Le « roman scientifique » en Chine : prémices d’une science-fiction instrumentalisée

La science-fiction chinoise connaît une visibilité soudaine et importante en Occident ces dernières années, notamment grâce à la reconnaissance que lui a conférée à deux reprises le prix Hugo, en 2015 et 2016, pour la traduction anglaise réalisée par Ken Liu du roman The Three Body Problem (San ti 三体) de Liu Cixin 刘慈欣 (1963-) et de la novella « Folding Beijing » (« Beijing zhedie » 北京折叠) de Hao Jingfang 郝景芳 (1984-). Il n’en a cependant pas toujours été ainsi, le genre restant prisonnier du trou noir dans lequel l’ont laissé aussi bien les études sinologiques et celles consacrées à la science-fiction en général, que la traduction, que ce soit en français ou en anglais, qui a boudé le genre avant ces dernières années. C’est pourquoi il semble intéressant de remonter à ses origines, en se cantonnant pour le présent article à la période s’étendant de la fin de la dynastie Qing jusqu’au début de la République Populaire (1860-1949), afin de mieux comprendre les circonstances l’ayant mené à ce qu’il est aujourd’hui. Pour ce faire, nous allons tout d’abord présenter le contexte dans lequel ce dernier a vu le jour, contexte qui est assez différent de celui qui a vu naître la science-fiction en Europe, ainsi que les diverses influences, aussi bien littéraires que politiques, sociales ou philosophiques, qui sont les siennes. Nous exposerons ensuite les principales thématiques abordées dans les romans à cette époque, pour poursuivre sur une analyse poétique. Pour finir, nous explorerons les textes théoriques traitant de ce genre littéraire dans l’Empire du Milieu. À travers l’étude de ces différents aspects, nous tenterons de mettre en lumière et d’expliquer pourquoi le « roman scientifique », et plus tard la science-fiction, furent l’instrument politique de l’intelligentsia chinoise en premier lieu, puis du gouvernement par la suite, et ce, tout au long de son histoire. Toutes les traductions présentes dans cet article sont le fruit d’une traduction personnelle, sauf mention contraire.

[Lire la suite sur la revue ReS Futurae, revue d’études sur la science-fiction]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *