intrigue science-fictionnelle, mis à part l’utilisation de l’exposer et de l’évocation spontanés des inventions science-fictionnelles par les inventeurs scientifiques, s’aident quelques fois des recherches des voyageurs pour excaver les inventions science-fictionnelles des romans, et se sert du déplacement de leur champ de vision comme d’une base reliant et guidant le développement des intrigues. Par conséquent, parmi les nombreux autres personnages qui ne sont pas inventeurs scientifiques dans ces romans, les voyageurs sont un rôle maillon s’étant immiscé dans l’intrigue science-fictionnelle depuis d’autres directions.

Que ce soit intentionnel ou non, les personnages, qui par diverses actions développent l’intrigue ou l’invention science-fictionnelles, pouvaient être considérés comme des « voyageurs ». Par conséquent, les motivations de voyage dans la science-fiction de la fin des Qing étaient nombreuses, mais elles peuvent cependant être distinguées en trois genres bien distincts.

Passer par le trajet du voyage pour découvrir de nouveaux objets est la motivation de voyage la plus fréquente de la science-fiction de la fin des Qing. Dans Nüwa shi est préparé le long voyage de Jin Yaose qui « désire voyager une fois à l’étranger », et a pour cela imaginé le « fusil à gaz » et le « cheval électrique » pour en tirer parti. Lors du voyage, l’auteur utilise le fait que Yaose tire par erreur sur un dirigeable pour pouvoir entrer de nouveau dans un autre groupe social, lui permettant de prendre connaissance des inventions science-fictionnelles que sont « l’institut du lavage de cerveaux » et le « ballon dirigeable ». Jia Baoyu 贾宝玉 dans Xin shitou ji, après avoir erré dans la réelle société de la fin des Qing, évoque, en raison de la lettre envoyée par Xue Pan 薛蟠, les avantages du « village liberté », Ziyou cun 自由村, en ces termes : « c’est justement parce qu’il n’y a pas grand chose que nous pouvons nous promener en tout lieu, c’est aussi cela la signification du voyage »20, et se précipite donc par accident dans le « monde civilisé » et commence à voyager dans ce monde science-fictionnel.

L’introduction et la présentation des inventions science-fictionnelles du fait de l’expérience du voyage sont toutes des rencontres fortuites et involontaires faites durant le voyage. Mais les voyageurs ayant pour motivation la « dissipation de leurs soupçons » ont quant à eux obtenu par avance des informations sur ces inventions, leurs actions étant clairement dirigées vers la recherche de ces objets science-fictionnels. Par conséquent, l’apparition de l’invention science-fictionnelle est amenée, il est plus aisé de produire un fort sentiment d’expectative, et il est de plus possible de prendre immédiatement des mesures afin d’obtenir des réponses. Dans Xin yesou puyan, Zhi Lang 址郎 entend dire que Wen Reng quittera la Terre et s’envolera à bord d’un vaisseau volant. Il en fut de suite surpris et stupéfait, son sujet Su 素 lui donna alors ce conseil : « Pour vous délivrer, mis à part voir de vos propres yeux la forme et savoir la vitesse stabilisée de ce vaisseau volant, il n’y a que cela qui pourra dissiper tous vos doutes. »21. Alors Zhang Qing 长卿, accompagné de Zhi Lang, allèrent à la capitale pour visiter et tester ce vaisseau volant.

Dans Dian shijie, lorsque l’information selon laquelle Huang Zhenqiu avait pris l’initiative de changer le monde électrique fut publiée dans les journaux,

« Les gens furent immédiatement surpris, et commentèrent en foule : Qui est cet homme ? Comment peut-il avoir de si grandes prétentions ? Quand nous regardons le monde d’aujourd’hui, nous ne pouvons pas dire que le rôle de l’électricité n’est que partiel. Il efface cependant tout cela d’un bloc, comme si c’était un jeu d’enfant. Mais pour ce qui est de ses véritables capacités, nous devrions aller nous renseigner. »22.

Par conséquent, un groupe de personnes décida d’aller lui rendre visite, et apprirent effectivement au beau milieu de l’usine électrique l’existence de toutes sortes de nouvelles inventions électriques.

Le doute a priori et la recherche de réponses possèdent des avantages quant à l’organisation des intrigues science-fictionnelles. Cependant, du fait du caractère direct et simpliste du processus de recherche de solutions, dès que la motivation disparaît, l’activité des personnages par là même s’arrête. C’est pourquoi, lorsque les auteurs font appel à des voyageurs ayant pour motivation la « dissipation de leurs doutes », leur rôle possède en général une échéance.

La science-fiction de la fin des Qing passe encore par d’autres motivations particulières de voyage pour emmener des objets science-fictionnels, comme par exemple Long Bida 龙必大 dans Yueqiu zhimindi xiaoshuo qui, parce qu’il est parti tout seul à l’étranger à la recherche de son père, fait une rencontre fortuite avec des sélénites et ramène la technologie lunaire extrêmement avancée.

Dans la science-fiction de cette époque, les inventeurs scientifiques fabriquent et exploitent de nouvelles technologies du fait de leur patriotisme. Celui des voyageurs les poussent par contre à voyager aux quatre coins du monde et à chercher partout des solutions pour sauver la nation, les inventions scientifiques apparaissant alors par hasard. Prenons par exemple le personnage de Jin Yaose de Nüwa shi : à peine entrée en scène qu’elle démontre une grande « ardeur patriotique », yi fu aiguo rexue 一副爱国热血, et « voyant que la situation nationale de la Chine s’aggravait de jour en jour, et que la destruction et le malheur se trouvaient juste devant leurs yeux, elle demanda immédiatement à nombre de ses camarades de retourner au pays afin de se mobiliser dans la capitale »23. Non seulement, elle est prête à se rabaisser et entrer dans un lupanar, essayant d’éveiller tous les fonctionnaires et mandarins ensorcelés par ces vils divertissements, mais, faisant preuve d’encore plus de courage, elle entre même dans le palais de l’impératrice douairière pour la poignarder. Du fait de cette action, et afin d’échapper au châtiment qui lui est réservé, elle se voit contrainte de fuir. C’est justement lors de cette fuite qu’elle sera amenée à rencontrer d’autres révolutionnaires.

Les voyageurs ayant pour motivation de « dissiper leurs doutes » sont incontestablement des personnalités qui aiment acquérir de nouvelles connaissances. De ce fait, Zhang Qing et Zhi Lang partent ensemble enquêter sur un navire volant, puisque cela « peut premièrement assouvir leur passion, et deuxièmement étendre leur horizon »24, avançant donc avec pour seul but leur désir d’apprendre. Même les voyageurs embrassant d’autres motivations font montre, de la même façon, d’une très forte ambition de s’approprier de nouvelles connaissances.

D’après les descriptions faites plus haut, nous pouvons à peu près esquisser les conditions idéales du personnage du voyageur dans la science-fiction de la fin des Qing : premièrement, le « patriotisme », puisque c’est parce qu’il possède des ambitions politiques et de sauvetage du pays qu’il peut avoir l’énergie pour rechercher la puissance de la nation et ainsi devenir voyageur. Deuxièmement, il doit « aimer l’étude », le puissant désir de connaissances le rendant attentif à tout nouveau savoir, et l’incitant à étudier et assimiler spontanément les nouvelles informations, ainsi qu’à rechercher et étudier les bases, essayant de tout comprendre en profondeur.

Mis à part les atouts narratifs que présente le personnage du voyageur, ce dernier assume également, dans la science-fiction de la fin des Qing, aussi bien la fonction « d’expérimentateur » que celui de « questionneur » des inventions science-fictionnelles.

Puisque le voyageur a l’opportunité d’entrer en contact avec des inventions science-fictionnelles, il est alors fort probable que ce dernier devienne l’expérimentateur de ces inventions. Les diverses inventions science-fictionnelles du « monde civilisé » du Xin shitou ji laissent une profonde impression chez le lecteur, du fait de l’expérimentation personnelle du personnage de Jia Baoyu.

Lors de l’exposition des inventions science-fictionnelles dans les romans, une partie des conceptions science-fictionnelles dépassent probablement le domaine de connaissances générales et de compréhension des lecteurs, et nécessitent donc des explications supplémentaires. Le design atypique de ces objets science-fictionnels peut également poser problème au lecteur. C’est pourquoi, afin de pallier aux doutes ayant pu naître chez le lecteur lors du déroulement des intrigues science-fictionnelles, les auteurs de science-fiction de la fin des Qing ont fait appel au voyageur, afin que ce dernier puisse mettre immédiatement le doigt sur les éventuels problèmes qui peuvent apparaître. Comme par exemple Jia Baoyu dans Xin shitou ji qui, lorsqu’il apprend que le navire de chasse sous-marine peut totalement s’éclairer, ne peut s’empêcher de demander :

« Cette lumière vient bien entendu des lampes électriques. Mais, dîtes-moi, l’équipage n’est pas tendu du fait que de l’électricité est envoyée sur tout l’extérieur du bateau ? »25

Lorsque Zhang Qing et son équipe visitent le navire volant dans Xin yesou puyan, Wen He 文鹤 demande, incertain, concernant les coffres à oxygène installés dans toutes les pièces :

« J’ai entendu dire qu’il y avait, sur ce navire, deux salles dans lesquelles était fabriqué l’oxygène, alors comment se fait-il que l’oxygène de chaque pièce ne soit pas complètement fabriqué par ces salles à oxygène ? Pourquoi faut-il forcément compliquer et alambiquer les choses en installant dans chaque pièce un coffre à oxygène ? »26

La question, une fois posée, il obtient immédiatement une réponse et une explication des plus complètes. Par conséquent, à travers le système de question-réponse, cela renforce non seulement la faisabilité des conceptions science-fictionnelles, mais dissipe également, et ce de manière très rapide, les doutes du lecteur, puisque le voyageur pose toutes les questions à sa place, ce qui profite au déroulement des intrigues science-fictionnelles.

Les personnages assumant la charge de présenter et expliquer les principes scientifiques se divisent en deux catégories : l’un est l’inventeur scientifique fabriquant des objets, l’autre est justement le guide qui est familier avec ces inventions. Le guide accompagne généralement le voyageur dans sa connaissance des inventions, et donne immédiatement des explications au voyageur afin de dissiper ses doutes.

Bien que ce genre de personnages ne soit pas très courant dans la science-fiction de la fin des Qing, la présentation des inventions science-fictionnelles occupe cependant une place importante.

Les guides dans la science-fiction de la fin des Qing ont chacun une mission liée à leur statut, et possèdent par conséquent des bases de connaissances équivalentes :

Premièrement, nous avons l’utilisateur des inventions science-fictionnelles qui, bien qu’il ne soit pas l’inventeur de ces objets, habite dans un environnement technologique prospère et développé, et qui les utilise donc quotidiennement. Qu’il soit jeune ou âgé, toutes ces inventions sont donc pour lui tout à fait cohérentes et habituelles. Qui plus est, il a souvent pour charge d’accueillir et de guider les étrangers, ce qui permettra par exemple à Jia Baoyu de pouvoir visiter entièrement le « monde civilisé ».

Ensuite, nous avons le participant aux inventions science-fictionnelles, comme par exemple le personnage de Hong Wei 洪维, qui n’est pas du tout l’inventeur du navire volant dans Xin yesou puyan, mais qui est cependant l’un des membres ayant participé à sa fabrication, et qui possède par conséquent assez de connaissances concernant les installations intérieures du navire, et peut donc guider la foule lors de la visite du navire. Mais c’est aussi parce qu’il n’est pas le vrai inventeur qu’il n’a d’autres choix que de laisser Wen Reng expliquer lorsqu’il s’agit de domaines plus techniques et spécialisés.

Les guides de la science-fiction de la fin des Qing possèdent également deux fonctions concernant les inventions science-fictionnelles. Premièrement, ils permettent une certaine diversité des formes d’explications et de commentaires sur ces inventions. En effet, exposer les principes scientifiques à l’aide de personnage a bien plus de force à l’écrit que si l’auteur avait lui-même directement transposé son commentaire scientifique. De plus, le fait qu’ils se partagent la tâche d’expliquer les principes scientifiques avec l’inventeur procure d’autres formes d’explications, et accroît également les variations de composition romanesque.

Enfin, ils apportent des informations scientifiques à des moments opportuns. Les guides amènent les voyageurs à entrer en contact avec les inventions science-fictionnelles. Ils apportent des explications et des réponses aux questions et réflexions pouvant faire leur apparition à n’importe quel moment chez le voyageur, et dissipent par là même les doutes apparus lors du voyage, et ce de façon très rapide. L’apport immédiat d’informations scientifiques contribue non seulement à la progression des intrigues du voyage, mais enseigne également, peu par peu et de manière dissimulée, les nouveaux savoirs scientifiques au lecteur.

En résumé, la science-fiction de la fin des Qing a assez bien réalisé la représentation des personnages-types, elle a notamment dépeint avec succès le rôle « d’inventeur scientifique et technologique » à la personnalité brillante, mais a en même temps fait appel aux personnages du « voyageur » et du « guide » pour faire avancer l’intrigue science-fictionnelle. D’autre part, concernant l’adoration vouée à l’inventeur scientifique et l’urgence de la recherche de connaissances scientifiques dans le roman, l’attitude positive de l’auteur de science-fiction de la fin des Qing préconisant la science se révèle. De plus, le noble sentiment patriotique se révélant en général chez les personnages du roman fait justement écho à la vague prêchant le « sauvetage par la science » de l’époque.


  1. « Probably another reason why many Europeans consider the Chinese such barbarians is on account of the support they give to their Astronomers—people regarded by our cultivated Western mortals as completely useless. Yet there they rank with Heads of Departments and Secretaries of State. What frightful barbarism ! », cité par Joseph Needham dans la page de garde de Science and Civilisation in China. Volume 3 : Mathematics and the Sciences of the Heavens and the Earth (Science et civilisation en Chine. Volume 3 : mathématiques et les sciences des Cieux et de la Terre). Cambridge : Cambridge University Press, 1959. []
  2. « 观乎天文,以察时变,观乎人文,以化成天下 », Cf. « Ben gua – Tuan zhuan 贲卦·彖传 », in Zhou yi 周易, disponible en ligne : http://guoxue.lishichunqiu.com/jingbu/zhouyi/1061.html []
  3. Cf. le chapitre « Artisans and engineers in feudal-bureaucratic society » (Artisans et ingénieurs dans la société bureaucratique féodale), in Joseph Needham, Science and Civilisation in China. Volume 4 : Physics and Physical Technology. Part II : Mechanical Engineering (Science et civilisation en Chine. Volume 4 : génie mécanique. Partie II : ingénierie mécanique). Cambridge : Cambridge University Press, 1965, pp. 10-42. []
  4. « We now reach the last of our groups of technicians, and one of the most numerous, namely that of the minor officials—men who were sufficiently well-educated (even if of lowly origin) to enter the ranks of the bureaucracy, but whose particular talents or personalities frustrated all hopes of a brilliant career. These were the kind of men who could have become famous in science or engineering in a post-Renaissance world. », Cf. Joseph Needham, Science and Civilisation in China. Volume 4. Ibid., p. 37. []
  5. « “大学”有格物致知一章,诸位都忽略视之,我不过不肯轻易放过耳。 », Cf. le chapitre 9 de Lu Shi’e 陆士谔, Xin yesou puyan · shangce 新野叟曝言·上册. Shanghai : Yahui Shuju, 1928, p. 72. []
  6. Après la Guerre de l’Opium, de nombreux penseurs considéraient que la seule issue pour pouvoir sauver la Chine était d’imiter l’Occident. Afin de réduire les oppositions éventuelles qu’une telle décision pouvait susciter, ils ont donc utiliser cette expression, xixue zhong yuan 西学中源, prétendant que toutes les sciences occidentales dont ils avaient besoin étaient en réalité déjà présentes dans la Chine Antique, et étaient donc, à l’origine, purement chinoises. []
  7. « 遇到中国的四时节令定要悬挂国旗,上写孔子降生若干年,旁注祖国万万年字样,召集许多同学,开了会堂,演说些爱国爱同胞的道理 », Cf. Huangjiang Diaosou 黄江钓叟, Yueqiu zhimindi xiaoshuo 月球殖民地小说, pp. 346-347. []
  8. « 将灵魂之身炼成一种不可思议之发光原动力 », Cf. Donghai Juewo 东海觉我 [Xu Nianci 徐念慈], « Xin Faluo xiansheng tan 新法螺先生谭 », in Yu Runqi 于润琦 (ed.), Qingmo minchu xiaoshuo shuxi 清末民初小说书系 (Séries de romans de la fin des Qing et du début de la République : volume sur la science). Beijing : Zhongguo Wenlian, 1997, p. 3. []
  9. « 余祖国十八省,大好河山最早文明之国民,以为得余为之导火,必有能醒其迷梦,拂拭睡眠,奋起直追,别构成一真文明世界,以之愧欧美人,而使黄种执其牛耳 », Cf. Donghai Juewo 东海觉我, ibid., p. 5. []
  10. « 群动俱息 », Cf. Donghai Juewo 东海觉我, ibid.. []
  11. « 而置刺眼之光明于不顾 », Cf. Donghai Juewo 东海觉我, ibid.. []
  12. « 唤醒国民,其余之责 », Cf. Donghai Juewo 东海觉我, ibid., p. 10. []
  13. « 近来那些残忍之国,用尽了那种刻毒心思,做成了一种氯气炮,把氯气藏在炮弹里,一弹放出去,炸开来不知要死多少人。可笑他做成之后,又装出那假惺惺的面目,说是禁用,等到见仗时,他不能取胜,又拿来用了,偏又有多少解说,什么权时用一次罢了。做了这种残忍之事,他还要说文明呢! », Cf. Wu Jianren 吴趼人, Xin shitou ji 新石头记, [En ligne] : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/37.htm []
  14. « 乃是上古黄帝战胜蛮族、禽杀蚩尤的所在 », Cf. le premier chapitre de Xin jiyuan 新纪元, [En ligne] : http://www.acfun.tv/a/ac1354214 []
  15. Xiong Yuezhi 熊月之, Xixue dongjian yu wan Qing shehui 西学东渐与晚清社会. Beijing : Zhongguo Renmin Daxue, 2011, pp. 353-355. []
  16. Cf. le chapitre 7 de Nüwa shi 女娲石, [En ligne] : http://www.wenxue360.com/sikuquanshu/31148.html []
  17. Cf. le chapitre 10 de Nüwa shi 女娲石, [En ligne] : http://www.wenxue360.com/sikuquanshu/31151.html []
  18. « 一心想到东洋去学习 », Cf. Huangjiang Diaosou 黄江钓叟, op.cit., p. 233. []
  19. « 环游地球回国 », Cf. Gaoyangshi Bucaizi 高阳氏不才子 [Xu Zhiyan 许指严 (1875-1923)], « Dian shijie 电世界 » (Le Monde électrique), in Ye Yonglie 叶永烈 (ed.), Daren guo : Zhongguo kehuan xiaoshuo shiji huimou 大人国:中国科幻小说世纪回眸 (Le Pays des grands hommes : regards sur un siècle de science-fiction chinoise). Fuzhou : Fujian Shaoer, 1999, p. 408. []
  20. « 正是为的没有事,可以到处逛逛,也是游历的意思 », Cf. Wu Jianren 吴趼人, Xin shitou ji 新石头记, [En ligne] : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/20.htm []
  21. « 解救方法,除非使之亲见了飞船之形状,知道了飞行之稳速,方可祛其积惑。 », Cf. le chapitre 12 de Lu Shi’e 陆士谔, Xin yesou puyan · xiace 新野叟曝言·下册. Shanghai : Yahua Shuju, 1928, p. 15. []
  22. « 当下大众惊奇,纷纷议论,这是什么人?如何志大言夸,我们看着现今世界,电气的作用也不算零零碎碎了,他竟一概抹掉,瞧得同儿戏一般,他当真有什么本领,我们倒要去请教一番 », Cf. Gaoyangshi Bucaizi 高阳氏不才子, « Dian shijie 电世界 », op.cit., p. 409. []
  23. « 因见中国国势日非,灭亡祸害便在眼前,即时邀约同学数人回国,在京城运动一番 », Cf. le chapitre 2 de Nüwa shi 女娲石, [En ligne] : http://www.wenxue360.com/sikuquanshu/31143.html []
  24. « 一可遂其私情,二可扩吾眼界 », Cf. le chapitre 12 de Lu Shi’e 陆士谔, Xin yesou puyan · xiace 新野叟曝言·下册, op.cit., p. 15. []
  25. « 发亮自然是电火了。请教全船外面,都发了电火,船内的人不要紧么? », Cf. Wu Jianren 吴趼人, Xin shitou ji 新石头记, [En ligne] : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/28.htm []
  26. « 我听说舰中有制造空气室两间,则各间的空气何不尽由空气室制造?奚必枝枝节节、繁繁琐琐的每间放一只空气箱呢? », Cf. le chapitre 13 de Lu Shi’e 陆士谔, Xin yesou puyan · xiace 新野叟曝言·下册, op.cit., pp. 20-21. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *