Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie II]

Cite this article as: Loïc Aloisio, « Le sauvetage par la science (1860-1949) [Partie II] », in SinoSF, 28/01/2016, http://sinosf.hypotheses.org/70.

Le roman scientifique—demain est une autre Chine (Partie I)

Alors qu’auparavant, lorsque « la Voie ne [réussissait] pas à s’imposer, il [fallait] s’embarquer sur un radeau et partir en mer »1, les Chinois peuvent désormais « flotter portés par le vent »2. Plusieurs personnages du roman Yueqiu zhimindi xiaoshuo 月球殖民地小说 (Histoire de la colonie lunaire), souvent considéré comme le premier roman chinois de science-fiction, ne cessent de rêver à leur venue sur la Lune, qui est, en comparaison avec la Chine corrompue, l’incarnation d’un pays idéal. Dans le rêve de Yu Tailang 玉太郎, le Palais Lunaire possède un « asile pour Terriens », Diqiu qiliu gongsuo 地球栖流公所, la salle intérieure sert aux offrandes pour trois grands saints, Bouddha au centre, Confucius à l’est et Washington à l’ouest. Le jour où la Voie n’a pas réussi à s’imposer, les sages des mers de l’est et de l’ouest se sont déjà tous réunis ici. Cependant, en observant d’un point aussi élevé le monde, jusqu’à toute l’immensité de l’univers, on se rend tout naturellement compte de l’absurdité de l’adage ancien selon lequel la Chine était l’Empire central sous le ciel.

En d’autres mots, la science-fiction de la fin des Qing a ouvert, à partir d’une nouvelle conscience spatiale, un regard moderne sur la Chine traditionnelle. La fin des Qing étant une période durant laquelle la Chine est sujette à d’importants troubles et changements politiques, la science-fiction de cette époque reflète donc les perspectives historiques réelles et décrit le ressenti de la crise existentielle de l’espace géographique des Chinois à la fin des Qing. Elle permet, par conséquent, de comprendre la psychologie sociale ainsi que l’esprit ambiant de cette époque historique particulière.

A la fin des Qing, l’écriture de suites et la réactualisation d’anciens romans était devenues, on peut le dire, une mode très répandue. A l’époque, des ouvrages tels que Xin Liaozhai 新聊斋 (Les Chroniques de l’étrange rénové), Xin Shuihu 新水浒 (Au Bord de l’eau rénové), Xin Xiyou 新西游 (Les Pérégrinations vers l’ouest rénové), Xin Fengshen bang 新封神榜 (L’Investiture des Dieux rénové), Xin Jinghua yuan 新镜花缘 (Fleurs dans un miroir rénové), et bien d’autres encore, pouvaient qui plus est séduire les masses, et se vendaient aussi extrêmement bien. Le Xin Shitou ji 新石头记 (Les Mémoires d’un roc/Le Rêve dans le pavillon rouge rénové) ne fait pas non plus exception, « à peine publié que les gens se disputaient pour l’acheter et le lire »3.

Comme le souligne Wang Dewei 王德威 (1954-), aussi connu sous le nom de David Der-wei Wang :

« La forme narrative du roman traditionnel chinois dépend fortement du contexte historique pour arriver à légitimer son existence et à donner un effet de réalisme. Ce contexte place n’importe quel thème—que ce soit un fait historique ou bien de l’imagination extraordinaire—dans une trame littéraire passée, renforçant le sentiment de réalisme suggérant qu’une telle chose existe… Cependant, à la fin des Qing, ce discours historique a perdu de sa force, du fait que « l’antériorité » du passé ne peut déjà plus offrir à la narration une raison d’exister. »4

Ce paragraphe suffit pour expliquer les raisons qui ont fait des suites et des réactualisations de romans classiques un genre romanesque très en vogue à la fin des Qing : les vieilles histoires auxquelles on ne pouvait renoncer pour un moment devaient se mélanger avec la nouvelle langue et les nouvelles intrigues pour pouvoir attirer les lecteurs.

Lorsque Xin Zhongguo weilai ji 新中国未来记 (Mémoires du futur de la nouvelle Chine), Xin shitou ji, Xin jiyuan 新纪元 (La Nouvelle Ère) et Dian shijie 电世界 (Monde électrique) décrivent le futur de la Chine, qu’importe l’année choisie par les auteurs, aucun n’oublie de mentionner que la Chine décrite est une Chine ayant réussi la mise en place de la monarchie constitutionnelle. Lorsqu’on étudie les thèmes abordés par la science-fiction de la fin des Qing, il apparaît que certains sont plus abordés que d’autres, en particuliers l’appel pour le sauvetage du pays par la science, l’éveil de la conscience nationale, l’espoir de réformes politiques, le commencement de la pensée féministe, ainsi que la critique des superstitions d’antan. A travers les thèmes abordés par cette littérature, nous pouvons avoir une vue réduite de l’image historique de la vie réelle à cette époque, et nous pouvons également utiliser cette dernière afin de comprendre le rôle et les espoirs confiés à la science-fiction à cette époque.

Outre la promotion du « sauvetage du pays par la science » et l’éloge des avantages de la science, le revers provoqué par la révolte des Boxers a aussi poussé les auteurs de science-fiction à se rendre compte de la nécessité « d’éveiller le savoir du peuple, et de se débarrasser des superstitions ». De ce fait, la science-fiction de la fin des Qing entreprend d’une part l’enseignement et l’instruction des nouvelles connaissances scientifiques, mais également l’élimination des troubles laissés aux générations futures par les romans de monstres et d’esprits, et s’attache aussi à faire complètement disparaître les restrictions imposées par les conceptions superstitieuses traditionnelles, et ce en passant par l’éveil de l’esprit scientifique.

Le réveil du nationalisme

En même temps que les romanciers de science-fiction des Qing prédisaient les belles perspectives de la technologie, ils traçaient souvent du bout de leur pinceau deux sujets existant dans l’ombre de la vie humaine, l’un est la guerre, l’autre est la catastrophe naturelle, ce qui est justement les deux sujets sempiternels de « se soucier des hommes », you ren 忧人, et « se soucier du ciel », you tian 忧天.

Les romans scientifiques dépeignant les guerres du monde futur ont pour la plupart étaient influencés par ce qu’on appelait les romans militaires, junshi xiaoshuo, et qui prospérèrent à la fin des Qing. L’article de Guan Daru 管达如, Lun xiaoshuo 论小说 (A propos des romans), datant de 1912, aborda déjà la question de l’utilité des romans militaires, ce qui peut expliquer, par extension, l’idée principal du thème de la guerre dans les romans scientifiques de la fin des Qing :

« Récemment, la concurrence internationale devient de plus en plus violente, si je ne préconise pas le militarisme, je ne pourrai alors continuer d’exister. Si des lettrés ayant une profonde connaissance des affaires militaires écrivaient plus ce genre de romans, alors cela serait forcément très bénéfique pour la société »5.

La science-fiction de la fin des Qing dénonce en temps réel la réalité historique de l’invasion de la Chine par les grandes puissances, et lance à haute voix un appel concernant le caractère dangereux et critique de la mort de la nation et de l’extinction de leur « race », poussant les gens à regarder en face la crise existentielle de leur nation. La plus grande préoccupation de la société chinoise de cette période est donc la survie, et la mort potentielle, de la « race jaune », la science-fiction de l’époque ne pouvait pas, par conséquent, se soustraire à établir dans ses histoires une guerre ethnique pour la « défense raciale », bao zhong 保种.

Dans Dian shijie, alors que la construction du monde féerique parmi les hommes du magnat de l’électricité n’avait pas encore commencé, les Occidentaux envoyèrent en 1999 une flotte de vaisseaux volants, afin d’anéantir une fois pour toute la race jaune, et utilisèrent pour cela des bombes très meurtrières. Huang Zhenqiu 黄震球 s’exclamera alors « plus le monde est civilisé, plus la guerre est violente, plus le matériel est évolué, plus le meurtre est cruel »6. Il tiendra alors en main le « fusil de rouille », sheng qiang 鍟枪, montera sur « l’aile électrique », dian chi 电翅, et attaquera tel un surhomme plus de mille vaisseaux volants occidentaux, afin d’obtenir la paix mondiale :

« En un effort, la culasse une fois tirée, le projectile électrique s’envole alors braqué sur la flotte. Malheureusement, en moins de temps qu’il en faut pour le dire, en même pas cinq secondes, seule une forte détonation se fait entendre, les bombes d’un millier de vaisseaux explosent toutes ensemble, les éclats de ces fragiles vaisseaux sont alors directement envoyés, les uns après les autres, au fond de l’Océan Pacifique suivant l’attraction terrestre, semblables aux feux d’artifices de Dongguan. »7

Dans le chapitre 32 de Yueqiu zhimindi xiaoshuo, le jeune homme japonais plein d’idéaux, Yu Tailang, en écoutant la description faite par Long Menghua 龙孟华 du paysage lunaire, ne pourra s’empêcher de penser :

« Dans la grandeur de ce monde, il est vrai que tout phénomène fantastique est concevable. Qu’il est triste que les hommes vivent à la surface de la Terre, comme cette fourmi qui tourne sur l’affiloir, entraver comme un ver à soi dans son cocon. […] Quand on regarde cette petite Lune, une civilisation est déjà arrivée sur ce morceau de terre, si, dans quelques années, elle vient sur notre Terre pour ouvrir une colonie, j’ai bien peur que les cinq grandes races, les Rouges, les Jaunes, les Noirs, les Blancs et les Bruns, devront subir une autre grande catastrophe. Il en est même ainsi pour la Lune, si les cinq planètes, Vénus, Jupiter, Mercure, Mars et Saturne, ainsi que Uranus et Neptune sont toutes peuplées, que les diverses civilisations venant de toute part sont mille à dix mille fois, voire infiniment plus puissantes que nous, et s’ils entrent petit à petit en contact avec nous, alors que se passera-t-il ? »8

Les auteurs de science-fiction de la fin des Qing virent d’une part la direction moderniste s’appuyant sur la technologie pour développer la défense nationale et l’armée, et d’autre part, rendirent de toutes leurs forces la puissance meurtrière des armes de hautes technologies. Comme si le grand idéal de l’une pouvait receler l’immoralité et l’inhumanité de l’autre.

Dans la science-fiction de la fin des Qing, les armes nouvelles ainsi que les scènes de guerre futuristes sont une des réalisations remarquables de cette littérature. La guerre déclencha le mouvement d’occidentalisation de la Chine, l’élément-clef de la défaite de la Chine et de la victoire des Occidentaux durant la guerre étant justement l’avantage technologique des grandes puissances concernant les navires et les canons. De ce fait, concomitamment à l’intérêt porté à la fin des Qing aux armements d’un nouveau genre, les auteurs de science-fiction comprirent de manière encore plus profonde la place prédominante du développement technologique dans la guerre. Ce message apparaît par exemple dans Xin jiyuan :

« La guerre, après le XIXe siècle, ne consiste plus à rivaliser de force, mais a complètement rivaliser d’intelligence. Il faut juste avoir une arme nouvelle, la victoire peut alors être assurée […] Toutes les sortes d’instruments de combats conçus par les scientifiques aujourd’hui, sont semblables aux objets magiques mentionnés dans les romans antiques. Celui qui a un objet magique gagne, celui qui n’en a pas subit la défaite. Si l’un et l’autre ont un objet magique, alors le bon gagne et le mauvais perd. »9

Bien qu’à la fin des Qing, une partie de l’armement occidental fut introduite en Chine afin de parfaire la défense nationale, la situation de guerres et de défaites incessantes ne cesse de se répéter, l’écart technologique entre la Chine et l’Occident à l’époque ne pouvant s’effacer en un jour. L’oppression venant de cette situation de crise, ainsi que le sentiment d’impuissance face à ce développement technologique insuffisant pour pallier à cette dernière, font que la science-fiction de la fin des Qing met ses espoirs, dans les guerres avec l’étranger, sur l’invention de quelconques armes sans égales, et se laisse aller au plaisir d’anéantir les armées ennemies. C’est pourquoi, dans Xin yesou puyan 新野叟曝言 (Les Humbles propos du vieillard rustique rénové), est construit un « navire volant », et sont améliorés les explosifs, poussant les Européens à soupirer en regardant le ciel :

« Où sont passés la flotte et les troupes au sol de nos soixante-douze nations ? Nous est-il impossible de tirer avec tous nos nouveaux fusils et nos nouveaux canons ? Comment se fait-il que les cuirassés, les croiseurs et les torpilleurs perdent tous de leur utilité ? Où sont passés toutes les sortes d’outils efficaces inventés ces cent dernières années ? »10

Le changement du temps de la narration reflète une nouvelle conception temporelle, une nouvelle conception temporelle témoigne d’une nouvelle orientation temporelle, ce qui influença également les intentions d’écriture des romanciers du « nouveau roman », xin xiaoshuo 新小说, de la fin des Qing. Il ne fallait pas seulement narrer les dessous de la société, il fallait aussi exprimer un idéal politique, et encore plus imaginer le futur de la Chine. Si nous pouvons utiliser le thème mi-nouveau mi-ancien de Xin shitou ji, nous pouvons dire que c’est justement l’ambition de « réparer la voûte céleste », butian 补天, du début du XXe siècle. A la fin du roman, Wu Jianren 吴趼人 (1867-1910) écrivit d’ailleurs ce vers : « manque de technique pour réparer la voûte céleste, ô le temps pour nous ne reste »11, transmettant ainsi justement un sentiment d’urgence temporelle.

Les auteurs de science-fiction de la fin des Qing, en même temps qu’ils acclamaient la victoire technologique de la Chine du futur, n’hésitèrent pas non plus à faire de la conquête de la civilisation des blancs une sorte d’idéal politique et d’en faire bien des éloges.

Prenons le roman long Xin jiyuan 新纪元. Dans ce roman, la Chine de cette époque a adopté depuis longtemps déjà le gouvernement constitutionnel. Le pays est puissant et l’armée est forte, il a non seulement récupéré les concessions étrangères et expulsé les consuls, mais a de plus réalisé la prophétie du « péril jaune » de façon assez intéressante. Tous les pays de race blanche prirent, lors de la conférence de paix internationale tenue dans un quelconque pays, la résolution de « résister au péril jaune » tous ensemble. Tout le roman raconte la guerre mondiale commençant du fait de cette contradiction, la race jaune vainquant finalement la race blanche, et le monde entier acceptant l’ère de l’impérialisme jaune.

La compréhension des auteurs de science-fiction de la fin des Qing de la guerre a été profondément influencée par l’idéologie colonialiste de l’Occident, l’invasion d’un pays devenant le moyen de réaliser l’enrichissement et la puissance d’un pays et de son peuple.

Cependant, les moyens de lutte des armes meurtrières mènent inévitablement tout le monde à la mort, les deux parties se battant et subissant respectivement des pertes. Ce résultat n’est pas forcément absent des prévisions des romanciers de la fin des Qing, mais pour un « noble idéal », gaoshang zhi lixiang 高尚之理想, tout cela peut être, semble-t-il, dissimulé et tu. Une telle contradiction psychologique se dévoile également à travers des thèmes encore plus retentissants comme celui de la « fin du monde », shijie mori 世界末日.

La Chine moderne a connu, lors de la propagation à l’Est de la science de l’Ouest, un nouveau et inconstant monde spatio-temporel. Sur une longue période, la Terre sur laquelle vit l’humanité pourrait donc aussi faire face à un destin qu’il est difficile de prévoir, la « peur qui hantait l’homme de Qi de voir le ciel tomber », Qiren you tian 杞人忧天12, n’étant désormais, aux yeux des Chinois de l’époque, plus si risible. La science-fiction apparue à la fin des Qing a procuré aux Chinois vivant dans un tel contexte une forme littéraire permettant d’exprimer ce sentiment.

Pour exprimer les nobles idéaux, s’il fallait parlait de la situation réelle de la Chine de l’époque, « la conjoncture [était] en plein sur le déclin, et ne [suffisait] pas à constituer l’essentiel de tout un livre »13, par conséquent il était obligatoire de se mettre à l’œuvre et de narrer la Chine déjà évoluée pour pouvoir transformer la décadence en merveilleux. Cependant, concernant les moyens permettant, en fin de compte, de passer d’un seul coup de l’ancienne à la nouvelle Chine, et bien que chaque romancier avait ses propres méthodes, ils ne dépassèrent cependant essentiellement pas la pensée monarchique constitutionnelle visant à préserver l’empereur. Après la Révolution Chinoise et la débâcle de la monarchie féodale, ce genre d’idéal politique s’est retiré de la scène historique. Les idéaux littéraires concevant le destin futur de la Chine comme une libération du sentiment d’oppression existentielle ne cesseront donc d’utiliser de nouvelles méthodes pour continuer de se transmettre.

Les révolutionnaires aux grands idéaux de la fin des Qing avaient déjà clairement vu que le pouvoir politique des Qing de cette période était déjà désespérément corrompu, au point qu’il devenait esclave des Occidentaux de bon cœur, et s’endormait dans une tranquillité trompeuse par peur de la mort, ce qui était la source du malheur qui mènerai le pays et la race à sa disparition. Par conséquent, il n’y avait que par la destruction fondamentale et radicale qu’un nouveau pouvoir politique pouvait être établi, et par là même donner un espoir de renaissance à la Chine. L’exigence radicale de « révolution raciale » procédait à une attaque et une critique directes et sévères, en dénonçant notamment le despotisme et l’arrogance du pouvoir Qing en place, ainsi que leur capitulation face aux étrangers et leur trahison envers le pays.

Le rêve sans limite de la Chine future

Nous pouvons dire que Yueqiu zhimindi xiaoshuo révèle un changement de la conception spatiale dans l’esprit des Chinois du début du XXe siècle,la compréhension approximative du vol aérien obtenu par l’intermédiaire d’Occidentaux en mission diplomatique et de lectures de vulgarisation scientifique occidentaleschangea la conscience spatiale et géographique des Chinois, qui avaient donc désormais une vision générale du monde, observé depuis très haut dans les cieux, et qui était complètement différente de celle traditionnelle.

Dans Yueyue xiaoshuo 月月小说 fondé fin-1906, un auteur nommé Xiaoran Yusheng 萧然郁生 a écrit seulement quatre chapitres de son roman Wutuobang youji 乌托邦游记 (Notes de voyage vers Utopia) avant que celui-ci ne soit laissé en suspens. Le vaisseau volant dans lequel se trouve le personnage principal qui est à la recherche d’Utopia est probablement un peu plus avancé que le dirigeable de Yueqiu zhimindi xiaoshuo, la logistique installée sur le dirigeable de Yu Tailang fait en effet pâle figure comparée à celle de ce vaisseau volant. Sur ce vaisseau se trouvent non seulement un musée et une bibliothèque, mais il y a aussi une usine, « les passagers souhaitant étudier la manufacture pourront, en environ cinq heures, construire eux-mêmes un objet »14. Il s’y trouve également d’excellents télescopes, permettant de voir au-delà de cinquante mille kilomètres, et même des endroits se trouvant au-dessous de la ligne d’horizon. Dans la bibliothèque du vaisseau, nous pouvons trouver des piles et des piles de romans venant du monde entier, « Tout roman nouvellement publié à n’importe quel endroit sur et hors de la planète Terre sera envoyé dans cette bibliothèque par l’ascenseur spatial dans les deux heures suivant sa publication. »15.

Ces moyens de transport avancés sont déjà différents de ceux de Yueqiu zhimindi xiaoshuo qui n’appartenaient qu’à une minorité d’élites scientifiques, et sont devenus des moyens de transports quotidien dans la société chinoise du futur. Le roman Dian shijie imagina un projet des plus complet pour le réseau du contrôle du trafic aérien de cette époque, et a déjà absolument abandonné les chemins de fer et lignes de tramways qui étaient teintés de colonialisme. Le magnat de l’électricité, Huang Zhenqiu, a déjà changé le dirigeable électrique en un tramway aérien automatique. Sa vitesse peut atteindre les cinquante à soixante mille kilomètres par heure—pour ce qui est des véhicules longue portée, les véhicules de courte portée utilisent des véhicules électriques volant à basse altitude qui sont pourvus d’ascenseurs électriques. « Pour ceux qui veulent monter, il y a juste besoin de lever la tête et de lever son mouchoir en l’air »16 pour pouvoir y monter à sa guise.

Durant l’été 1905, Xu Nianci 徐念慈, alors rédacteur en chef de Xiaoshuo Lin 小说林, reçut la traduction en deux volumes, depuis le japonais, de la version allemande de Gottfried August Bürger (1748-1794) du roman Voyages et aventures merveilleuses du baron de Münchhausen (1787) par Bao Tianxiao 包天笑17, sous les titres Faluo xiansheng tan 法螺先生谭 (L’Histoire de Monsieur Fanfaron) et Faluo xiansheng xutan 法螺先生续谭 (L’Histoire continuée de Monsieur Fanfaron). Il fut pris d’intérêt pour le « surprenant et la singularité » de leurs intrigues18, et ne put s’empêcher de prendre son pinceau pour l’imiter dans son célèbre Xin Faluo xiansheng tan 新法螺先生谭 (L’Histoire du Nouveau Monsieur Fanfaron). Plus tard, les deux traductions et l’imitation de Xu Nianci seront publiées ensemble en un seul ouvrage sous le titre Xin Faluo 新法螺 (Nouveau Fanfaron).

Xin Faluo xiansheng tan est l’un des rares romans de science-fiction de la fin des Qing où l’on entre dans le cosmos. Le personnage principal, Nouveau Monsieur Fanfaron, est en proie au doute concernant la science moderne. Il se rend donc à la cime d’une montagne haute de 360 000 pieds, afin d’y expérimenter les courants atmosphériques causés par l’attraction de toutes les planètes, ce qui mena à la division de divers éléments chimiques de son corps, en deux parties distinctes : l’une étant l’âme, l’autre l’enveloppe corporelle.

Nouveau Monsieur Fanfaron s’est divisé en deux, mais ne découvre cependant pas une civilisation utopique à la fin de son voyage céleste, mais vérifie la vérité commune à toutes les planètes selon laquelle « toute chose peut évoluer, et ce sans limite »19. Il ne découvre pas non plus, à la fin de son voyage souterrain, un monde merveilleux ou une civilisation disparue comme dans Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, mais trouve des « ancêtres souterrains », dixia zhi zuzong 地下之祖宗, qui éprouvent de la tristesse pour « la Chine de la surface », dishang Zhongguo 地上中国.

Désormais, comment affronter la menace des civilisations technologiques ? Que ce soit les îles mystérieuses que l’épaisse brume et les vagues empêchent d’apercevoir20, ou bien les mondes féeriques au-delà des cieux qui sont haut perchés mais ne sont pas gagnés par le froid21, aucun ne peut plus empêcher la venue de visiteurs pilotant un dirigeable. Bin Chun 斌椿, celui qui se proclame comme étant « le premier chinois a s’être rendu en Occident », Dongtu xi lai diyi ren 东土西来第一人, a déjà écrit dans un de ses poèmes composés après avoir voyagé en Europe : « Les pays des poitrines percées, des hommes à plumes et des hommes à trois faces, ces rumeurs depuis longtemps n’existent plus de nos jours »22, apportant ainsi le doute sur toutes sortes de créations imaginaires du Shanhai jing. Tout cela démontre la fin des utopies spatiales engendrées par le progrès technologique. Il n’y a pas du tout de Sources aux pêchers hors de ce bas monde, il n’y a que des peuples divers faisant face, de la même façon, aux chocs et aux conflits des civilisations.

La composition complète du roman Xin Zhongguo weilai ji publié en 1902 dans la revue Xin Xiaoshuo 新小说 par Liang Qichao, et qui eut une profonde influence, fut inspirée par le roman Looking Backward : 2000—1887 (1888) de Edward Bellamy (1850-1898)23.

Liang Qichao, qui porta toujours un grand intérêt aux genres romanesques, l’inclut dans la catégorie de « roman politique », zhengzhi xiaoshuo 政治小说. Ce roman déplace et représente en effet un gouvernement idéal dans un monde futur, toute l’intrigue narre une histoire exposant comment la Chine des années 1960 a pu accomplir son processus de modernisation.

Les auteurs de science-fiction de la fin des Qing, outre le fait d’abhorrer l’invasion des grandes puissances qui mène le pays et la nation vers l’extinction, réalisent également que le régime politique perverti de la fin des Qing est justement la source des malheurs ayant entraîné la tragédie de cette époque. De ce fait, l’insatisfaction envers le type de gouvernement de l’époque passe aussi par l’expression, dans le roman, de demandes de reformes politiques, formant la tendance politique soutenant le mouvement constitutionnel et promouvant le mouvement révolutionnaire.

Dans la science-fiction de la fin des Qing, les réformes politiques modérées sont conjointement reflétées par la grande majorité des auteurs de science-fiction, la « monarchie constitutionnelle » étant la forme gouvernementale idéale vers laquelle ils aspirent tout particulièrement.

La Chine après la constitution retrouve non seulement une force nationale, ainsi qu’une puissance et une grande prospérité, mais même l’attitude du peuple devient prestigieuse et honorable. Les romans de science-fiction promouvant la constitution prophétisent la prospérité du pays et la puissance nationale sous la gouvernance du régime constitutionnel, et cela dans le seul but de promouvoir le système constitutionnel.

Dans la science-fiction de la fin des Qing, que ce soit la faction de la « monarchie constitutionnelle » aspirant au futur radieux post-constitution, ou bien la faction de la « révolution raciale » s’obstinant à vouloir renverser le pouvoir corrompu des Qing, tous manifestent unanimement leur insatisfaction face au régime politique autoritaire réel, et pensent que ce n’est qu’en entamant immédiatement des réformes politiques que le pays pourra être sauvé du péril qui le menace. Ils utilisent par conséquent le roman pour transmettre leur intérêt ainsi que leurs idées politiques, déployant leur influence à travers différents procédés d’expression.

D’un coté, la science-fiction de la fin des Qing examine de manière critique les problèmes quotidiens et en parle avec indignation, exprime l’idée selon laquelle les réformes sauveront le pays, manifeste son intention de critiquer la société, tente de faire prendre conscience au peuple de tous ses malheurs, et concentre sa force sur la résurgence de la Chine. D’un autre côté, l’imagination des romans comble les lacunes de la réalité, que ce soit en plaçant ses espoirs dans les inventions d’appareils science-fictionnels, afin de renforcer l’armement et la défense nationale, et de profiter au pays ou au peuple, ou encore en la réalisation du futur, afin d’annoncer une vision de réformes politiques, et d’inciter la croyance en un renouveau. Évoluant à partir d’observations et d’examens différents, elle se concentre en fin de compte sur la transformation de la réalité, révélant la mission des hommes de lettres dans cette période de troubles.

Dans Yueqiu zhimindi xiaoshuo, le couple Yu Tailang, accompagné de Long Menghua, partent à la recherche de la femme de Long avec leur dirigeable, mais n’oublient tout de même pas d’exprimer leurs critiques politiques. Dans le chapitre 12 du roman, Long Menghua tomba dans le coma du fait de sa tristesse sur le quai de Bombay, en Inde. Un médecin local, Docteur Hakecan’er, lui retira le cœur, le lava à l’aide d’une potion médicinale, et le remit à l’intérieur de sa poitrine. Lorsque Long Menghua recouvra la santé et se réveilla, Docteur Hakecan’er lui dit :

« Je pense que vous avez abusé de votre cœur depuis l’enfance jusqu’à lui nuire. J’ai entendu dire qu’il y avait, en Chine, une quelconque composition littéraire qui s’appelait la composition en huit parties. Une fois cette composition en huit parties terminée, les atriums cardiaques se mettraient alors à rétrécir petit à petit. Toutes sortes de matières acides et âpres s’infiltreraient à l’intérieur du cœur. La vésicule biliaire serait elle aussi plusieurs fois plus petite que la normale. Par conséquent, du fait que la majorité des fonctionnaires chinois viennent de la composition en huit parties, lorsqu’ils commencent à négocier avec nous, ils sont, au début, hagards, mais finissent par la suite terrorisés. J’exerce depuis toujours la médecine et n’ai jamais eu à conclure de quelconques affaires diplomatiques ; ce n’est qu’en voyant aujourd’hui votre cœur que j’ai su que tout cela n’était pas totalement faux. »24

Ce commentaire désigne directement et de façon évidente la nuisance apportée par les « compositions en huit parties », baguwen 八股文, sur le caractère des citoyens, ce qui fait à la fois écho à la théorie de Liang Qichao sur le caractère des citoyens, ainsi qu’aux critiques des personnages de la réforme constitutionnelle de l’époque envers le système des baguwen.

En analysant et expérimentant minutieusement l’écriture imaginaire concernant le futur des romans de science-fiction de la fin des Qing, nous avons cependant toujours le sentiment que cela manque quelque peu de vitalité. Ou bien cela fait preuve d’un optimiste qui s’essouffle vite, ou bien cela est légèrement « vide », ce qui rend le tout bien bancal.En comparaison, Xin shitou ji, du fait qu’il emprunte les personnages du roman traditionnel et qu’il les met dans de nouvelles situations, renouvelle, sur la grande scène de la Chine du XXe siècle, le rêve de « réparer la voûte céleste » légué par les romans classiques. La science-fiction et les anciens classiques, la tradition et le futur, ont à l’origine un point de correspondance, qui peut se vérifier ici.

L’éveil de la pensée féministe

Les romanciers de la fin des Qing se basent sur le prémisse de la raison d’État « un pays puissant et une race préservée », qiangguo baozhong 强国保种, et dérivent à partir de là pour prendre à cœur le problème de la femme, et visent en particulier, à travers l’autocritique, la tradition des « pieds bandés » ainsi que celle de l’enseignement de « connaissances non-importantes », buzhong zhishi 不重知识, aux femmes, espérant pouvoir éduquer les femmes pour qu’elles deviennent indépendantes, et puissent donc participer à l’amélioration de l’économie nationale et du bien-être du peuple, et amorcèrent donc le mouvement de libération des femmes. « L’anti-pieds bandés » et « la naissance des études pour femmes », xing nüxue 兴女学, devinrent naturellement le foyer du mouvement pour les droits des femmes prôné par les romans de science-fiction de la fin des Qing.

Dans les romans de science-fiction de la fin des Qing, la position d’anti-pieds bandés ne vient pas seulement d’une préoccupation humanitaire, mais réfléchit principalement à rectifier les vices de la politique de l’époque. La nuisance de la pratique des pieds bandés concernant bien entendu la maltraitance du corps de la femme, mais est également impliquée dans la prospérité et le déclin du pays. La description de la mise en danger de la nation par la pratique des pieds bandés est remarquable dans Yueqiu zhimindi xiaoshuo, où l’auteur imagine le royaume Yulin, Yulin guo 鱼鳞国, ou Royaume Écailles de Poisson, dans lequel il existe une pratique des « mains bandés », chan shou 缠手, et par laquelle l’auteur se moque de manière dissimulée de la réalité de la fin des Qing durant laquelle la tradition des pieds bandés était très répandue :

« Lorsque nous donnons naissance à une fille, il faut forcément lui bander les deux mains, les bander pour que ses deux bras ressemblent à des tiges de chanvre, que ses dix doigts ressemblent à une paire d’orchidées, elle sera alors une beauté sans égale dans les autres pays. Autour du bout de ces doigts orchidées, certains les entourent avec des perles, d’autres avec de la jadéite. Ceux qui n’ont ni perle ni jadéite les entourent et les recouvrent d’or et d’argent. Par conséquent, les filles de tout le pays, que ce soit pour manger ou pour s’habiller, dépendent toutes des hommes. Ces hommes s’attachent aussi à l’avantage de cette paire d’orchidées, et ont tous à cœur de les satisfaire sans réserve. C’est pour cette raison que chaque homme à travers tout le pays a le teint jaune et le corps décharné. »25

Dans la science-fiction de la fin des Qing, mis à part l’opposition face aux pieds bandés, la promotion de la création d’études pour femmes se manifestait concomitamment. Ne pas bander les pieds revenait seulement à retrouver l’intégrité de son corps, mais ce n’était qu’en recevant des enseignements et en augmentant la production que l’on parviendrait à sauver le pays. De ce fait, la création d’études pour femmes et l’ouverture du savoir des femmes devenaient les tâches urgentes permettant la renaissance de la nation, comme expliqué, par exemple, dans ce passage de Yueqiu zhimindi xiaoshuo :

« Parmi les gens dans tout ce pays, huit ou neuf sur dix sont tous des ignorants, sans la moindre connaissance. C’est pourquoi la première réalisation des femmes doit se concevoir à partir de l’éducation. Si mes centaines de millions de femmes sont éduquées jusqu’à comprendre les choses comme vous, mademoiselle, alors quelle réalisation ne pourrait encore se faire ? Quel monde serait encore obscur ? »26

Concernant le contenu de l’enseignement prodigué aux femmes, cela ne se limite pas non plus à ce qu’étudiaient traditionnellement les femmes, des disciplines et des sciences spécialisées de la nouvelle éducation apparaissaient toutes au programme. Xin shitou ji écrit d’ailleurs à ce sujet :

« Qu’enseignez-vous spécialement aux femmes ? […] Mis à part la couture, la plupart des arts et métiers simples et faciles sont tous beaucoup étudiés par les femmes. Récemment, dans la médecine, la pédiatrie et la gynécologie firent leur apparition et comptent parmi les spécialités des études pour femmes. »27

L’instruction des femmes dans les romans de science-fiction de la fin des Qing ne s’arrête donc déjà plus à la poursuite du modèle traditionnel des études pour femmes mariées, mais manifeste le but et la réalisation du droit d’égalité d’éducation entre hommes et femmes.

Dans la remise en question ayant pour but le redressement du pays à la fin des Qing, les femmes victimes des mauvaises pratiques traditionnelles devinrent un poids entravant le développement du pays. C’est pourquoi la montée des mouvements de libération des femmes « anti-pieds bandés » et prônant « la création d’études pour femmes » furent le déclencheur du germe de la pensée féministe en Chine. Ces courants prônant l’amélioration de la position des femmes ont en même temps influencé la description des personnages féminins dans les romans de science-fiction de la fin des Qing, sont passés outre l’image biaisée des beautés « tendres et vertueuses », wenrou xianshu 温柔贤淑, des romans traditionnels, pour louer finalement des héroïnes patriotes indépendantes, autonomes, et qui sont à la fois savantes et éduquées. Tout cela rend compte de l’élévation de la position féminine à la fin des Qing.

Nous retrouvons là encore l’influence de textes antérieurs, puisque l’utilisation, dans le roman, des « mains bandés » afin de critiquer la pratique des pieds bandés dans la société chinoise a un effet satirique comparable au passage du Jinghua yuan 镜花缘 dans lequel le personnage de Lin Zhiyang 林之洋 se voit bander les pieds de force sur ordre de la souveraine du Nüer guo 女儿国, le Pays des Femmes.

La copie conforme de la science occidentale

Dans la culture chinoise pré-Tang 唐 (618-907) et Song 宋 (960-1279), l’imagination concernant la technique et les outils ne fait pas du tout défaut, comme par exemple le « chanteur », changzhe 倡者, fabriqué dans la ville de Yanshi dans le chapitre Tangwen 汤问 (Les Questions des Tang) du Liezi 列子, ou encore les « bœufs en bois et chevaux flottants », mu niu liu ma 木牛流马, de Zhuge Liang 诸葛亮 dans le roman Sanguo zhi 三国志 (Chroniques des Trois Royaumes). Ce n’est qu’à partir des Yuan et des Ming que les courants principaux de pensée traditionnelle ont été contrôlés par l’école Cheng-Zhu, Cheng Zhu lixue 程朱理学, du néo-confucianisme. L’interprétation du principe selon lequel « l’obtention de connaissances se trouve dans l’observation des choses »28 de Cheng Yi 程颐 (1033-1107) et Zhu Xi 朱熹 (1130-1200) possède un aspect attachant de l’importance à la pratique et prêtant attention aux règles de la nature, cependant son but ultime est d’exposer et de prouver l’harmonie entre le ciel et les hommes, et la morale des règles des relations sociales. « Même si les gens font attention à des exemples concrets et spécifiques, ils ne prennent cependant pas conscience de la nécessité d’observations, de notations, de classements, de synthétisation et de résumés systématiques »29.

De là, nous pouvons très bien imaginer toute la force avec laquelle la Chine a dû être secouée par l’introduction de la science occidentale.

Les auteurs de science-fiction de la fin des Qing ont été influencés par les revues et les livres et publications périodiques scientifiques de l’époque, ainsi que par les auteurs de science-fiction étrangers tels que Jules Verne, H.G. Wells (1866-1946) et Shunrō Oshikawa 押川春浪 (1876-1914), arrivés en Chine à travers des traductions et des présentations en langue chinoise.Ils commencèrent également à imiter les curieuses inventions du monde futur et les intégrèrent dans leurs propres ouvrages. « De même que la propagation du savoir occidental à la fin de l’ère Qing avait entraîné la transformation idéologique de ses auteurs, les traductions de science-fiction ont initié le départ de la création de science-fiction en Chine. »30.

Dans son étudeCong kepu duwu dao kexue xiaoshuo 从科普读物到科学小说 (Des lectures de vulgarisation scientifique aux romans scientifiques), Chen Pingyuan 陈平原 (1954-) utilise encore plus les matériaux imagés de l’époque pour montrer la pauvreté des connaissances scientifiques manifestée par les Chinois en retard concernant les descriptions des appareils volants. Cependant, les auteurs de science-fiction de la fin des Qing aimaient justement se moquer, dans leurs romans, de l’inhabilité des dirigeables et des vaisseaux volants fabriqués par les Occidentaux :

C’était drôle, l’an dernier un ami s’est rendu aux Amériques et en a ramené une photographie. C’était la photographie des dirigeables aériens de là-bas. Non seulement cette photographie était prise en noir et blanc, on ne distinguait pas les couleurs, mais le style de ce dirigeable était encore plus ridicule ! Sur le dessus du dirigeable était installé un ballon gonflé à l’hydrogène de la forme d’une vésicule biliaire, la cabine était installée au-dessus du dirigeable, sur les deux côtés du dirigeable étaient installées quatre voiles en forme d’aile. Apparemment il ne s’appuie que sur le ballon pour s’élever dans les airs, et s’appuie également sur la force du vent pour voler.31

L’élément le plus « science-fictionnel » de Yueqiu zhimindi xiaoshuo est le dirigeable inventé par le couple Yu Tailang et Pu Yuhuan 璞玉环, qui sera justement utilisé pour venir en aide à Long Menghua dans son tour du monde à la recherche de sa famille. On peut y déceler une sorte d’imitation, ou du moins une inspiration, du roman de Jules Verne Cinq semaines en ballon.

Dans le demi-siècle qui suivit, divers dirigeables et vaisseaux volants ne cessèrent d’apparaître dans des récits de voyage à l’étranger ou des livres et publications périodiques, sous forme allant de présentations en chinois des principes de bases et de la valeur pratique de telles machines, jusqu’aux témoignages de personnes étant montées dans des dirigeables, incluant photos et poèmes. Ceux-ci déployèrent l’imagination des Chinois concernant l’expérimentation de l’espace.

Concernant les sous-marins, à la fin du XIXe siècle, les sous-marins praticables viennent tout juste de voir le jour. Lors de la Première Guerre Mondiale, ce sont les Allemands qui, les premiers, introduisirent en grand nombre les sous-marins au milieu des batailles navales. Nous pouvons dire, qu’à la fin des Qing, les sous-marins et les appareils volants étaient tous des inventions extraordinaires sur lesquels tout le monde avait les yeux rivés. Dans les revues de vulgarisation scientifique en Chine à l’époque, il y avait aussi de brèves présentations du principe du sous-marin, ainsi que des estimations concernant les atouts de tels appareils lors des guerres futures. Le premier personnage étant monté dans un sous-marin sous le pinceau d’un auteur chinois de la fin des Qing est Jia Baoyu 贾宝玉 du roman Xin shitou ji. Probablement influencé par le roman Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, l’auteur décrivit également le sous-marin sous la forme d’une baleine :

Il ordonna aux subordonnés d’installer les lunettes à vision sous-marine, afin qu’ils observent ensemble le type de vaisseau de chasse. Il virent seulement que ce vaisseau de chasse avait tout simplement la forme d’une baleine, doté de nageoires dorsales, nageoires, écailles et carapace. De la lumière était projetée des deux yeux, qui étaient en fait deux lampes électriques.32

Concernant la construction des sous-marins, les plus grands problèmes qui ont hanté les concepteurs, et ce sur une longue période, sont, d’une part, le problème de l’énergie, et d’autre part le problème de l’approvisionnement de l’air respiré par les hommes sous l’eau. D’après les descriptions faites dans le roman, nous pouvons savoir que les sous-marins occidentaux rencontrés par Jia Baoyu fonctionnent encore à vapeur, et qu’ils ont de plus besoin d’un très long tube dont l’une des extrémités flotte à la surface de la mer pour pouvoir renouveler leur air. Cela vient probablement des présentations faites dans les lectures de vulgarisation scientifique de l’époque. En réalité, le projet technologique du voyage sous-marin avait déjà été conçu scientifiquement et de façon relativement complète sous la plume de Jules Verne, l’imagination de Wu Jianren dans son roman n’a cependant pas dépassé ce domaine.

Malgré tout, la science-fiction de la fin des Qing n’a eu de cesse de vouloir dépasser le domaine des perspectives fixé par la science-fiction occidentale, et les auteurs adoptèrent donc comme méthode celle de redresser des suppositions déjà récusées par la science moderne.

Naturellement, nous ne devons pas estimer de façon trop sévère les prédictions technologiques et scientifiques des romanciers de la fin des Qing, du fait que de nombreux contenus idéologiques ont été manifestement inspirés par la littérature occidentale, et qu’il existe une mauvaise compréhension consciente ou inconsciente dans leur interprétation et leur utilisation. Cependant, en y réfléchissant, c’est justement cela le véritable produit des larges échanges et du début du choc des cultures et des pensées de la Chine et de l’Occident. Nous ne pouvons faire autrement que de considérer consciencieusement ces nouveaux rêves d’un nouveau siècle, si naïfs soient-ils. Ils éveillèrent de nombreuses âmes profondément endormies à la veille de la Chine moderne. De nombreux rêves furent très vite abandonnés, mais ceux-ci avaient déjà été profitables pour les nouveaux rêves à venir.


1 « 道不行,乘桴浮于海 », Cf. « Gongzhi chang 公治长 », in Lun Yu 论语 (Les Entretiens), [En ligne] : http://www.with.org/classics_analects_ch.html

2 « 乘风飘荡 », Cf. Ye Yonglie 叶永烈 (ed.), Zhongguo kehuan xiaoshuo jingdian 中国科幻小说经典 (Les Classiques de la science-fiction chinoise). Changsha : Changjiang Wenyi, 2006, p. 7

3 « 甫出版,人争购观 », Cf. Du Jieping 杜阶平, « Shu Wu Jianren 书吴趼人 », in Wei Shaochang 魏绍昌 (ed.), Wu Jianren yanjiu ziliao 吴趼人研究资料 (Matériaux d’études sur Wu Jianren). Shanghai : Shanghai Guji, 1980, p. 23.

4 « 中国传统小说的叙述形式,非常依赖历史性的语境来达到其存在的合法性和逼真的效果。这个语境将任何主题——无论是历史事实或玄奇幻想——放在过去的文脉里,以巩固其若有其事的真实感……可是在晚清时期,这种历史话语失去了力量,因为过去的“过去性”已经不能再为叙述提供存在的理由 », Cf. Wang Dewei 王德威, Xiangxiang Zhongguo de fangfa 想像中国的方法 (Méthodes pour imaginer la Chine). Beijing : Sanlian Shudian, 1998, p. 109.

5 « 近来国际竞争日益激烈,非提倡军国民主义,不足自存。若得深通军学之士,多著此等小说,于社会必大有裨益也。 », Cf. Chen Pingyuan 陈平原 et al., Ershi shiji Zhongguo xiaoshuo lilun ziliao 二十世纪中国小说理论资料. Beijing : Beijing Daxue, 1989, vol. 1, p. 402

6 « 世界愈文明,战争愈剧烈,物质愈进化,杀人愈残酷 », Cf. Gaoyangshi Bucaizi 高阳氏不才子 [Xu Zhiyan 许指严 (1875-1923)], « Dian shijie 电世界 » (Le Monde électrique), in Ye Yonglie 叶永烈 (ed.), Daren guo : Zhongguo kehuan xiaoshuo shiji huimou 大人国:中国科幻小说世纪回眸 (Le Pays des grands hommes : regards sur un siècle de science-fiction chinoise). Fuzhou : Fujian Shaoer, 1999, p. 419.

7 « 使一个劲儿,把枪机一拨,电火便对准着舰队飞去。可怜说话迟,做事快,不消五秒钟,只听得轰然一声,一千鸟舰队里的炸药齐发,那舰囊薄片一朵朵的像东莞烟火一般,随着地心吸力直送到太平洋里去了 », Cf. Gaoyangshi Bucaizi 高阳氏不才子 [Xu Zhiyan 许指严 (1875-1923)], « Dian shijie 电世界 » (Le Monde électrique), in Ye Yonglie 叶永烈 (ed.), ibid., p. 427.

8 « 世界之大,真正是无奇不有。可叹人生在地球上面,竟同那蚁旋磨上,蚕缚茧中,一样的束缚。[…]单照这小小月球看起,已文明到这般田地,倘若过了几年,到我们地球上开起殖民的地方,只怕这红、黄、黑、白、棕的五大种,另要遭一番的大劫了。月球尚且这样,若是金、木、水、火、土的五星和那些天王星、海王星,到处都有人物,到处的文明种类,强似我们千倍万倍,甚至加到无算的倍数,渐渐的又和我们交通,这便怎处? », Cf. Ye Yonglie 叶永烈 (ed.), Zhongguo kehuan xiaoshuo jingdian 中国科幻小说经典 (Les Classiques de la science-fiction chinoise). Op.cit., p.4.

9  « 十九世纪以后的战争,不是斗力,全是斗智。只要有新奇的战具,胜敌可以操券[…]今日科学家造出的各种攻战器具,与古时小说上所言的法宝一般,有法宝的便胜,没有法宝的便败。设或彼此都有法宝,则优者胜,劣者败。 », Cf. « Xin jiyuan 新纪元 », in Ye Yonglie 叶永烈, Zhongguo jindai xiaoshuo daxi 中国近代小说大系. p. 486

10 « 吾七十二邦之海军陆军都到哪里去了,各种新枪新炮都不能施放么?铁甲舰、巡洋舰、鱼雷艇怎么会全失其功用,近百年发明之各种利器都在何处? », Cf. le chapitre 14 de Lu Shi’e 陆士谔, Xin yesou puyan – xia ce 新野叟曝言·下册 (Les Humbles propos du vieillard rustique rénové, tome II). Shanghai : Yahua Shuju, 1928, pp. 27-36.

11 « 补天乏术兮岁不我与 », Cf. le chapitre 40 du Xin shitou ji 新石头记, disponible en ligne : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/39.htm

12 L’homme de Qi qui s’inquiéter de voir le ciel tombé est tiré du chapitre Tianrui 天瑞 du Liezi 列子, disponible en ligne : http://www.gushiwen.org/GuShiWen_f9be6dab50.aspx

13 « 景况易涉颓丧,不足以提挈全书也 », Cf. le numéro de 2 octobre de la revue Xin Xiaoshuo 新小说, disponible en ligne : http://wxyc.literature.org.cn/journals_article.aspx?id=727

14 « 搭客欲学习制造者,约五点钟即自制造一种物件 », Cf. Yu Runqi 于润琦 (ed.), Qingmo Minchu xiaoshuo shuxi : kexue juan 清末民初小说书系:科学卷 (Séries de romans de la fin des Qing et du début de la République : volume sur la science). Beijing : Zhongguo Wenlian, 1997, p. 79.

15 « 地球内及地球外无论何处所有新出的小说,本书室于该小说出版后二点钟,即从空中电递器内递到 », Cf. Yu Runqi 于润琦 (ed.), ibid., p.82.

16 « 要上车的人,只消仰着头把手帕一扬 », Cf. Gaoyangshi Bucaizi 高阳氏不才子, « Dian shijie 电世界 » (Le Monde électrique), in Ye Yonglie 叶永烈 (ed.), Daren guo : Zhongguo kehuan xiaoshuo shiji huimou 大人国:中国科幻小说世纪回眸 (Le Pays des grands hommes : regards sur un siècle de science-fiction chinoise). Op. cit., p. 438.

17 Ma Shaoling, «  »A Tale of New Mr. Braggadocio » : Narrative Subjectivity and Brain Electricity in Late Qing Science Fiction », in Science Fiction Studies, n. 119, vol. 40, mars 2013, « Special Issue on Chinese Science Fiction », p. 55.

18 Qian Jiang, « Translation and the Development of Science Fiction in Twentieth-Century China », in Science Fiction Studies, 2013, vol. 40, n. 119, p. 118

19 « 凡物皆能进化而靡所底止 », Cf. Donghai Juewo 东海觉我 [Xu Nianci 徐念慈], Xin Faluo 新法螺 (Nouveau Fanfaron). Shanghai : Xiaoshuo Lin She, 1905, p. 31.

20 Cf. Le premier vers du poème du célèbre poète Li Bai 李白 : Mengyou tian lao yin liubie 梦游天姥吟留别, [En ligne] : http://www.diyifanwen.com/sicijianshang/tangdai/libaishici/0673004195247578.htm

21 Cf. Le poème du poète de la dynastie des Song, Su Shi 苏轼 : Shui diao ge tou 水调歌头, [En ligne] : http://www.gushiwen.org/GuShiWen_4f0088c6b2.aspx

22 « 贯胸羽民三面国,传讹已久今在不 », Cf. Bin Chun 斌椿, « Cheng cha biji – shi er zhong 乘槎笔记·诗二种 », in Zhong Shuhe 钟淑河 (ed.), Zouxiang shijie congshu 走向世界丛书. Changsha : Yuelu Shushe, 2008, vol. 1, p. 162

23 Chen Pingyuan 陈平原, Chen Pingyuan xiaoshuo shi lun ji, shang ce 陈平原小说史论集·上册. Shijiazhuang : Hebei Renmin, 1997, pp. 293-294.

24 « 你这心想是自小用坏的。我听见有人说起,中国有种什么文章,叫做八股,做到八股完全之后,那心房便渐渐缩小,一种种的酸料、涩料都渗入心窝里头;那胆儿也比寻常的人小了几倍。所以中国一班的官员都是八股出身,和我们办起交涉来,起初发的是糊涂病,后来结果都是一种胆战心惊的病。我向来行的是医道,并不曾办过什么外交,今日看见先生的心,才晓得这话是不错的。 », Cf. Zhongguo jindai xiaoshuo daxi 中国近代小说大系 (Compendium romanesque de la Chine moderne). Nanchang : Jiangxi Renmin, 1989, p. 285.

25 « 生出女儿来,一定要缠起他的两只手,缠得两根臂膊像麻秸,十指儿像一对兰花,便算是他国里的绝色美人。那兰花手指头的周围,有的用珍珠圈,有的用翡翠圈,没有珍珠、翡翠,也要用金银打个圈儿套起来。所以通国的女子,无论是吃饭穿衣,没有一件不靠着男子的。那些男子也恋着那一对兰花的好处,情愿倾心吐胆的供那女子使用。为了这个缘故,使把通国的男子一个个都弄得面黄肌瘦。 », Cf. Zhongguo jindai xiaoshuo daxi, ibid., pp. 313-314.

26 « 这满国的人,十中八九都是懵懵懂懂,毫无一点知识。所以小姐第一件事业,还是从教育设想。倘是教得我几万万个女子都像小姐一般的懂得道理,还怕什么事业不成?还怕什么世界不清清楚楚呢? », Cf. Zhongguo jindai xiaoshuo daxi, ibid., p. 237.

27 « 请教女子专门学些甚么?[…]女红之外,大约轻巧的工艺,都是女子学得多。近来,医学之中,也拨了儿科、妇科两种,归入女学专门。 », Cf. Wu Jianren 吴趼人, Xin shitou ji 新石头记, [En ligne] : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/35.htm

28 « 致知在格物 », Cf. « Da xue 大学 » (La Grande étude), in Li ji 礼记 (Le Livre des rites). [En ligne] : http://www.confucius2000.com/daxue.htm

29 « 人们即便注意于具体的、特殊的事例,也意识不到系统地观察、记录、分类、概括和归纳的必要 », Cf. Zhang Guangda 张广达, « Tangdai de zhongwai wenhua huiju he wanqing de zhongxi wenhua chongtu 唐代的中外汇聚和晚清的中西文化冲突 », in Hu Xiaoming 胡晓明 (ed.), Shi Zhongguo 释中国. Shanghai : Shanghai wenyi, vol. 1, 1998, p. 84.

30 « Just as the spread of Western learning in the late Qing era led to the ideological transformation of its writers, sf translations initiated the start of sf creation in China. », Cf. Qian Jiang, « Translation and the Development of Science Fiction in Twentieth-Century China », in Science Fiction Studies, 2013, vol. 40, n. 119, p. 118

31 « 说来也好笑,去年一个朋友到美洲去,回来带了一张照片。照的是他们那里的空中飞艇。那照片,照的是一片黑影,分不出颜色,倒也罢了,那飞艇的款式更是可笑!艇的上面装上一个胆式的轻气球,卧放在艇上,艇的两旁装了四个翅式的帆篷。看他样子,全靠气球上升,飞驶也要仗风力。 », Cf. Wu Jianren 吴趼人, Xin shitou ji 新石头记, [En ligne] : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/34.htm

32 « 叫左右架起透水镜,同看猎艇形式。只见那猎艇做的纯然是一个鲸款式,鬣翅鳞甲俱全,两个眼睛内射出光来,却是两盏电灯。 », Cf. Wu Jianren 吴趼人, Xin shitou ji 新石头记, [En ligne] : http://www.my285.com/gdwx/xs/xus/xstj/28.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *